Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Afrique Plus de 500 migrants décédés entre l’Afrique de l’Ouest et les Canaries en 2020


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Plus-de-500-migrants-decedes-entre-l-Afrique-de-l-Ouest-et-les-Canaries-en-2020

Depuis le début de l’année, plus de 500 migrants ayant cherché à atteindre les îles Canaries (Espagne) par la mer depuis l’Afrique de l’Ouest ont trouvé la mort, a indiqué vendredi l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

En un peu moins de 11 mois, le projet de l'OIM sur les migrants disparus a enregistré plus de 500 décès, la plupart au cours des mois d'octobre et de novembre - dans un contexte de départs accrus des côtes des pays d'Afrique de l'Ouest, dont le Sénégal.

L’OIM a fait part de son extrêmement préoccupation concernant l'augmentation des décès enregistrés sur cette route migratoire maritime de plus en plus empruntée par les migrants. Les pertes en vies humaines enregistrées cette année sont déjà plus du double par rapport à 2019, lorsque l'agence onusienne avait enregistré 210 décès.

Les plus de 500 décès recensés représentent cependant une estimation minimale. L'OIM craint que le nombre réel de vies perdues soit plus élevé.

« L’OIM est confrontée à de nombreux défis dans la collecte de données sur la route de l’Afrique de l’Ouest, en particulier lorsque nous recevons des rapports sur de bateaux disparaissant sans laisser de trace », explique Frank Laczko, Directeur du Centre mondial d’analyse des données sur la migration (GMDAC) de l’agence onusienne.

Le dernier naufrage au large de l’Afrique de l’Ouest a été enregistré dimanche 15 novembre, au large du Cap Vert, où 66 migrants, dont trois enfants, sont arrivés sur un bateau endommagé. Selon des sources gouvernementales et des témoignages de survivants, plus de 130 personnes avaient embarqué à bord de l’embarcation avant que son moteur n'explose. Une soixantaine de personnes auraient péri au cours de cette tragédie. Les personnes à bord étaient, à l'exception de deux migrants de Gambie, tous sénégalais.

« Poursuivre les groupes de passeurs et les trafiquants qui s'attaquent à des personnes désespérées et les soumettent à des traversées dangereuses dans des bateaux en mauvais état de marche, doit être une priorité, ainsi que la sensibilisation des communautés aux risques de la migration irrégulière », a souligné l’OIM.

L'agence onusienne travaille en étroite collaboration avec des partenaires locaux dans les communautés et vérifie les rapports et les données sur ces tragédies avec les survivants, les membres de la famille et les membres de la communauté.

En tant qu'organisation intergouvernementale, elle coordonne également ses efforts et ses réponses avec les gouvernements, et a confirmé le récit du naufrage d’une embarcation transportant environ 200 personnes qu’elle avait annoncé le 29 octobre. Selon l’OIM, ces données sont essentielles pour contribuer à une politique de migration éclairée et permettent une approche de la gestion des migrations davantage centrée sur l'humain et fondée sur les besoins.
Plus de 18.000 migrants ouest-africains arrivés aux Canaries cette année

Depuis le début de l’année, plus de 18.000 migrants sont arrivés aux îles Canaries après de longs et dangereux périples à travers l'océan Atlantique. Au moins 12.000 d'entre eux sont arrivés au cours des mois d'octobre et de novembre. La plupart des migrants sont originaires des pays d'Afrique de l'Ouest.

« Beaucoup fuient les persécutions et la violence dans la région du Sahel ou en Côte-d’Ivoire, tandis que d’autres partent en raison de l’extrême pauvreté, ont expliqué l’OIM et l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) dans un communiqué commun publié lundi. « Les conséquences de la pandémie de Covid-19, l’insécurité alimentaire et le changement climatique sont parmi les autres facteurs à l’origine de cet exode ».

Bien que ces chiffres montrent une multiplication par sept par rapport aux 1.550 arrivées au cours de la même période de 2019 (janvier-novembre), l'OIM estime que la situation reste gérable grâce à la solidarité et à une politique et une approche centrées sur les droits de l'homme.

Les représentants de l’OIM et du HCR en Espagne ont effectué cette semaine une mission aux îles Canaries pour faire le point sur la situation, visiter les centres d’accueils des migrants, et rencontrer les autorités régionales et nationales ainsi que les ONG.

Les deux agences onusiennes estiment qu'il est essentiel de fournir des réponses adéquates aux besoins actuels, en comptant sur une volonté politique et une réponse coordonnée entre les entités et administrations concernées.

L'AUTEUR
ONU


Autres titres
Bénin Destination: Toviklin, la commune à forte majorité féminine 
Afrique de l'Ouest Au Mali, la FAO aide les ménages vulnérables touchés par la Covid-19 dans les régions de Tombouctou et de Gao 
Niger Bientôt une nouvelle toponymie de la ville de Niamey 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle
RECHERCHE
Afrique Plus de 500 migrants décédés entre l’Afrique de l’Ouest et les Canaries en 2020 
Afrique Une crise humanitaire à grande échelle se déroule en Éthiopie, prévient le HCR 
Afrique 4 milliards de dollars pour une relance inclusive du secteur privé 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires