Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Angola Le président annonce qu’il ne quittera le pouvoir qu’au terme de son mandat en 2017


Politique

Agenceecofin | | Commenter |Imprimer
Le-president-annonce-qu-il-ne-quittera-le-pouvoir-qu-au-terme-de-son-mandat-en-2017

Le président José Eduardo dos Santos, qui règne sans partage sur l’Angola depuis 1979, a annoncé le 2 juillet qu’il n’envisage de quitter le pouvoir qu’au terme de son actuel mandat en 2017 et a demandé à son parti de se préparer à une alternance à la tête de l'Etat.

"Dans certains cercles restreints, il est presque donné que le président n’ira pas au bout de son actuel mandat, mais il est évident que ce n’est pas sage d'envisager cette option dans les circonstances actuelles", a déclaré M. Dos Santos dans un discours publié sur le site de l’agence de presse officielle Angop. "En attendant, je pense que nous devrons étudier très sérieusement la façon de mener une transition au sommet de l'Etat", a-t-il ajouté.

A Luanda, l’opposition ne jubile pas suite à l’annonce du Chef de l’Etat et les observateurs restent sceptiques. Et pour cause: en 2010, le président angolais a fait réviser la Constitution pour supprimer la présidentielle directe et instaurer des législatives au terme desquelles le chef du principal parti était sensé remporter la présidence, sans avoir besoin de majorité absolue, se réservant ainsi la possibilité de faire encore deux mandats de cinq ans.
Le deuxième plus ancien chef d’Etat africain en exercice après l’équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema Mbasogo est, par ailleurs, passé maître dans l’art de la manœuvre.

José Eduardo dos Santos a en effet réussi la prouesse politique de n’affronter les urnes qu’une seule fois (septembre 1992, NDLR) en 33 ans de pouvoir, jouant habilement sur les divisions de l’opposition et le manque de sécurité dans le pays, laminé par la plus longue guerre civile qu’ait connu l’Afrique (1975-2002, 1,5 million de morts).

En 2002, affirmant ne pas vouloir se présenter à la prochaine élection, il avait laissé de nombreux prétendants à sa succession au sein de son parti, le Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA), faire acte de candidature pour les exclure ensuite.



Autres titres
Côte D'Ivoire Message de condoléances du président du PDCI- RDA relatif au décès de monsieur Kofi Annan, 7ème secrétaire général de l’organisation des nations unies (O.N.U) 
Afrique Appel à la libération du Président Laurent Gbagbo pour consolider davantage la réconciliation en Côte d’Ivoire 
Afrique Appel à la libération du Président Laurent Gbagbo pour consolider davantage la réconciliation en Côte d’Ivoire 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Angola La Sonangol ouvre une enquête sur de possibles détournements de fonds d’Isabel dos Santos 
Angola 131 000 emplois déjà créés dans le tourisme et l’hôtellerie en 2017 
Angola Isabel dos Santos pourrait démissionner de la présidence de la Sonangol avant les élections générales d'août 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires