Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Ouganda L’entreprise laitière Pearl Dairy Farm licencie 1 500 personnes


Société

Agenceecofin | | Commenter |Imprimer
L-entreprise-laitiere-Pearl-Dairy-Farm-licencie-1 500-personnes

En Afrique de l’Est, le chemin de la libre circulation des marchandises est encore long. Entre interdiction d’exportation de produits et confiscation pure et simple de marchandises, les querelles commerciales sont fréquentes. Cette situation affecte de nombreuses entreprises.

Pearl Dairy Farm Limited (PDFL), la plus importante compagnie laitière d’Ouganda vient de mettre à la porte 1 500 employés, soit environ 75 % de son effectif face à l’accumulation des difficultés dans ses opérations. Depuis plus d’un an, la compagnie fait face à une interdiction d’exportation de ses produits laitiers sous la marque LATO vers le Kenya, son principal débouché et le premier consommateur de lait de la sous-région.

En effet, les autorités kenyanes accusent l’entreprise d’envoyer massivement vers le pays, du lait recomposé à partir de la poudre de lait bon marché importée d’Europe. Avec cette barrière commerciale, la compagnie a dû réduire la cadence de ses opérations et ne fonctionne actuellement qu'à 25 % de sa capacité habituelle de traitement estimée à 400 000 litres de lait cru par jour.

Et si la compagnie comptait atténuer l’impact de cette situation en renforçant les échanges avec d’autres pays voisins, la pandémie de coronavirus a douché ses espoirs avec la fermeture des frontières pour limiter la propagation de la maladie.

« Nous avions enregistré d’énormes pertes économiques avec cette interdiction qui a déjà duré un an. Nous employions près de 2 000 personnes. Actuellement, ce chiffre est passé à 450. Beaucoup de gens ont perdu leur emploi et les autres secteurs comme la logistique et le transport sont aussi affectés », indique Seth Devendra, directeur général de PDFL.

Pour faire face à cette situation, la compagnie a déjà annoncé une incursion dans l’industrie du miel avec la mise sur pied d’une usine de traitement et de conditionnement d’une valeur de 10 milliards de shillings (2,7 millions $).

Elle compte aussi partir à la conquête du Soudan du Sud, de l’Ethiopie et du Malawi afin d’écouler sa gamme de produits qui comprend du lait entier instantané, du lait UHT, du beurre clarifié et du lait écrémé en poudre.

PDFL est basée à Mbarara dans le sud-ouest de l’Ouganda.

Espoir Olodo



Autres titres
République Centrafricaine Visite de haut-niveau à Bangui: des leaders religieux prêchent pour un dialogue inclusif 
Burkina-Faso Chambre des métiers de l'artisanat: les 95 élus de la 3e mandature sont connus 
Bénin Soutien du gouvernement béninois aux couches vulnérables: 45 personnes handicapées formées reçoivent leurs attestations 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Ouganda Le vol d’électricité coûte 27 millions $ par an 
Ouganda L’entreprise laitière Pearl Dairy Farm licencie 1 500 personnes 
Ouganda Le président menace d’attaquer en justice le premier quotidien du pays 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires