Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Libye Le HCR appelle à agir face aux trafiquants d’êtres humains se faisant passer pour du personnel de l'ONU


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Le-HCR-appelle-a-agir-face-aux-trafiquants-d-etres-humains-se-faisant-passer-pour-du-personnel-de-l-ONU

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a appelé samedi les autorités libyennes à agir contre les passeurs et les trafiquants d’êtres humains, notamment ceux qui se fontt passer pour du personnel onusien.

« Des rapports fiables de nos sources et des réfugiés suggèrent que les trafiquants et les passeurs se font passer pour du personnel des Nations Unies, y compris du HCR, à différents endroits en Libye », a déploré dans un communiqué l’agence humanitaire onusienne consternée par ces informations.

Selon le Haut-Commissariat, « ces criminels » ont été repérés dans des points de débarquement et des plaques tournantes de trafics d'êtres humains où ils utilisent des gilets et d’autres articles affichant des logos similaires à ceux du HCR.

Les informations reçues par le HCR proviennent de réfugiés qui ont déclaré avoir été vendus à des trafiquants en Libye et soumis à des abus et à la torture, notamment après avoir été interceptés en mer. L'agence onusienne recueille actuellement plus d'informations et enquête sur ces allégations.

le HCR et ses partenaires sont présents aux points de débarquement officiels pour fournir une assistance humanitaire et médicale vitale aux réfugiés et aux migrants, notamment de la nourriture, de l'eau et des vêtements

En Libye, le HCR et ses partenaires sont présents aux points de débarquement officiels pour fournir une assistance humanitaire et médicale vitale aux réfugiés et aux migrants, notamment de la nourriture, de l'eau et des vêtements. Les équipes du Haut-Commissariat sont également présentes sur ces points de débarquement pour suivre la situation, aider et identifier les personnes plus vulnérables afin d'essayer de trouver des solutions, en particulier dans les pays tiers.

Une fois que ces réfugiés et migrants sont rentrés à terre, les autorités libyennes les transportent vers des centres de détention gérés par la Direction de la lutte contre les migrations illégales qui relèvent du ministère de l’intérieur libyen. Toutefois, « le HCR n'est pas engagé dans le transfert de réfugiés des points de débarquement vers les centres de détention », a tenu à préciser l’agence onusienne.
Des réfugiés et des migrants victimes d'atrocités indicibles

À Tripoli, la situation des réfugiés et des migrants vivant dans les zones urbaines ou en détention s'est considérablement détériorée ces dernières semaines, en raison des affrontements violents. Mardi, la Mission d'appui des Nations Unies en Libye a pu obtenir un cessez-le-feu entre les parties en conflit dans la capitale libyenne.

Le HCR a reçu des informations faisant état d’atrocités indicibles commises contre des réfugiés et des demandeurs d’asile dans les rues de Tripoli, notamment des viols, des enlèvements et des actes de torture. « Une femme a déclaré au HCR que des criminels inconnus avaient kidnappé son mari et l'avaient ensuite violée et torturé son bébé de un an. Elle a dit que l'enfant avait été déshabillé et sexuellement harcelé par les criminels », a rapporté l’agence onusienne.

« Une femme a déclaré au HCR que des criminels inconnus avaient kidnappé son mari et l'avaient ensuite violée et torturé son bébé de un an »

De nombreux réfugiés ont été détenus en Libye dans des zones proches des affrontements et risquaient de devenir des dommages collatéraux si des roquettes frappaient les centres. Des milliers de personnes ont fui ces centres de détention pour tenter de sauver leur vie.

Bien qu’opposé à la détention de réfugiés et de demandeurs d'asile, le HCR est présent sur les lieux où se trouvent ces personnes afin de leur fournir une assistance vitale.
Le HCR demande l'ouverture immédiate du Centre des rassemblements et des départs à Tripoli

Le Haut-Commissariat a instamment demandé que des alternatives à la détention soient mises en place, y compris l'utilisation immédiate du Centre des rassemblements et des départs à Tripoli. Cet établissement doit servir de plateforme pour que les réfugiés et demandeurs d'asile puissent trouver sécurité dans des pays tiers et sera gérée par le ministère libyen de l'Intérieur et par le HCR. « Le centre peut accueillir 1.000 réfugiés et demandeurs d'asile vulnérables et est prête à être utilisée », a souligné l’agence onusienne.



Autres titres
Côte D'Ivoire L’Autorité Nationale de la Presse (ANP) consulte le ministère de l’intérieur et de la sécurité pour son expertise dans le domaine numérique 
Cameroun Un vent de malaise s’affiche en couverture des journaux camerounais 
Maroc Enseignement, économie et environnement au menu des quotidiens marocains 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle
RECHERCHE
Libye Le HCR appelle à agir face aux trafiquants d’êtres humains se faisant passer pour du personnel de l'ONU 
Libye Le chef de l’ONU appelle à la cessation des violences à Tripoli 
Libye L’ONU appelle le gouvernement d’accord national à protéger les Tawerghas déplacés 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires