Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Inter 56 journalistes ont été assassinés en 2019, 90% étaient des journalistes locaux (UNESCO)


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
56-journalistes-ont-ete-assassines-en-2019,-90%-etaient-des-journalistes-locaux-(UNESCO)

Bien que le nombre de journalistes tués dans le monde a presque diminué de moitié en 2019, les professionnels des médias demeurent confrontés à des risques graves, l’impunité qui entoure les crimes contre eux étant presque totale. C'est ce qu'indique les derniers chiffres de l'Organisation des Nations Unes pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

L'Observatoire de l'UNESCO sur les journalistes assassinés a enregistré 56 décès de mort violente en 2019, contre 99 en 2018 - le bilan le plus faible depuis plus de 10 ans. Au total, l'agence onusienne a enregistré 894 assassinats de journalistes au cours de la décennie 2010-2019, soit une moyenne de près de 90 par an.

Des journalistes ont été assassinés sur tous les continents. Avec 22 meurtres en 2019, l'Amérique latine et les Caraïbes enregistrent le nombre le plus élevé de journalistes tués , suivies de l'Asie et du Pacifique avec 15 assassinats et la région des États arabes avec 10 meurtres.

« L'UNESCO reste profondément troublée par l'hostilité et la violence dont sont victimes de trop nombreux journalistes à travers le monde », a dit la Directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, soulignant que ces actes « portent atteinte au débat démocratique ».

La majorité des journalistes ont été tués en dehors des zones de conflit

Les chiffres de l’UNESCO montrent que les journalistes ne sont pas seulement exposés à des risques extrêmes lorsqu'ils couvrent des guerres mais qu'ils sont également visés lorsqu'ils font des reportages sur la politique locale, la corruption et la criminalité, souvent dans leur ville même de résidence.

En 2019, six cas sur dix (61%) concernent des pays qui ne connaissent pas de conflit. C’est là un pic notable d’une tendance plus large de ces dernières années, et une inversion complète de la situation de 2014, quand ce chiffre était d'un tiers. À l’instar des années précédentes, plus de 90% des assassinats enregistrés en 2019 concernaient des journalistes locaux.

Toutes ces tendances ont été mises en évidence dans la campagne médiatique de l'UNESCO #KeepTruthAlive, dans le cadre de la Journée internationale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre des journalistes de 2019.

Augmentation des emprisonnements, des enlèvements et des violences physiques

Un rapport de l'UNESCO publié en novembre dernier en anglais intitulé « Intensified attacks, new defences: developments in the fight to protect journalists and end impunity » (« Intensification des attaques, nouvelles défenses : derniers développements dans le combat pour protéger les journalistes et mettre un terme à l’impunité ») montre que les journalistes sont de plus en plus souvent victimes d'agressions verbales et physiques du fait de leur travail. Les dernières années ont été marquées par une augmentation des emprisonnements, des enlèvements et des violences physiques, dans un contexte où se généralise une rhétorique hostile aux médias et aux journalistes. Les femmes journalistes, en particulier, sont souvent la cible de harcèlement en ligne et de violence sexiste. De manière générale, les menaces contre les journalistes ont pour objectif de faire taire les voix critiques et de restreindre l'accès du public à l'information.

L'UNESCO s'emploie à améliorer la sécurité des journalistes et à lutter contre l'impunité des crimes commis à leur encontre, notamment en mettant en œuvre le Plan d'action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l'impunité.

Le rapport montre que seule une minorité des agresseurs ou des assassins de journalistes sont ensuite poursuivis. Estimé à près de 90%, le taux d'impunité reste scandaleusement élevé, moins d'un cas sur huit enregistré par l'UNESCO depuis 2006 étant actuellement considéré comme résolu.

L'AUTEUR
ONU


Autres titres
Afrique de l'Ouest En un an, la violence au Sahel a déplacé plus de 700.000 personnes au Burkina Faso (HCR) 
Côte D'Ivoire Insertion des jeunes: 715 203 opportunités d’emplois créées dans le secteur formel de 2011 à 2019 
République Centrafricaine Radio Centrafrique et Guira FM: un partenariat au profit du peuple 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Inter L'ONU lance une campagne d'appui au travail humanitaire 
Inter L’ONU appelle à intégrer la protection des enfants dans les processus de paix 
Inter Journée mondiale de la radio: message du Secrétaire général des Nations Unies 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires