Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Gabon Jean Ping sommé de répondre à la convocation du tribunal de Libreville


Justice

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Jean-Ping-somme-de-repondre-a-la-convocation-du-tribunal-de-Libreville

Les ennuis judiciaires de l’opposant Jean Ping sont loin d’être à leur fin. L'opposant candidat à la présidentielle prochaine est de nouveau convoqué pour se présenter devant les autorités judiciaires de son pays.

L'opposant et candidat déclaré à la présidentielle du 27 août prochain, refusant de déférer à la convocation du tribunal, en ait désormais contraint. L’annonce a été faite par le procureur de la République, Steeve Ndong Essame Ndong, lors d'un point de presse hier mardi.

"Nul n'est au-dessus de la loi", a soutenu le procureur de la République, pour dire que M. Ping doit déférer à la convocation.

Le 3 juin dernier, Jean Ping a été convoqué par la police judiciaire pour une enquête préliminaire, mais l’ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA) a refusé d’honorer la convocation.

L'opposant est accusé d’"incitation à la haine". Jean Ping dans des propos tenus à estimé qu'il y avait des " cafards à exterminer" dans le pays.

Pour le procureur de la République, Jean Ping a proféré des graves propos appelant la population à la haine, à la désunion des citoyens et à braver l’autorité de l’Etat.

Notons que l’article 88 du code pénal gabonais qui dispose que "sera puni d’un emprisonnement de six à cinq ans et d’une amende de 24 000 à 250 000 FCFA, quiconque participera de quelque manière que se soit à toute propagande écrite ou orale tendant à troubler la paix publique, à inciter à la révolte contre les autorités de l’Etat, à porter atteinte à la République dans le prestige de ses institutions, à provoquer la désunion des citoyens, à instituer la haine raciale, religieuse ou tribale et, de façon générale à nuire aux intérêts vitaux de l’Etat et la nation".



Autres titres
Congo RDC Le Comité contre la torture veut la libération des prisonniers politiques et la liste des « cachots secrets » 
Burkina-Faso Recrutement au titre de l’année 2019 de Greffiers en Chef et Greffiers 
Mali L’attaque d’Ogossagou pourrait être qualifiée de crime contre l’humanité (ONU) 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Gabon Entretien du premier ministre à l’émission "52 minutes avec": Nkoghe Bekale décidé à changer de paradigme 
Gabon Le nouveau quai et le centre de pêche désormais opérationnels 
Gabon Le nouveau code des hydrocarbures adopté par l’Assemblée nationale 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires