Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Rwanda Charles Antoine Bambara : « Si les FDLR ne désarment pas dans six mois, la force sera utilisée »


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Charles-Antoine-Bambara-:--Si-les-FDLR-ne-desarment-pas-dans-six-mois,-la-force-sera-utilisee-
Charles Antoine Bambara, responsable de l'information publique de la MONUSCO @radiookapi.net

Un nouveau délai de six (06) mois a été donné aux éléments rwandais des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR) pour se désarmer. Mais, dans le cas contraire, si elles ne s’exécutent pas avant l’épuisement du temps imparti, la force militaire, sera utilisée comme l’a rassuré Charles Antoine Bambara, responsable de l'information publique de la MONUSCO, dans une interview accordée à « Jeuneafrique ». « Si les FDLR ne désarment pas dans six mois, la force sera utilisée », a-t-il dit.

Toutefois, s’indigne La Forge Fils Bazeye, porte-parole des FDLR : « tout le monde parle de la reddition, mais il n'en est pas question ». En effet, a-t-il poursuivi, « nous avons décidé de transformer notre lutte armée en lutte politique. C'est pourquoi avant de désarmer, nous devons avoir des garanties que la communauté internationale parviendra à convaincre le Rwanda d'accepter d'ouvrir un dialogue inter-rwandais ».

De toutes les façons, « l'option militaire est toujours sur la table », a fait savoir Charles Antoine Bambara. Néanmoins, quoique la MONUSCO n’ait « pas le mandat de faciliter le dialogue entre les autorités rwandaises et les FDLR », elle est « déterminée à accompagner l'effort de Saïd Djinnit [nouveau représentant du secrétaire général de l'ONU pour la région des Grands Lacs, NDRL] et de toute son équipe pour que ce dialogue – s'il est souhaité – puisse avoir lieu », a poursuivi le responsable de l'information publique de la MONUSCO.

Par ailleurs, il pense d’ores et déjà à la période post désarmement des FDLR. Selon lui, « très souvent, le vide laissé après la débandade de certains groupes armés est utilisé par d'autres pour revenir et occuper les lieux ».
Des dispositions sont donc prises pour ne plus revivre ces genres de situation. Ainsi, a-t-il fait savoir, « désormais, dans les territoires libérés, nous essayons de pérenniser la paix, en déployant notamment la police et le staff civil de la Monusco pour tenter de relancer les activités. Parfois, si c'est nécessaire, nous reconstruisons les centres de santé, les écoles, des commissariats de police pour que la paix soit réelle ».



Autres titres
Burkina-Faso Visite de Le Drian et sécurité au menu de la presse en ligne burkinabè 
Maroc Politique, économie et social meublent la Une des quotidiens et hebdomadaires marocains 
Sénégal Les quotidiens à fond sur la tournée économique de Macky Sall et les réactions au rapport de HRW 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Rwanda Le tourisme a généré 438 millions $ de revenus en 2017 (+7%) 
Rwanda Décès tragique d’un réfugié congolais après des affrontements dans le camp de Kiziba 
Rwanda L’ONU honore la mémoire de ceux qui ont péri lors du génocide des Tutsis au Rwanda en 1994 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires