Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Gabon Hydrocarbures : Des compagnies soupçonnées de trafic de carburant


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Hydrocarbures-:-Des-compagnies-soupconnees-de-trafic-de-carburant

Ces derniers mois, plusieurs compagnies exerçant au Gabon, dont la plupart à Port-Gentil, se ravitaillent en carburant dans les eaux internationales, grâce à un bateau-citerne. Selon Jeune Afrique qui a rouvert le dossier, ce trafic serait suivi de près par les autorités maritimes gabonaises qui ont lancé une enquête.

Conséquence des hausses successives du prix des carburants ces derniers mois, un trafic s’est développé au large des côtes gabonaises, dans les eaux internationales, informe l’hebdomadaire Jeune Afrique à la suite du journal gabonais Le Diagnostic qui avait révélé l’affaire en juillet dernier. Selon nos confrères, un bateau-citerne ravitaillerait notamment en gasoil des compagnies dont la plupart exercent à Port-Gentil. Dans la capitale économique, les autorités maritimes sont actuellement sur les traces de ce trafic qui n’implique que partiellement le bateau-citerne, dont des informateurs précisent à Gabonreview qu’il s’agit d’un navire battant pavillon sierra-léonais.

De trafic, les enquêteurs n’en voient pas véritablement dans la vente de carburant par le bateau-citerne qui n’aurait jamais quitté le golf de Guinée pour faire son commerce, se protégeant ainsi de toute poursuite judiciaire. Ce sont plutôt ses «clients» qui sont passibles d’amende pour s’être mis en marge de la loi fiscale en la matière, précisément de l’article 110 du Code des douanes en zone Cemac qui, selon une source proche du dossier citée par Jeune Afrique, «oblige tout importateur à déclarer en détail toutes les marchandises importées ou introduites sur le territoire douanier».

Or, après avoir acheté leur carburant dans les eaux internationales, ces compagnies ne le déclarent pas à la douane une fois dans les eaux nationales. Elles craignent d’être taxées conformément à la loi qui impose de 31,25 % sur chaque litre.

Si ce trafic de carburant prolifère au large des côtes gabonaises, c’est à cause de la hausse des prix due à l’arrêt de la subvention par l’État du prix de l’essence et du gasoil depuis avril dernier. De 655 francs CFA en juillet, le litre de gasoil est à 660 francs depuis le 1er octobre 2019. Celui de l’essence est fixé à 675 francs CFA.

Sur le bateau-citerne, un litre de gasoil serait vendu à 330 francs, soit la moitié du prix normal. Ce qui fait faire de sacrées économies aux entreprises ayant opté pour l’achat sur le bateau.



Autres titres
Nigéria Crime : Une attaque d'hommes à dos de chameaux fait six morts 
Botswana Bientôt les premiers permis de chasse aux éléphants 
Cameroun 48èmes Assises de l'UPF: la pratique du journalisme remise en question à Yaoundé 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle
RECHERCHE
Gabon Haut-Ogooué: démarrage du recensement biométrique des agents publics 
Gabon Grève illimitée au service des impôts de Libreville 
Gabon Hydrocarbures : Des compagnies soupçonnées de trafic de carburant 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires