Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Bénin Dialogue politique : Une loi d’amnistie en faveur des personnes impliquées dans les violences électorales


Politique

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Dialogue-politique-:-Une-loi-d-amnistie-en-faveur-des-personnes-impliquees-dans-les-violences-electorales

Au Bénin, il y aura une loi d’amnistie en faveur des personnes impliquées dans les violences d’avril, mai et juin 2019 au Bénin. Invité de l’émission 90 mn pour convaincre de la radio nationale dimanche dernier, le directeur de la communication du palais de la présidence a apporté des précisions sur cette loi d’amnistie.

A en croire Wilfried Léandre Houngbédji, le vote de ce texte fera disparaître totalement les faits reprochés aux auteurs des violences. Les actes qu’ils ont posés seront donc dénués de leur qualité d’infraction. Les arrestations et poursuites judiciaires vont également être abandonnées, explique-t-il, selon les propos rapportés par le journal Le Matinal.

Quand on lui demande si le chef de l’Etat n’aurait pas mieux faire de gracier les personnes impliquées dans ces violences, il fait observer que l’amnistie est beaucoup plus large que la grâce présidentielle. La grâce présidentielle aurait seulement permis de remettre en liberté les personnes qui purgent déjà une peine pour les actes répréhensibles qu’elles ont eu à commettre pendant la période électorale et post-électorale.

L’amnistie quant à elle est plus large. Elle prend non seulement en compte ces personnes condamnées mais aussi celles qui sont poursuivies et recherchées, explique M Houngbédji.
Donc si la grâce présidentielle était une panacée au problème posé, le président Talon l’aurait déjà prise au cours du dernier conseil des ministres fait-il savoir.

Rappelons que cette loi d’amnistie concerne uniquement les auteurs des violences pendant la période électorale et post-électorale. On peut donc subodorer un abandon des poursuites judiciaires contre l’ancien président Boni Yayi. Le mardi 18 juin dernier, le procureur Mario Mètonou avait indiqué que la justice avait en sa possession des éléments qui prouvent l’implication du président d’honneur du parti FCBE dans les violences des 1er et 2 mai dernier. Une enquête judiciaire avait même été ouverte à cet effet.



Autres titres
Côte D'Ivoire L'assouplissement de restrictions de Gbagbo-Blé Goudé accueillir avec joie au PDCI-RDA 
Niger Covid-19/Fonction publique: rétablissement des horaires habituels de travail 
Gabon Lutte contre le covid-19: le discours du Ali Bongo 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Bénin Conditions de réouverture des lieux de culte dès le mardi 2 juin 2020 en période de Covid19 
Bénin Coronavirus: réouverture des bars et lieux de culte dès le mardi 2 juin 2020 
Bénin Dématérialisation des services publics: Créer son entreprise en quelques clics désormais une réalité à Abomey-Calavi et Porto-Novo 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires