Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Inter Covid-19: la crise économique va forcer des millions d'enfants à travailler


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Covid-19:-la-crise-economique-va-forcer-des-millions-d-enfants-a-travailler

Si des mesures de protection sociale ne sont pas prises, des facteurs tels que les fermetures d'écoles, les décès de parents, la diminution des envois de fonds, le manque général de travail et l'augmentation du travail informel laisseront des millions d'enfants dans le monde exposés à l'exploitation, à la traite et au travail forcé.

La crise du coronavirus pourrait pousser des millions d'enfants supplémentaires au travail et mettre un terme à 20 ans de progrès dans l'élimination de ce fléau, met en garde un nouveau rapport de l'Organisation internationale du travai (OIT) et du Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF).

Depuis 2000, quelque 94 millions d'enfants ont été retirés du travail, mais ces gains sont maintenant menacés par la pandémie. Selon les agences, ceux qui souffrent déjà de cette exploitation pourraient travailler plus longtemps ou dans de pires conditions, et d'autres pourraient être contraints à des emplois terribles, avec des dommages importants pour leur santé et leur sécurité.

Cela se produirait principalement en raison de la pauvreté croissante, qui pousse les ménages à recourir à tous les moyens disponibles pour survivre. Selon le rapport, lorsque la pauvreté augmente de 1 %, le travail des enfants augmente de 0,7 % dans certains pays.

Lorsque la pauvreté augmente de 1 %, le travail des enfants augmente de 0,7 % dans certains pays.

« En temps de crise, le travail des enfants devient un mécanisme d'adaptation pour de nombreuses familles, alors que la pauvreté augmente, que les écoles ferment et que la disponibilité des services sociaux diminue, davantage d'enfants sont poussés à travailler », déclare la Directrice générale de l'UNICEF, Henrietta Fore.

Selon le rapport, les groupes les plus vulnérables, tels que les personnes travaillant dans l'économie informelle et les migrants, seront les plus touchés par le ralentissement économique, l'augmentation de l'informalité et du chômage, la baisse générale du niveau de vie, les crises sanitaires et les systèmes de protection sociale inadéquats, entre autres pressions.

Qualité de vie en baisse

Lors des précédentes crises qui ont fait baisser le niveau de vie, de nombreux pays à faible et moyen revenu ont vu les progrès réalisés en matière de réduction du travail des enfants et de scolarisation se modifier radicalement.

Une étude réalisée en Côte d'Ivoire sur la chute des prix du cacao pendant la crise économique de 1990 a révélé qu'une baisse de 10 % des revenus a entraîné une diminution de plus de 3 % de la scolarisation et une augmentation de plus de 5 % du nombre d'enfants qui travaillent.

Selon le rapport, les récessions économiques en Amérique latine ont eu des effets plus faibles, voire marginalement positifs, en particulier lorsque des mesures de protection sociale adéquates sont en place.

Lors de la crise du café en Amérique centrale en 2000-2001, par exemple, plusieurs pays de la sous-région ont enregistré des progrès dans les taux de scolarisation primaire et une légère diminution du travail des enfants. Les programmes d'assistance sociale ont joué un rôle important dans la protection du bien-être des ménages. Les ménages des régions productrices de café bénéficiant de programmes d'aide sociale pourraient mieux protéger les dépenses du ménage et la fréquentation scolaire des enfants que ceux des régions productrices de café ne bénéficiant pas de tels programmes.
Déclin de l'emploi

Le temps de travail mondial a diminué au premier trimestre 2020 d'environ 4,5 % par rapport au dernier trimestre 2019. Cela représente environ 130 millions d'emplois à temps plein, en supposant une semaine de travail de 48 heures. Au deuxième trimestre, le temps de travail global devrait être inférieur de 10,5 %, ce qui équivaut à 305 millions d'emplois à temps plein.

La diminution des possibilités d'emploi et des salaires peut conduire les gens à travailler dans le secteur informel ou à être exploités, ce qui peut encore réduire les salaires et contribuer au travail des enfants. Par rapport aux adultes, les enfants sont plus susceptibles d'accepter un travail moins bien payé et dans des conditions vulnérables. Les entreprises peuvent délibérément recruter des enfants pour réduire leurs coûts et augmenter leurs profits.

Les enfants sont souvent la main-d'œuvre la plus disponible dans les ménages. Par exemple, le chômage des parents dû aux crises économiques au Brésil a conduit les enfants à intervenir pour apporter un soutien temporaire. Des effets similaires ont été documentés au Guatemala, en Inde, au Mexique et aux États-Unis. République de Tanzanie.

Une forme d'aide financière pour les familles consiste à réduire les frais scolaires, indique le rapport. Cela a joué un rôle important dans la manière dont les ménages ont fait face à la Grande Récession au Salvador, les familles passant de l'école privée à l'école publique en une année scolaire pour réduire leurs dépenses d'éducation.

De plus, lorsque les familles ne trouvent pas de travail et se retrouvent sans moyens de subsistance, même à la maison, les enfants peuvent être envoyés au loin, ce qui les rend vulnérables à l'exploitation. Des conséquences similaires peuvent se produire si des membres de la famille déménagent ou sont séparés.

Les enfants abandonnés ou non accompagnés sont encore moins protégés et plus vulnérables aux pires formes de travail. Après le tremblement de terre de 2015 au Népal, par exemple, l'effondrement des mécanismes de protection publics et privés a entraîné une augmentation du nombre d'enfants victimes de la traite.

La réduction des envois de fonds

Le ralentissement économique mondial devrait réduire les envois de fonds nationaux et internationaux, qui proviennent principalement de l'Union européenne et des États-Unis. Selon le rapport, il a été démontré dans le passé que les transferts de fonds internationaux ont permis de réduire le travail des enfants dans les pays pauvres.

Lorsque les migrants envoient moins de revenus, les familles en souffrent. Des études sur la Grande Récession ont montré qu'elle a considérablement réduit les envois de fonds des États-Unis vers le Mexique. Les familles qui ont connu un déclin étaient plus susceptibles d'avoir des enfants qui travaillent. En outre, des études sur la crise financière asiatique ont indiqué que les envois de fonds soutenaient les entreprises familiales tout en maintenant la scolarisation et la protection contre le travail des enfants.

En outre, les retours forcés de travailleurs migrants dans certains pays ont eu pour conséquence que des enfants et des familles se sont retrouvés bloqués aux frontières ou confinés dans des centres de quarantaine. Au Népal, la fermeture de certains fours à briques, associée au manque de moyens de transport, a empêché quelque 12 000 personnes, dont 2 000 enfants, de retourner dans leur village d'origine.

Une crise du crédit

Un resserrement du crédit réduit les investissements, même dans la scolarité, ce qui peut entraîner une augmentation du travail des enfants, une progression évidente, par exemple, en Afrique du Sud. Au niveau de la famille, un resserrement du crédit peut rendre les frais de scolarité moins accessibles, ce qui empêche les enfants d'aller à l'école, et peut accroître le travail des enfants.

En outre, lorsque le crédit formel et informel n'est pas disponible, les ménages peuvent avoir recours à des formes plus désespérées d'accès au crédit, comme la servitude pour dettes. Cette stratégie a été commune dans l'histoire récente, et la crise de la Covid-19 pourrait l'aggraver encore.

Selon le rapport, il existe déjà des preuves anecdotiques de travail forcé des enfants associé à la pandémie. Le risque que des prêteurs abusifs exploitent des enfants peut augmenter, en particulier lorsque les mesures de fermeture sont levées et que les activités normales reprennent.
Réduction du commerce international

Au niveau mondial, le commerce international s'est effondré, et l'on s'attend à ce que la dépression persiste comme après la crise financière de 2008. La pandémie a provoqué une chute de 3 % de la valeur du commerce mondial au cours du premier trimestre 2020. Le ralentissement devrait s'accélérer au deuxième trimestre. Les prévisions récentes indiquent une baisse de 27 %.

Étant donné l'étroitesse des chaînes d'approvisionnement mondiales, les mesures visant à arrêter la propagation du virus, telles que la fermeture des frontières, les transports et les entreprises, ont supprimé les exportations et les importations mondiales et réduit la production. De tels changements peuvent influencer le niveau de vie des pauvres en gonflant les prix tout en réduisant les revenus du travail et les biens familiaux. Un déclin du commerce qui abaisse le niveau de vie aggravera le travail des enfants, avertit le rapport.

La fermeture des écoles : un autre facteur de risque

Selon les agences, les preuves indiquent de plus en plus que le travail des enfants augmente, car les écoles ferment pendant la pandémie. Les fermetures temporaires d'écoles touchent aujourd'hui plus d'un milliard d'élèves dans plus de 130 pays. Même lorsque les cours reprennent, certains parents ne peuvent plus se permettre d'envoyer leurs enfants à l'école.

Les experts avertissent que cela entraîne un plus grand nombre d'enfants à être forcés à effectuer des travaux dangereux ou à être exploités. En outre, les inégalités entre les sexes pourraient s'accentuer, les filles étant particulièrement vulnérables à l'exploitation dans l'agriculture et le travail domestique.

Après le tsunami indonésien, seules les familles les plus riches et les plus instruites ont pu faire face à la situation et maintenir leurs enfants en bonne santé et à l'école.

Les preuves du travail des enfants s'accumulent à mesure que les écoles ferment pendant la fermeture mondiale qui s'intensifie progressivement. Au Malawi, par exemple, le gouvernement a fermé des écoles pour empêcher la propagation du virus. Incapables d'apprendre, les enfants se sont vite retrouvés avec d'autres tâches. Les agences citent le témoignage d'un enfant de ce pays : "De nombreux parents de mon quartier ont profité des vacances pour envoyer les enfants en ville vendre des fruits et des légumes.
La mort des parents

Le nombre croissant de décès dus à la Covid-19 est suivi par le nombre croissant d'enfants qui se retrouvent sans un ou deux parents, ainsi que d'autres personnes qui s'occupent d'eux, comme les grands-parents. Les enfants sans famille sont particulièrement vulnérables au travail des enfants, à la traite et à d'autres formes d'exploitation.

Les preuves des crises précédentes suggèrent que lorsque les systèmes de santé manquent de ressources et de mécanismes de protection sociale, les familles sont très susceptibles de connaître de graves crises sanitaires. De nombreux travailleurs, en particulier ceux du secteur informel, n'ont d'autre choix que de continuer à travailler, ce qui augmente leur risque de maladie. Les ménages peuvent être confrontés à des coûts de santé catastrophiques, exacerbés par la perte d'un soutien de famille ou d'un bénéficiaire de pension. Le travail des enfants devient une stratégie de survie. Les filles, en particulier, peuvent jouer un rôle plus important dans les soins aux membres du ménage qui tombent malades.

Lorsque des membres adultes du ménage tombent malades ou meurent, il n'est pas rare que des garçons prennent la relève. Dans les sociétés où les rôles traditionnels des hommes et des femmes sont définis, le décès d'un parent peut amener les enfants à chercher du travail, y compris les pires formes de travail des enfants, en dehors de la maison.

Une étude récente au Mali a documenté comment la maladie des femmes dans la famille amène les enfants à assumer certaines tâches. Bien que le travail des enfants et celui de leur mère soient généralement étroitement liés, les mères jouent souvent aussi un rôle de supervision pour s'assurer que les enfants restent à l'école.

En outre, des preuves anecdotiques provenant de différents pays révèlent que, parce que les gens pensent que les enfants ne sont pas touchés par la Covid-19, ils sont mis au travail à la place des adultes. Ils s'occupent des membres malades de la famille et font des courses et d'autres activités qui impliquent la levée de la quarantaine. Ils complètent également le revenu familial lorsque les adultes ne peuvent pas travailler, notamment parce qu'ils peuvent sauter ou éviter le couvre-feu, car ils sont moins visibles et moins susceptibles d'être pris par la police.

Recommandations

« En imaginant le monde après la Covid-19, nous devons nous assurer que les enfants et leurs familles disposent des outils nécessaires pour faire face à des tempêtes similaires à l'avenir. Une éducation de qualité, des services de protection sociale et de meilleures opportunités économiques peuvent changer les règles du jeu », a-t-elle ajouté.

Le chef de l'OIT a également souligné que la protection sociale est vitale en ces temps de crise.

« L'intégration des préoccupations relatives au travail des enfants dans des politiques plus larges en matière d'éducation, de protection sociale, de justice, de marchés du travail et de droits internationaux de l'homme et du travail fait une différence essentielle », a déclaré Guy Rider.

Le rapport propose un certain nombre de mesures pour contrer la menace d'une augmentation du travail des enfants, notamment

- une protection sociale plus complète

- un accès plus facile au crédit pour les ménages pauvres

- la promotion du travail décent pour les adultes

- des mesures visant à ramener les enfants à l'école, y compris la suppression des frais de scolarité

- davantage de ressources pour les inspections du travail et l'application de la loi.

L'OIT et l'UNICEF développent un modèle de simulation pour analyser l'impact de la Covid-19 sur le travail des enfants au niveau mondial. De nouvelles estimations mondiales sur le travail des enfants seront publiées en 2021.

L'Organisation internationale du travail a lancé la « Journée mondiale contre le travail des enfants » en 2002 afin de sensibiliser à l'ampleur de ce problème et d'unir les efforts pour l'éradiquer.

La Journée mondiale en 2020 se concentre sur l'impact de la crise sur le travail des enfants et appelle les pays et les organisations à protéger les plus vulnérables dans la gestion et le rétablissement de cette crise.

L'AUTEUR
ONU


Autres titres
Afrique Au Liban, « les voix du peuple doivent être entendues », souligne le chef de l’ONU 
Côte D'Ivoire Violences postélectorales et répression 
Côte D'Ivoire Les artistes Yodo et Siro devant le procureur ce mercredi matin 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Inter Trois milliards de personnes vivent dans des régions agricoles affectées par de fortes pénuries d'eau (FAO) 
Inter Rougeole et polio: l'ONU a besoin de 655 millions de dollars pour éviter de nouvelles épidémies 
Inter Près de 900 journalistes ont été tués ces 10 dernières années, selon l’UNESCO 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires