Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Inter L’OMS donne une impulsion à la prévention du paludisme Prévenir le paludisme et sauver des vies


Santé

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
L-OMS-donne-une-impulsion-a-la-prevention-du-paludisme-Prevenir-le-paludisme-et-sauver-des-vies

Genève, Nairobi - Lors d’une manifestation organisée à Nairobi à la veille de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a appelé aujourd’hui à accroître les efforts visant à prévenir le paludisme et à sauver des vies.

En Afrique subsaharienne, région qui supporte 90% de la charge mondiale du paludisme, plus de 663 millions de cas ont été évités depuis 2001. Les moustiquaires imprégnées d’insecticide ont eu le plus fort impact, représentant, selon les estimations, 69% des cas évités grâce aux moyens de lutte.

Avec le diagnostic et le traitement, l’OMS recommande un ensemble d’approches de prévention qui ont fait leurs preuves, notamment l’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide, la pulvérisation d’insecticide à l’intérieur des habitations et les traitements préventifs pour les groupes les plus vulnérables, à savoir les femmes enceintes, les enfants de moins de cinq ans et les nourrissons.

«Les outils recommandés par l’OMS ont permis de faire des progrès mesurables dans la lutte contre le paludisme», a déclaré le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS. «Nous devons toutefois donner une plus forte impulsion à la prévention, en particulier en Afrique, le continent qui supporte la charge la plus élevée de la maladie.»
La prévention du paludisme est efficace: comblons le retard

Le dernier rapport de l’OMS met en lumière les principales lacunes en matière de couverture par la prévention, en particulier en Afrique subsaharienne. On estime qu’en 2015, 43% des personnes exposées au risque dans la région n’étaient pas protégées par les moustiquaires ou les pulvérisations d’insecticide à l’intérieur des habitations. Environ 69% des femmes enceintes dans 20 pays africains n’avaient pas accès aux 3 doses au moins recommandées par l’OMS pour le traitement préventif.

Si certaines approches de prévention ciblées ont été adoptées par des pays en tant que politique, leur mise en œuvre effective a été lente. Par exemple, seule la Sierra Leone met en œuvre actuellement le traitement préventif pour les nourrissons, lequel est non seulement sûr et rentable, mais aussi accepté par les agents de santé et les communautés.

Dans la région du Sahel, où la plupart des cas de paludisme et de décès dus à la maladie chez les enfants surviennent pendant la saison des pluies, l’OMS recommande la chimioprévention du paludisme saisonnier, un traitement préventif qui a donné la preuve de son efficacité en permettant de réduire d’environ 75% les nouveaux cas de paludisme sévère chez le jeune enfant.

En 2015, 10 pays (Burkina Faso, Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Nigéria, Sénégal, Tchad et Togo) ont adopté la chimioprévention du paludisme saisonnier et ont commencé à la mettre en œuvre.
Progrès accomplis au niveau mondial

Selon le Rapport sur le paludisme dans le monde de 2016, le nombre de cas de paludisme a baissé de 21% à l’échelle mondiale entre 2010 et 2015 et celui des décès de 29% sur la même période de 5 ans. En Afrique subsaharienne, l’incidence du paludisme et le taux de mortalité ont baissé de 21% et de 31%, respectivement.

D’autres régions ont beaucoup progressé en matière de lutte contre le paludisme, toutefois la maladie demeure une grave menace pour la santé publique. En 2015, le paludisme était responsable de 429 000 décès dans le monde et on dénombrait 212 millions de nouveaux cas. Un enfant mourait du paludisme toute les deux minutes.

«Tout décès imputable au paludisme, maladie qu’il est possible d’éviter ou de traiter, est simplement inacceptable», a indiqué le Dr Pedro Alonso, Directeur du Programme mondial de lutte antipaludique à l’OMS. «Aujourd’hui, nous invitons instamment les pays et les partenaires à accélérer le rythme de l’action, en particulier dans les pays à revenu faible où la charge du paludisme est élevée.»
Stratégie technique mondiale de lutte contre le paludisme 2016-2030

En mai 2015, l’Assemblée mondiale de la Santé a approuvé la Stratégie technique mondiale de lutte contre le paludisme 2016-2030, un schéma directeur sur 15 ans pour l’ensemble des pays s’efforçant de lutter contre le paludisme et d’éliminer la maladie.

La Stratégie fixe des cibles ambitieuses pour 2030, notamment réduire l’incidence du paludisme et les taux de mortalité d’au moins 90 %, éliminer la maladie dans au moins 35 pays et éviter la réintroduction de la maladie dans les pays exempts de paludisme.

Des cibles intermédiaires pour 2020 appellent à une réduction de 40% de l’incidence du paludisme et de la mortalité, et à l’élimination de la maladie dans au moins 10 pays. Sur les 91 pays du monde où la transmission du paludisme se poursuit, moins de la moitié sont en passe d’atteindre ces cibles intermédiaires consistant à réduire l’incidence du paludisme et la mortalité.

Toutefois, les perspectives de réalisation de la cible relative à l’élimination pour 2020 sont favorables. En effet, selon le rapport de l’OMS intitulé « Eliminating Malaria », publié en 2016, 21 pays pourraient parvenir à zéro cas autochtone pendant au moins une année d’ici à 2020.
Élimination du paludisme

Ces dernières années, le Directeur général de l’OMS a certifié l’élimination du paludisme dans les sept pays suivants : les Émirats arabes unis (2007), le Maroc (2010), le Turkménistan (2010), l’Arménie(2011), les Maldives (2015), le Sri Lanka (2016) et le Kirghizistan (2016). La certification est accordée par l’OMS lorsqu’un pays déclare zéro cas autochtone de paludisme pendant au moins trois années consécutives.

En 2015, la Région européenne est parvenue à interrompre la transmission autochtone du paludisme et a été déclarée exempte de paludisme l’année suivante. La région a conservé son statut et les pays exposés au risque de réintroduction de la maladie redoublent d’efforts pour protéger leur population contre le risque d’une réexposition au paludisme.
Mettre à profit l’innovation

Les futurs progrès dans la lutte pour prévenir le paludisme seront probablement définis par les avancées technologiques et les innovations dans le domaine des nouveaux outils, notamment de nouvelles interventions de lutte antivectorielle et éventuellement un vaccin.

La Région africaine annoncera aujourd’hui les trois pays qui participeront au programme pilote sur le vaccin antipaludique coordonné par l’OMS, à partir de 2018. Le vaccin injectable, connu sous le nom de «RTS,S» a été mis au point pour protéger les jeunes enfants en Afrique. Il fera l’objet d’une évaluation dans le cadre du programme pilote en tant qu’outil complémentaire de lutte contre le paludisme susceptible d’être ajouté à l’ensemble de mesures de base recommandées par l’OMS en matière de prévention, de diagnostic et de traitement du paludisme.

La Journée mondiale de lutte contre le paludisme correspond à la Semaine mondiale de la vaccination, du 24 au 30 avril, consacrée à l’usage généralisé des vaccins permettant de protéger les personnes contre 26 maladies. Dans l’ensemble, on estime que les vaccins permettent d’éviter de 2 à 3 millions de décès par an.
Réduction de l’incidence du paludisme et des décès imputables à la maladie (2010-2015).


Régions OMS Réduction du taux d’incidence Réduction du taux de mortalité

Europe 100% 100%

Asie du Sud-Est 54% 46%

Amériques 31% 37%

Pacifique occidental 30% 58%

Afrique 21% 31%

Méditerranée orientale 11% 6%

Total mondial 21% 29%

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec:

Pru Smith
Département Communication, OMS
Téléphone:+41227914586
Portable: +41794771744
Courriel: smithp@who.int

Fadéla Chaib
Département Communication, OMS
Téléphone: +41227913228
Portable: +41794755556
Courriel: chaibf@who.int



Autres titres
Sénégal Cancer: deux appareils de radiothérapie installés à l’hôpital Dalal Jamm 
Inter Célébration de la Journée mondiale du donneur de sang 
Inter L’OMS met à jour sa liste des médicaments essentiels avec de nouvelles recommandations sur l’utilisation des antibiotiques 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Inter 2016: une nouvelle année record pour les énergies renouvelables 161 GW de capacité en plus, malgré 23% d'investissements en moins 
Inter Iftar: Emmanuel Macron, invité du Conseil français du culte musulman 
Inter Journée mondiale des réfugiés: le bilan de l'activité d'assistance de RSF 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires