Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Inter Une personne sur quatre devrait avoir des problèmes d’audition d’ici à 2050, selon l'OMS


Santé

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Une-personne-sur-quatre-devrait-avoir-des-problemes-d-audition-d-ici-a-2050,-selon-l-OMS

Près de 2,5 milliards de personnes dans le monde, soit une personne sur quatre, souffrira de déficience auditive à des degrés divers d’ici à 2050, avertit l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans le premier rapport mondial sur l’audition. Si l’on ne fait rien, au moins 700 millions de ces personnes auront besoin de soins auriculaires et auditifs et d’autres services de réadaptation.

« L’ouïe est précieuse. Une déficience auditive non soignée peut avoir des effets dévastateurs sur l’aptitude des personnes à communiquer, à s’instruire et à gagner leur vie. Elle peut aussi avoir des répercussions sur la santé mentale et sur la capacité à entretenir des relations », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. « Ce nouveau rapport révèle l’ampleur du problème, mais propose aussi des solutions sous la forme d’interventions scientifiquement fondées que nous invitons tous les pays à intégrer dans leur système de santé pour avancer sur la voie de la couverture sanitaire universelle ».

Le rapport montre qu’il faut intensifier rapidement l’action menée pour prévenir et combattre la perte d’audition en investissant dans les soins auriculaires et auditifs et en les rendant plus largement accessibles. Il a été établi que les investissements dans les soins auriculaires et auditifs étaient rentables : l’OMS estime que pour 1 dollar investi, les gouvernements peuvent escompter un gain de près de 16 dollars.

La Journée mondiale de l’audition est célébrée chaque année le 3 mars. Cette année le thème retenu est : Des soins auditifs pour tous ! Dépister. Réadapter. Communiquer.

Manque de professionnels des soins auriculaires et auditifs

Le manque d’informations exactes et la stigmatisation des maladies de l’oreille et de la déficience auditive limitent fréquemment l’accès aux soins. Souvent, même le personnel soignant manque de connaissances en matière de prévention, de dépistage précoce et de prise en charge de la perte d’audition et des maladies de l’oreille, et n’est donc pas en mesure de dispenser les soins nécessaires.

Dans la plupart des pays, les soins auriculaires et auditifs ne sont pas encore intégrés au système de santé national et les personnes souffrant de maladies de l’oreille ou de déficience auditive ont difficilement accès aux soins.

Mais c’est dans le domaine des ressources humaines que le manque de moyens du système de santé est le plus flagrant. Dans environ 78% des pays à faible revenu, il y a moins d’un spécialiste ORL pour un million d’habitants ; 93% de ces pays ont moins d’un audiologiste pour un million d’habitants ; seulement 17% ont au moins un orthophoniste pour un million d’habitants ; et 50% ont au moins un enseignant pour malentendants pour un million d’habitants.

D’après le rapport, il est possible de combler ce manque en intégrant les soins auriculaires et auditifs dans les soins de santé primaires grâce à des stratégies comme le partage des tâches et la formation.

Même dans les pays où la proportion de professionnels des soins auriculaires et auditifs est relativement élevée, les spécialistes sont inégalement répartis. Ces disparités non seulement créent des difficultés pour les personnes qui ont besoin de se faire soigner, mais imposent une charge excessive aux catégories de personnel assurant ces services.
La perte auditive peut être évitée grâce à des mesures préventives

Chez l’enfant, près de 60% des déficiences auditives peuvent être évitées par des mesures telles que la vaccination pour prévenir la rubéole et la méningite, une amélioration des soins maternels et néonatals ainsi que le dépistage et la prise en charge précoce de l’otite.

Chez l’adulte, la lutte contre le bruit, l’écoute sans risque et la surveillance des médicaments ototoxiques conjuguées à une bonne hygiène de l’oreille peuvent aider à conserver une bonne audition et réduire le risque de déficience auditive.

La détection est la première étape pour combattre la déficience auditive et les maladies de l’oreille qui lui sont associées. L’évaluation clinique à des moments stratégiques de l’existence permet de dépister le plus tôt possible toute perte d’audition ou maladie de l’oreille.

Les technologies récentes, parmi lesquelles des dispositifs précis et faciles à utiliser, permettent de dépister les maladies de l’oreille et les déficiences auditives à tout âge, en milieu clinique ou dans la communauté, avec des moyens et un niveau de formation limités. Le dépistage peut également se faire dans des conditions difficiles comme dans le contexte de la pandémie de Covid-19 et dans les régions du monde mal desservies et éloignées.

Des soins appropriés et accessibles à tous

Une fois le diagnostic posé, il est crucial d’intervenir rapidement. Des traitements médicaux et chirurgicaux peuvent guérir la plupart des maladies de l’oreille et éventuellement corriger la déficience auditive connexe. Toutefois, lorsque la perte d’audition est irréversible, la réadaptation peut éviter les conséquences négatives de la perte auditive. Il existe une gamme de solutions efficaces.

Les technologies telles que les aides auditives et les implants cochléaires, s’ils sont couplés à des services de soutien appropriés et à une réadaptation, sont efficaces et rentables et conviennent aux enfants comme aux adultes.

Le rapport indique que le langage des signes et d’autres moyens de substitution sensorielle comme la lecture labiale sont des solutions importantes pour beaucoup de personnes sourdes ; d’autres technologies et services d’assistance comme le sous-titrage et l’interprétation en langage des signes peuvent améliorer encore la communication et l’apprentissage pour les personnes atteintes d’une déficience auditive.

« Pour que les avantages de ces progrès et solutions technologiques soient équitablement accessibles à tous, les pays doivent adopter une approche intégrée et centrée sur la personne », a déclaré la Dre Bente Mikkelsen, Directrice du Département des maladies non transmissibles à l’OMS. « Il est essentiel d’intégrer les soins auriculaires et auditifs dans les plans de santé nationaux et de les dispenser dans des systèmes de santé renforcés, au titre de la couverture sanitaire universelle, pour répondre aux besoins des personnes à risque ou atteintes d’une déficience auditive ».

L'AUTEUR
ONU


Autres titres
Bénin Coronavirus: les tests de dépistage PCR désormais possibles que sur prescription médicale 
Congo RDC Plus de 16 millions de personnes ciblées par une campagne de vaccination contre la fièvre jaune 
Burkina-Faso Riposte à la COVID-19: bientôt l’administration du vaccin aux citoyens 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Inter L’ONU appelle les pays à respecter leurs engagements de restaurer un milliard d’hectares de terres 
Inter La FAO se félicite de l’intensification de la lutte contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée 
Inter Un an après la mort de George Floyd, l’ONU appelle à poursuivre la lutte contre le racisme 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires