Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Burkina-Faso Alassane Sakandé, nouveau président du parlement burkinabè en attraction dans les quotidiens


Société

Apanews | | Commenter |Imprimer

L’élection du député Bala Alassane Sakandé comme président de l’Assemblée nationale (AN) du Burkina Faso, en remplacement de Salifou Diallo décédé le 19 août dernier, occupe la Une de la presse burkinabè de ce samedi.

«Présidence de l’Assemblée nationale : Alassane Bala Sakandé succède à Salifou Diallo», titre le journal privé Le Quotidien qui informe que le nouveau président a remporté l’élection, vendredi, avec 104 voix.

Le quotidien souligne que le vote a eu lieu par bulletin secret conformément à la procédure en la matière.

«Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce vote a exprimé le consensus qui se dégage autour de la personne d’Alassane Sakandé», rapporte Le Quotidien.

Il souligne qu’«étant le seul candidat, le vote est passé comme une lettre à la poste d’autant plus que la famille politique a décidé de faire table rase des tractations qui se menaient en vue de lui confier le perchoir».

Pour sa part, Lefaso.net renseigne que 20 jours après le décès de Salifou Diallo, l’Assemblée nationale du Burkina vient de se choisir un nouveau président, en la personne d’Alassane Bala Sakandé, jusque-là président du groupe parlementaire du parti majoritaire, le MPP (Mouvement du peuple pour le progrès).

Ce confrère rappelle qu’il a été élu par 104 voix pour, 19 abstentions, deux voix contre et deux bulletins nuls, avant d’ajouter qu’«aussitôt installé, Sakandé a appelé au rassemblement pour poursuivre l’œuvre entamée par son prédécesseur».

En croire Lefaso.net, l’opposition est prête à accompagner le nouveau chef de parlement burkinabè, mais prévient qu’«elle ne lui fera pas de cadeau».

Pendant ce temps, L’Agence d’information du Burkina (AIB) donne la parole à la député Juliette Bonkoungou, de l’opposition, qui explique pourquoi l’opposition n’a pas présenté de candidat à la succession du Dr Diallo.

De l’avis de Mme Bonkoungou, l’opposition n’a pas présenté de candidat parce qu’il ne s’agissait pas d’un nouveau mandat, mais d’un mandat écourté par le décès du Dr Salifou Diallo.

Et c’est suivant cette continuité que l’opposition, selon elle, a laissé la majorité choisir un candidat qui allait poursuivre cette légitimité.



Autres titres
Niger Communiqué de presse conjoint: les défenseurs des droits humains poursuivis à tort, doivent être libérés immédiatement et sans condition 
Inter Bâtir des communautés agricoles et forestières plus fortes et plus résilientes face au climat (FAO) 
Cameroun Le ralliement de 20 partis à Paul Biya passionne les journaux camerounais 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Burkina-Faso Société civile et administration publique au menu des journaux burkinabè 
Burkina-Faso Semaine nationale de l’Information et de l’Orientation, 3e édition : « Informer, conseiller et orienter les nouveaux bacheliers » 
Burkina-Faso Adoption de la création de l’Agence nationale de régulation pharmaceutique 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires