Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Gabon Jean Ping sommé de répondre à la convocation du tribunal de Libreville


Justice

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Jean-Ping-somme-de-repondre-a-la-convocation-du-tribunal-de-Libreville

Les ennuis judiciaires de l’opposant Jean Ping sont loin d’être à leur fin. L'opposant candidat à la présidentielle prochaine est de nouveau convoqué pour se présenter devant les autorités judiciaires de son pays.

L'opposant et candidat déclaré à la présidentielle du 27 août prochain, refusant de déférer à la convocation du tribunal, en ait désormais contraint. L’annonce a été faite par le procureur de la République, Steeve Ndong Essame Ndong, lors d'un point de presse hier mardi.

"Nul n'est au-dessus de la loi", a soutenu le procureur de la République, pour dire que M. Ping doit déférer à la convocation.

Le 3 juin dernier, Jean Ping a été convoqué par la police judiciaire pour une enquête préliminaire, mais l’ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA) a refusé d’honorer la convocation.

L'opposant est accusé d’"incitation à la haine". Jean Ping dans des propos tenus à estimé qu'il y avait des " cafards à exterminer" dans le pays.

Pour le procureur de la République, Jean Ping a proféré des graves propos appelant la population à la haine, à la désunion des citoyens et à braver l’autorité de l’Etat.

Notons que l’article 88 du code pénal gabonais qui dispose que "sera puni d’un emprisonnement de six à cinq ans et d’une amende de 24 000 à 250 000 FCFA, quiconque participera de quelque manière que se soit à toute propagande écrite ou orale tendant à troubler la paix publique, à inciter à la révolte contre les autorités de l’Etat, à porter atteinte à la République dans le prestige de ses institutions, à provoquer la désunion des citoyens, à instituer la haine raciale, religieuse ou tribale et, de façon générale à nuire aux intérêts vitaux de l’Etat et la nation".



Autres titres
Burkina-Faso Des experts de l'ONU exhortent Ouagadougou à libérer Djibril Bassolé 
Bénin Reine Alapini Gansou, première femme béninoise de la CPI 
Côte D'Ivoire Philippe Mangou dément avoir déclaré à la CPI que des ex FAFN auraient été pris en compte dans le paiement des primes aux soldats de 2005 à 2009 (Communiqué) 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Gabon Menace de grève suite à la récente hausse des prix du carburant 
Gabon Ouverture du 11e congrès ordinaire 
Gabon Marathon Gabon 2017: des fermetures totales de routes annoncées 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires