Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Inter Traite des êtres humains: l’ONU appelle à stopper les trafiquants et aider les victimes à se reconstruire


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Traite-des-etres-humains:-l-ONU-appelle-a-stopper-les-trafiquants-et-aider-les-victimes-a-se-reconstruire

A l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre la traite des êtres humains, le Secrétaire général de l’ONU a lancé cette année un double appel pour empêcher les criminels d’exploiter impitoyablement des êtres humains pour de l’argent, et aider les victimes à reconstruire leur vie.

« Environ 72 % des victimes recensées sont des femmes et des filles, et que le pourcentage d’enfants a plus que doublé entre 2004 et 2016 », a souligné António Guterres expliquant que « dans la majorité des cas de traite signalés, les victimes sont destinées à l’exploitation sexuelle et au travail forcé.

Aussi les trafiquants et les groupes terroristes s’en prennent aux personnes vulnérables, notamment en situation de pauvreté, dans les pays en conflit ou victimes de discriminations, tels les migrants, qui meurent par milliers en mer, dans le désert, ou dans les centres de détention.

Selon le chef de l’ONU il s’agit d’un commerce « aussi abominable qu’impitoyable ».

Il met toutefois en garde contre « l’indifférence quotidienne à l’égard de l’exploitation et des atteintes qui se produisent autour de nous » qui ont aussi des conséquences dévastatrices, que ce soit dans le domaine de la construction, de la production alimentaire ou de la fabrication de biens de consommation, d’innombrables entreprises tirent profit de la misère ».

Même si la plupart des pays ont adopté les lois nécessaires suivant le Protocole de Palerme contre la traite et que certains ont prononcé récemment pour la première fois des condamnations pénales, il reste selon M. Guterres encore « beaucoup à faire » pour traduire en justice les trafiquants et faire en sorte que les victimes « soient recensées et puissent accéder à la protection et aux services dont elles ont besoin ».

« Que justice soit rendue »

Dans une tribune publiée à l’occasion de la Journée et intitulée Victimes de la traite humaine : que justice soit rendue, le Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Yury Fedotov, se fait l’écho du message du Secrétaire général et s’interroge « comment pouvons-nous accepter que la traite des personnes existe encore au 21ème siècle ? »

Il souligne la diversité des situations qui existent, prenant en exemple l’Afrique subsaharienne, où 55% des victimes sont des enfants.

« Une variété de cas de figure existe, allant des formes d’exploitation traditionnelle à des fins de travail forcé dans l’agriculture, la pêche ou sur les marchés, jusqu’à la traite par des réseaux de criminalité organisée et enfin celle qui prend pour cible des migrants en route vers l’Europe » précise le Directeur de l’ONUDC

« Surtout, contrairement à ce que l’on imagine parfois en Europe, les flux de la traite en Afrique sub-saharienne sont pour la plupart internes aux pays ou intrarégionaux » ajoute M. Fedotov.

M. Fedotov s’est félicité des progrès à relever depuis l’entrée en vigueur, il y a 15 ans, du Protocole additionnel à la Convention de Palerme, visant la traite des personnes, soulignant qu’il existe « une corrélation indiscutable entre l’ancienneté de la mise en place d’une législation visant à lutter contre la traite dans un pays, les capacités nationales de détection de ce crime et le nombre de condamnations en justice »

« Justement en Afrique sub-saharienne, les tribunaux de plusieurs pays qui se sont récemment dotés d’une législation nationale, ont prononcé leurs premières condamnations au cours des quatre dernières années », signale le chef de l’ONUDC.

« Les défis communs requièrent des solutions communes » affirme Yury Fedotov appelant la communauté internationale – pays d’origine, de transit, de destination - à « serrer les rangs » dans la lutte contre la traite des êtres humains.

Assurer l'inclusion sociale des victimes de la traite

Pour sa part la Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, Maria Grazia Giammarinaro, a appelé les États à investir dans des solutions à long terme pour assurer l'inclusion sociale des victimes de la traite des êtres humains.

« Cela signifie qu'il faut veiller à ce que les États disposent de procédures solides pour permettre aux victimes d'accéder à la justice et à des recours, y compris l'indemnisation », a précisé Mme Giammarinaro.

« Le chemin à parcourir pour retrouver l'intégrité physique et psychologique, l'estime de soi et l'indépendance des personnes qui ont subi de graves violations des droits humains est long », a affirmé l’experte ajoutant « qu'en incluant efficacement les survivants dans la société et en valorisant leur potentiel, leurs compétences et leur expertise, on peut leur donner l'occasion de se reconstruire et de changer leur vie, de prévenir la traite des êtres humains et de contribuer activement au démantèlement des réseaux criminels ».

Aussi, Mme Giammarinaro a exhorté à opérer des changements profonds dans les approches des États en matière de migration et de traite des êtres humains, soulignant que « les politiques migratoires restrictives et xénophobes et la criminalisation des migrants, ainsi que des ONG et des personnes fournissant une aide humanitaire, sont incompatibles avec une action efficace contre la traite des êtres humains ».

Selon elle « les hommes politiques qui attisent la haine, érigent des murs, tolèrent la détention d'enfants et empêchent les migrants vulnérables d'entrer sur leur territoire vont à l'encontre des intérêts de leur propre pays ».



Autres titres
Ghana le taux de chômage en baisse à 7,1% en 2019 (Gouvernement) 
République Centrafricaine Plus de 31 000 réfugiés centrafricains bientôt rapatriés du Congo-Brazzaville 
Côte D'Ivoire Ventes soldes: voici les sanctions auxquelles s’exposent les commerçants véreux 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle
RECHERCHE
Inter Violence fondée sur la religion: l’ONU appelle à opposer aux messages de haine des messages de paix 
Inter Les femmes contribuent à l’efficacité de l’aide humanitaire mais sont prises pour cibles (ONU) 
Inter Dix choses à connaître sur les travailleurs humanitaires 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires