Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Gabon Société Gabonaise de Transport: les employés réclament dix mois d’arriérés de salaires


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Societe-Gabonaise-de-Transport:-les-employes-reclament-dix-mois-d-arrieres-de-salaires

Depuis dix mois, les employés de la Société gabonaise de Transport (Sogatra) sont sans salaires. En assemblée nationale, le Syndicat des acteurs du transport terrestre (Synatra) ont décriés des conditions de vie difficiles en plus du covid-19.

Les agents de la Société gabonaise de Transport (Sogatra) réclament des salaires impayés, des mois de primes de covid-19 et la décote à hauteur de 8 à 12% sur les salaires. « Cette nouvelle Assemblée générale est l’occasion pour nous de faire le point de tout ce qui a été dit avec le ministre de tutelle. Il serait important de savoir que nous réclamons 10 mois de salaires, cinq mois de primes de covid et la décote. Une décote qui a été laissée par monsieur Minko Mi Ngoua. Elle a été dénoncée par les partenaires sociaux trois mois après son application en mars 2019. Depuis lors, cette décote persiste.

Or, cette décote n’a pas lieu d’être car le protocole d’accord n’a pas été respecté. L’inspecteur du travail, signataire dudit protocole ne s’était pas représenté. On remet cela en cause car il y a vice de forme, et tout cela a un caractère illégal. 19 mois sont passés on nous prélève toujours à hauteur de 8 à 12% dans nos salaires. C’est inconcevable. C’est nous qui pâtissons, il faut payer les loyers, nourrir les enfants, les soigner, les scolariser. La SEEG n’a pas un ami, il faut payer les factures, comment on fait ? », a expliqué mardi dernier la présidente du Synatra, Ndjako Ndaka.

Cette situation plonge les employés dans des problèmes. On enregistre des accumulations des loyers, des factures, des frais de scolarités des enfants, et même les dépenses quotidiennes peines à être assumées. « On s’endette de jour en jour pour survivre. Nous voulons que l’Etat joue un fran- jeu avec nous. Parce que nous sommes lassés de cette situation qui nous conduit vers la mendicité pour des pères et des mères de familles que nous sommes », explique Eric Ndinga.


Notons que le nouveau ministre du transport Brice Paillat a pu régler un mois de salaire pour passer au mieux la fête de fin d’année. Il a aussi rassurés du paiement imminent du reste des arriérés. "Les employés espèrent que les choses se fassent d’ici là, car on se fie à sa parole".



Autres titres
Niger Niamey: rues et ronds-points au noms de Mounkaila Sakoira et Cheick Chaibou Ali 
Afrique En Afrique de l’Ouest et centrale, le PAM appelle à éviter une catastrophe alimentaire 
Gabon Inauguration de l'usine CimGabon 2: de l'eau potable pour 32 500 foyers 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Gabon Inauguration de l'usine CimGabon 2: de l'eau potable pour 32 500 foyers 
Gabon Le gouvernement va accroitre les infrastructures d’alimentation en eau potable 
Gabon Port-Gentil: les pêcheurs en grève illimitée 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires