Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Guinée Amnesty s’alarme du nombre de manifestants tués


Politique

AFP | | Commenter |Imprimer
Amnesty-s-alarme-du-nombre-de-manifestants-tues

Amnesty International s’est inquiété mercredi du nombre de tués – 18 depuis début de l’année, dont trois au cours des deux dernières semaines – lors des manifestations de l’opposition en Guinée, demandant aux autorités de Conakry de veiller à ce que « personne d’autre ne perde la vie ».

« Depuis le début de l’année, au moins 18 personnes sont mortes dans le contexte des manifestations, dont trois ont été tuées par des tirs d’armes à feu semblant provenir des forces de sécurité les 16, 23 et 30 octobre dans la capitale, Conakry », s’est alarmé dans un communiqué le bureau d’Amnesty pour l’Afrique de l’Ouest, dont le siège est à Dakar.

Alors que les enseignants sont régulièrement en grève, l’opposition politique a contesté les résultats des élections locales du 4 février, puis la mise en place des conseils municipaux, en organisant des manifestations et des journées « ville morte ».

Ces manifestations « ont été marquées par une violence effroyable de tous les côtés, notamment un usage excessif de la force par les forces de sécurité », a déclaré François Patuel, chercheur pour l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International, cité dans le communiqué.

« Les autorités doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger le droit de réunion pacifique et veiller à ce qu’aucune autre personne ne perde la vie à cause de la violence de tous les côtés, notamment des excès meurtriers des forces de sécurité », affirme Amnesty, en réclamant des enquêtes sur les personnes soupçonnées de violences, « y compris celles occupant des fonctions de commandement ».

L’ONG réclame également une « enquête approfondie, impartiale et efficace sur les allégations indiquant que (le chef de l’opposition) Cellou Dalein Diallo a été pris pour cible parce qu’il a critiqué ouvertement le gouvernement ».

Selon l’opposant, une balle tirée par un policier a traversé sa voiture alors qu’il tentait de se rendre à une manifestation le 23 octobre. La police a démenti toute responsabilité.

L’organisation non gouvernementale affirme par ailleurs avoir « authentifié » des vidéos et des photos montrant « des membres des +bérets rouges+, une unité d’élite militaire », aux côtés de la police le 15 octobre.

« Le déploiement d’une unité militaire connue pour avoir commis des violations des droits humains risque d’aggraver encore la situation », estime l’ONG, alors que l’opposition promet de continuer à organiser des manifestations.

L’opposition estime à 98 le nombre de manifestants tués depuis l’arrivée au pouvoir en 2010 du président Alpha Condé



Autres titres
Mali Les dates des échéances électorales maliennes de 2019 
Mali Dispersion violente d’un meeting d'opposition: le CNDH condamne tout recours excessif à la force 
Niger Intervention du Président de la République lors du Sommet Extraordinaire de l’Union Africaine à Addis-Abeba 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle
RECHERCHE
Guinée Conakry: condamnation après la mort de trois individus dans des émeutes 
Guinée Manifestations d’élèves à Labé ce jeudi 
Guinée Amnesty s’alarme du nombre de manifestants tués 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires