Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Zimbabwe Le PAM invite la communauté internationale à renforcer son aide aux millions de Zimbabwéens en proie à la faim


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Le-PAM-invite-la-communaute-internationale-a-renforcer-son-aide-aux-millions-de-Zimbabweens-en-proie-a-la-faim

Suite à une sécheresse prolongée et une crise économique, des millions de Zimbabwéens sont confrontés à une situation de plus en plus désespérée, à moins qu’un financement adéquat pour une opération de secours majeure ne se matérialise rapidement, a averti le Programme alimentaire mondial (PAM).

Avec près de huit millions de personnes - la moitié de la population - qui sont maintenant en situation d’insécurité alimentaire, le PAM prévoit de doubler le nombre de personnes qu’il aide - jusqu’à 4,1 millions - mais a besoin de plus de 200 millions de dollars pour ses opérations d’urgence au cours du seul premier semestre de 2020.

« Il est essentiel que nous recevions les fonds nécessaires pour être en mesure d’assurer une distribution complète. La vie de tant de personnes en dépend », a déclaré Niels Balzer, Directeur adjoint du Bureau du PAM au Zimbabwe.

Cet appel du PAM intervient alors que sur le terrain, les organismes humanitaires constatent une inflation galopante - symptôme de la crise économique de grande ampleur que connaît le Zimbabwe – qui a propulsé « les prix des produits de base hors de portée de tous sauf des plus privilégiés ».
Risque de pénurie de vivres d’ici à la fin février

Dans un contexte de grave pénurie de devises étrangères et de monnaie locale, le Zimbabwe a connu des hausses de prix dramatiques – la baguette de pain coûte aujourd’hui 20 fois plus cher qu’il y a six mois, tandis que le prix du maïs a presque triplé au cours de la même période.

La détérioration de la situation socio-économique oblige ainsi des familles à manger moins, à sauter des repas, à retirer les enfants de l’école, à vendre le bétail et à tomber dans un cercle vicieux d’endettement.

« On s’attend à ce que les plus vulnérables, notamment les agriculteurs de subsistance qui produisent la plupart des aliments du Zimbabwe et dépendent d’une seule saison des pluies de plus en plus irrégulière, ne bénéficient que d’un faible répit », a insisté l’agence onusienne.

Des années de sécheresse ont réduit la production alimentaire au Zimbabwe, autrefois un grenier à blé africain. Cette année, la récolte de maïs a reculé de 50% par rapport à 2018, la production céréalière globale étant inférieure à la moitié des besoins nationaux. En août 2019, le PAM a été contraint de lancer un programme d’aide d’urgence pour la période de soudure afin de répondre aux besoins croissants, des mois plus tôt que prévu.

Depuis lors, les pénuries alimentaires sont devenues de plus en plus prononcées. Ce mois-ci, le maïs n’était disponible que dans la moitié des marchés que le PAM surveille dans tout le pays. « Dans l’état actuel des choses, nous allons manquer de nourriture d’ici à la fin février, qui coïncide avec le pic de la saison de la faim – avec des besoins plus élevés », a ajouté M. Balzer.
Les prévisions météo laissent planer de mauvaises récoltes en avril 2020

Les pluies de cette saison étant encore une fois tardives et insuffisantes, les semences plantées n’ont pas germé dans de nombreuses régions.

Selon le PAM, les prévisions d’un temps chaud et sec dans les semaines à venir annoncent une autre mauvaise récolte en avril, mettant en danger les vies et les moyens d’existence. La sécheresse et les inondations ayant réduit les disponibilités alimentaires dans une grande partie de l’Afrique australe, une grande partie des quelque 200.000 tonnes de nourriture nécessaires pour fournir une assistance aux 4,1 millions de personnes ciblées par le PAM doit être acheminée au-delà du continent, expédiée en Afrique du Sud ou au Mozambique voisins et acheminée par la route vers le Zimbabwe, pays enclavé.

Or l’intensification des opérations du PAM est difficile à bien des égards. En raison des graves pénuries de monnaie locale et de l’inflation rapide, il faut passer à grande échelle de l’aide en espèces aux distributions de vivres. Le PAM est particulièrement bien placé pour opérer ce changement en temps de crise, mais il ne peut le faire qu’avec l’appui soutenu des donateurs.

« Des promesses fermes sont nécessaires de toute urgence car il peut s’écouler jusqu’à trois mois avant que les engagements de financement ne deviennent des aliments sur la table des gens », a averti M. Balzer.

L'AUTEUR
ONU


Autres titres
Afrique de l'Ouest Retour au Bénin d'une centaine de jeunes béninois en provenance du Ghana 
Niger Aid El Fitr: Issoufou Mahamadou a prié à la Mosquée des Grandes Prières de Niamey 
Gabon Covid-19/Haut-Ogooué: le transport interurbain interdit 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Zimbabwe Le PAM invite la communauté internationale à renforcer son aide aux millions de Zimbabwéens en proie à la faim 
Zimbabwe Jadis grenier de l’Afrique, le Zimbabwe au bord d’une famine causée par l’homme (expert de l’ONU) 
Zimbabwe L’exécutif supprime les restrictions à l’importation pour le maïs et la farine de blé 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires