Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Niger La libération de militants doit signer la fin de la répression des voix dissidentes


Justice

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
La-liberation-de-militants-doit-signer-la-fin-de-la-repression-des-voix-dissidentes

Réagissant à l’annonce que des militants détenus pour des accusations forgées de toutes pièces vont être libérés après avoir été condamnés à une peine de trois mois de prison avec sursis, Samira Daoud, directrice régionale adjointe pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale à Amnesty International, a déclaré:

« Il est encourageant qu’Ali Idrissa Nani, Nouhou Arzika, Moussa Tchangari, Ousseini Maina et Mamoudou Seyni soient libérés et puissent enfin retrouver leurs proches, mais ils n’auraient toutefois jamais dû être arrêtés. Les charges retenues contre eux sont motivées par des considérations politiques.

« La décision doit être un catalyseur pour que les autorités nigériennes mettent fin aux violations persistantes des droits humains dans le pays, où les voix dissidentes sont réprimées, des manifestations pacifiques sont interdites et des militants sont arrêtés arbitrairement.

« Les autorités doivent commencer par libérer immédiatement et sans condition les autres défenseurs des droits humains, notamment Ibrahim Diori, Sadat Illiya, Dan Malam, Yahaya Badamassi, Maikoul Zodi et Karim Tanko, qui sont en détention depuis près de quatre mois et attendent toujours d’être jugés pour des accusations forgées de toutes pièces. »

Complément d’information

Le 24 juillet 2018, un tribunal de Niamey, la capitale du Niger, a rendu sa décision dans le cadre du procès d’un groupe de militants poursuivis pour « organisation et participation à une manifestation interdite », « incitation à la violence et à l’agression » et « destruction de biens » et les a condamnés à trois mois de prison avec sursis.

Le tribunal a déclaré Ali Idrissa Nani, Nouhou Arzika, Moussa Tchangari, Ousseini Maina, Mamoudou Seyni et plusieurs autres manifestants coupables, en raison de leur rôle dans une manifestation interdite qui a eu lieu à Niamey le 25 mars 2018.

De nouvelles poursuites ont été engagées contre l’avocat et défenseur des droits humains en détention Lirwana Abdourahamane le 12 juillet, à la suite d’une plainte déposée par le juge d’instruction pour « outrage à magistrat » pour avoir parlé lors d’une audience précédente. Le 23 juillet, un tribunal a déclaré Lirwana Abdourahamane coupable et l’a condamné à un an d’emprisonnement.

L'AUTEUR
amnesty.fr


Autres titres
Inter La Déclaration universelle des droits de l’homme a 70 ans 
Mali Discours du Président de la République à l’occasion de la Rentrée judiciaire 2018-2019 
Nigéria Deux ex-gouverneurs condamnés pour corruption et mauvaise gestion 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Niger Participation active du Président de la République au Forum Afrique 2018 à Charm El Cheikh en Egypte 
Niger Le HCR salue l’adoption d’une loi protégeant les personnes déplacées dans leur propre pays 
Niger 1ère Edition Journée Carrière du Droit: Niamey abrite l'évènement 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires