Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Djibouti Les nuits de Ramadan à Djibouti


Société

Xinhuanet | | Commenter |Imprimer

Comme dans tous les pays du monde musulman, à Djibouti la vie est nocturne durant le mois sacré de Ramadan. Le jour, c'est une ville morte que les rares passants, souvent des expatriés, sillonnent. Durant les trente jours de Ramadan toutes les activités semblent déplacées à la nuit.

Au tableau sans vie d'une cité qui paraît être dépeuplée, la capitale djiboutienne retrouve soudainement sa vitalité et ses parfums exotiques de mille et une nuits dès la tombée de la nuit après la rupture du jeûne marquée par l'appel du muezzin.
Libérés, les gens semblent sortir de nulle part. Cris, hululements, accolades, les rues sont d'un seul coup noir de monde. Les commerces ouvrent grand leurs portent. La musique soufie qui résonne à chaque ruelle, les enseignes lumineux de magasins et les klaxons de voitures donnent chaque soir plus de couleurs à ces nuits de Ramadan presque festives de la capitale djiboutienne.
Au centre commercial de la capitale djiboutienne, la fièvre acheteuse semblait s'emparer avec force de tout Djibouti. Bourdonnement et cacophonie. L'on s'agite de partout. C'est une ruche d'abeilles à ciel ouvert, un gigantesque bazar sans dessus dessous qui surgit de nulle part la nuit tombée.
Aux marchants ambulants habituels s'est ajoutée une multitude d' hommes et femmes-sandwiches débout avec leurs articles suspendus sur les épaules. Ce n'est pas tout. Des centaines de brouettes sont transformées ingénieusement pour l'occasion en des véritables petits magasins roulant. Sandales, mocassins, jouets, chemises, pantalons, boubous, draps, sous-vêtements. Il n'y a plus un coin à mettre les pieds. Un océan d'articles s'étale partout, à même le sol. C'est la fièvre acheteuse du Ramadan qui s'empare de Djibouti.
Amina Farah est une de ces vendeuses occasionnelle du Ramadan. A chaque année à la même période, elle étale chaque soir les petites planches de sa gargote dans un petit coin à l'entrée de la Rue de Mouches.
"Depuis cinq années maintenant, durant le mois de Ramadan, j'ai monté cette petite gargote où je vends la nuit de repas de toute sorte surtout pour les vendeurs des magasins de la place, car ici pendant le Ramadan, c'est tout simplement le centre du pays. Et les affaires marchent plutôt bien", confie-telle à Xinhua, sourire aux lèvres.
A Djibouti, la nuit est longue durant le mois sacré de Ramadan. Dans chaque maison, c'est le même rituel tous les soirs. Les femmes s'activent avec coeur pour préparer minutieusement le diner constitué souvent de plats complets et très copieux. Rien n'est laissé au hasard. Chaque geste est effectué avec précision. Le décor est également redessiné à cette occasion. Et l'encensoir fumera en symphonie les trente nuits de Ramadan.
Après l'"iftar" pour rompre le jeûne, le dîner est le deuxième rendez-vous de la journée où se retrouve toute la famille. Un moment surtout très convivial qui caractérise la générosité et le côté familial de ce mois sacré.
"Vous savez, pour la plupart, les Djiboutiens aiment manger la nuit au restaurant. Mais durant le Ramadan, cette habitude n'a plus aucune raison d'être. Au contraire pendant cette période tous les Djiboutiens dînent chaque soir en famille. Parce que tout simplement, durant le Ramadan, tout se fait en famille, en communauté. Et c'est ça, la magie de ce mois", explique Nasser Abdo, artiste trentenaire.
L'autre moment fort de la nuit durant le Ramadan, et sans aucun doute, la prière du "Tarwih" qui rassemble chaque soir dès 20heures, heure locale, de milliers de fidèles dans les mosquées et dans des terrains aménagés.
La nuit tombée, les djiboutiennes se retrouvent pour la prière du "Tarawih" où durant une heure entière ils implorent ensemble, hommes et femmes, jeunes et vieux, riches et pauvres, Allah dans la communion la plus parfaite.
Selon Houmed Ali, médecin généraliste, la prière du "Tarawih" qui dure une heure entière aurait des bienfaits pour la santé. "La prière de "Tarawih" permet de pouvoir combiner plus facilement concentration et effort physique, et ainsi, le prieur bénéficie à la fois de l'exercice spirituel et physique. Cette prière est unique dans le sens que la tension augmente dans les muscles durant l'exercice physique alors qu'elle s'abaisse au niveau de l'esprit du fait des éléments spirituels", précise-t-il. Fin



Autres titres
Cameroun Paul Chouta, bientôt deux ans de prison pour diffamation 
République Centrafricaine Dialogue républicain: consultations de autorités locales de la ville de Bangui et environs 
Côte D'Ivoire Les cours arrêtés à Bouna du fait de canari maculé de sang et d’oiseau mort devant le bureau du principal 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Djibouti Le domicile du journaliste arrêté perquisitionné, son compte Facebook piraté 
Djibouti Conseil des Ministres : Le compte rendu de la 12ème séance 
Djibouti Djibouti condamne le meurtre du journaliste américain James Foley 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires