Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Bénin Insécurité routière: la moto, un mode de transport à haut risque à Cotonou


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Insecurite-routiere:-la-moto,-un-mode-de-transport-a-haut-risque-a-Cotonou

Moyen de déplacement populaire, les engins à deux-roues motorisés sont les plus fréquemment impliqués dans les accidents de la voie publique (AVP). A Cotonou, la moto est devenue un mode de transport à haut risque.

Préoccupation à l’échelle mondiale, les accidents de la route le sont aussi au Bénin. On enregistre « 02 tués chaque jour », a déclaré à propos, le directeur du centre national de sécurité routière (CNSR), Aubin Adoukonou, sur le site web de l’institution.

Les statistiques générales de l’année 2017 obtenues auprès du CNSR font état de 5715 accidents matériels et corporels enregistrés au Bénin avec, à la clé, 677 morts, 1834 blessés graves et 2228 blessés légers.

A Cotonou où le secteur du transport est caractérisé par un grand nombre d’engins à deux-roues, les 3075 AVP répertoriés en 2017 se sont soldés par 68 tués, 564 blessés graves et 896 blessés légers.

La forte implication des motos dans ces accidents s’explique, selon le CNSR, par « leur nombre déjà important et sans cesse grandissant dans le parc circulant et par le fait qu’ils ne disposent pas toujours d’une voie réservée, ce qui les met en conflit permanent avec les autres catégories de véhicules ».

Les accidents se produisent au quotidien dans la capitale économique béninoise. Pas un jour ne passe, en effet, sans qu’on n’en enregistre.

« Dans l’espace de Cotonou, on observe des accidents chaque jour. La plus grande fréquence survient le matin et le soir, aux heures des embouteillages. On est pressé et le respect du code de la route n’est pas absolu. La courtoisie fait défaut, et les chocs sont fréquents. La deuxième partie de la journée où l’on enregistre des chocs plus fréquents, c’est le soir à la sortie des bureaux », explique le professeur Aristote Hans-Moevi, traumatologue, orthopédiste au Centre national hospitalier universitaire Hubert Koutoucou Maga (Cnhu-Hkm).

« Les accidents sont aussi assez fréquents pendant les week-ends où les gens ont boivent assez d’alcool », ajoute-t-il.

Les conducteurs des deux-roues et leurs passagers sont les principales victimes. « Les statistiques du CNSR sont vraies et correspondent aux constats que nous faisons lorsque nous menons ou nous diligentons des études d’observation et de statistiques sur les cas que nous recevons. En effet, les blessés des accidents impliquant les deux-roues motorisés sont très nombreux », confirme Pr Hans-Moevi.

« On peut observer des conducteurs de moto qui entrent en collision avec des piétons. Ils peuvent entrer en collision avec une autre moto, ils peuvent aussi entrer en collision avec une automobile ou un camion », ajoute le spécialiste.

Des facteurs divers et variés comme causes

« Les accidents sur nos voies ont beaucoup de causes. Il y a l’excès de vitesse, la consommation de l’atay (une sorte de thé, NDLR), l’imprudence et même l’inconscience de certains que je peux citer », avance I. Quenum, un conducteur de taxi-moto à Cotonou.

Pour Antoine Mahouton, également rencontré à Cotonou,la cause des records détenus par les deux-roues dans les AVP est à rechercher dans « la méconnaissance du code de la route par certains ».

Si « le port de casque avoisine 98% pour les conducteurs des deux-roues » à Cotonou, il n’en est pas de même pour leurs passagers déplore Casimir Miganle, Coordonnateur d’Alinagnon, une ONG engagée dans la sécurité routière. Il regrette que ces derniers continuent de gonfler les statistiques des victimes d’accidents.

Selon le « Rapport de situation sur la sécurité routière dans le monde 2018 » de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « le port du casque permettant de réduire de 42 % le risque de blessures mortelles et de 69 % le risque de blessures à la tête, il constitue un moyen de plus en plus important de prévenir les décès dus à des accidents de la circulation ».

Hans-Moevi soulève et dénonce un « manque de conscience généralisé », avec la complicité tacite des passagers des motos, surtout des conducteurs de taxi-moto, lorsque ces derniers se rendent coupables d’actes d’imprudence ou d’incivisme sur les routes. « Quand je les observe, j’ai l’impression qu’ils sont complices. Lorsque le conducteur commet des erreurs, ils ont tendance à le soutenir.Ils soutiennent celui qui met leur vie en danger et insultent et réprimandent les automobilistes qui voudraient qu’on respecte le code de la route ».

Les surcharges et le transport de bagages hors normes sont aussi au nombre des facteurs de risque. Alors que le conducteur ne devrait transporter qu’un passager, il est courant de voir plus de trois personnes transportées sur une même moto, ou des sacs de riz ou de maïs, des piles de matelas, des bidons d’essence…

A tout ceci s’ajoutent des facteurs liés au mauvais éclairage nocturne, à l’état des engins, à l’état des routes ou leur dégradation par les usagers qui y font traîner des matériaux tels les barres, l’écoulement de gazole, etc.

Des lésions pouvant conduire à la mort

Dans son service où il voit défiler au quotidien des victimes d’accidents impliquant les deux-roues, le professeur Hans-Moevi parle des trois types de blessures qui en découlent. « La première forme de lésion concerne les traumatismes du crâne. Lorsque le passager ou le conducteur de la moto est projeté par un choc violent, il retombe sur la tête parce que, la plupart du temps, il ne se contrôle plus. Il y a un choc au niveau de la tête qui provoque des plaies, des fractures du crâne, parfois des chocs internes au cerveau à travers l’ébranlement qui se fait par la boîte crânienne ».

Tout aussi grave, le deuxième type de lésion concerne les fractures des membres. « … et parmi les fractures des membres, nous observons fréquemment des lésions autour du genou. Les genoux des motocyclistes sont exposés, que le choc soit latéral, droit, gauche ou frontal. Souvent la rotule, qui est l’os qui ferme le genou devant peut se casser », explique le spécialiste. Les traumatismes de la colonne vertébrale surtout au niveau du rachis cervical, sont la troisième forme de lésion.

Mais, prévient le traumatologue, « il ne faut pas oublier qu’on peut avoir une association des différents types de lésions, c’est-à-dire que fracture et luxation peuvent être associées ».

Faire respecter les règles, au besoin réprimer

Face à l’ampleur des accidents de la voie publique, des mesures sécuritaires telles que le port du casque et le respect de la piste cyclable ont été prises dans la ville de Cotonou.

Bien qu’il dise constater des améliorations grâce à ces mesures parmi lesquelles la « très bonne décision » d’obliger les deux-roues de circuler dans un couloir à eux, Hans-Moevi estime, néanmoins, que beaucoup reste à faire, à commencer par l’application stricte de la loi. « J’ai observé dans notre pays que les règles ne sont pas respectées. Nous avons des lois excellentes, des règles qui sont très bonnes, mais elles ne sont pas respectées. La circulation dans les couloirs qui est imposée aux motos n’est pas respectée. Il n’est pas rare de voir plusieurs motos sortir des couloirs et rouler entre les voitures en faisant des zigzags, en prenant des risques ».

A l’en croire, le Code de la route pourrait remédier à ces manquements : « Je pense qu’une mesure qui pourrait être utile, c’est d’imposer le Code de la route aux conducteurs de motos, de les obliger à passer un permis de conduire. Même si ce permis ne doit pas comporter un exercice de conduite, tout au moins, qu’ils aient été informés des règles du Code de la route et qu’ils soient amenés à passer une évaluation sur leurs connaissances des différents panneaux qui régissent la circulation sur les voies ».

Casimir Migan, lui, opte pour la législation et la répression, en plus de la sensibilisation. « Il faut que des textes soient votés, qu’il y ait la sensibilisation, mais il faut la répression pour accompagner. Le peuple a besoin de répression. Dans les pays où ça a marché, c’est qu’il y a eu des répressions, des amendes, et même des emprisonnements ».

Flore NOBIME

L'AUTEUR
L'événement Précis


Autres titres
Afrique de l'Ouest Migrants décédés au large de la Mauritanie: 13 sénégalais parmi les victimes 
Niger Accidents: 900 morts enregistrés sur les routes nigériennes 
Mauritanie 58 migrants morts dans le naufrage d’une embarcation au large de la Mauritanie (OIM) 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Bénin 10ème édition du Festival des rituels et des danses masquées 
Bénin Suicide : Un homme s’est donné la mort à Kandi 
Bénin Transactions financières : Les comptes de monnaie électronique en hausse 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires