Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Inter Bientôt des « visas d’urgence » pour protéger les journalistes en danger dans leur pays...


Société

Agenceecofin | | Commenter |Imprimer
Bientot-des--visas-d-urgence--pour-proteger-les-journalistes-en-danger-dans-leur-pays...

Des experts de la justice militent pour permettre aux journalistes d’obtenir en urgence un visa pour quitter leur pays s'ils sont en danger. Dans un rapport, soutenu par L'ONU et plusieurs ONG, ils assurent que ce serait parfois le seul moyen d’éviter aux journalistes des situations funestes.

Un « groupe d’experts juridiques de haut niveau sur la liberté des médias » recommande la mise en place d’une réglementation permettant aux journalistes menacés dans leur pays d’origine de bénéficier, en urgence, du droit d’asile. En effet, d’après le rapport commandité par le Royaume-Uni et le Canada, ces « visas d’urgence » seraient le seul moyen d’éviter aux professionnels des médias de fuir certaines exactions dont ils pourraient être victimes.

« Ceux dont on parle ici, dans la grande majorité des cas, sont des journalistes qui sont sous une menace immédiate et doivent être placés, souvent temporairement, en sécurité jusqu’à ce que la menace contre eux se calme », a expliqué Can Yeğinsu, un avocat britannique qui a présidé à l'élaboration du rapport.

Ce type de visa existe déjà dans certains pays d’Europe et d’Amérique. Il permet de contourner les procédures de migration habituelles qui peuvent être lourdes. Mais pour en bénéficier, le journaliste doit donner la preuve de son « exposition à un risque réel de préjudice grave ou à une crainte fondée de persécution ».

Par ailleurs, le rapport recommande à l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol) d’être plus exigeante vis-à-vis des Etats. Ces derniers doivent préciser si c’est un journaliste qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt. Auquel cas Interpol devrait – au regard de la réglementation – juger de « l’opportunité de publier ou non le mandat ».

Notons que ce rapport du groupe d’experts a été soutenu, entre autres, par les Nations unies et des organisations non gouvernementales œuvrant pour la promotion de la liberté des médias.



Autres titres
Côte D'Ivoire Electricité pour tous: 741 localités connectées au réseau électrique en 2020 
Burkina-Faso 164ème journée internationale de la femme: une célébration empreinte de sobriété 
Nigéria Une opération des yeux permet à un jeune réfugié de voir la vie sous un autre jour 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Inter Protéger les travailleurs et les entreprises face à la prolifération des plateformes numériques (OIT) 
Inter 40% de la population mondiale n’a pas accès à un enseignement dans sa langue maternelle 
Inter Covid-19: seize grandes compagnies aériennes s'associent à l'UNICEF pour soutenir le déploiement global des vaccins 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires