Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Afrique La Namibie met aux enchères 170 éléphants en raison de leur nombre croissant et de la sécheresse


Environement

Agenceecofin | | Commenter |Imprimer
La-Namibie-met-aux-encheres-170-elephants-en-raison-de-leur-nombre-croissant-et-de-la-secheresse

La Namibie tente de trouver un équilibre entre la protection des espèces de « grande valeur » et le danger qu'elles représentent pour les zones d'habitation humaine. Elle annonce la mise aux enchères de 170 éléphants; une opération qui n’est pas la première du genre pour le pays.

Le ministère de l'Environnement, des Forêts et du Tourisme de la Namibie a annoncé cette semaine, la mise aux enchères de 170 éléphants sauvages « de grande valeur » en raison de la sécheresse et de l'augmentation de leur nombre dans le pays.

Un encart publicitaire diffusé le mercredi 2 décembre à cet effet, par le quotidien gouvernemental New Era indique que cette mise aux enchères a été décidée suite à « l'identification d'un besoin de réduire la population d'éléphants en raison de la sécheresse et de leur nombre, en lien avec les conflits entre humains et éléphants ».

L’encart explique également que ces mammifères seront vendus à toute personne en Namibie ou à l'étranger qui pourrait répondre aux critères stricts, notamment des installations de quarantaine et un certificat de clôture à gibier pour la propriété où les éléphants seront gardés.

Les acheteurs étrangers devront également fournir la preuve que les autorités de leur pays leur permettront d'importer des éléphants.

La Namibie tente ainsi de trouver un équilibre entre la protection des espèces de « grande valeur » comme les éléphants et les rhinocéros, et le danger qu'elles représentent pour les zones d'habitation humaine. Suite à une campagne de conservation qui a bénéficié d’un soutien international, elle a vu sa population d’éléphants passer d'environ 7500 en 1995 à 24 000 en 2019, selon les chiffres du gouvernement.

Le pays a toutefois déclaré qu'il envisage de se retirer des règles qui régissent le commerce mondial des espèces menacées. Ce, après le vote de rejet, lors d'une réunion de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES), des propositions d'assouplissement des restrictions sur la chasse et l'exportation de ses rhinocéros blancs.

Il souhaite en effet, tirer profit de la chasse aux trophées et de l'exportation d'animaux vivants. En 2019, il a ainsi vendu aux enchères 1000 animaux de parcs nationaux, dont 500 buffles en raison de la sécheresse.

En octobre 2020, ce sont 100 buffles sauvages qui ont été mis en vente.

Borgia Kobri



Autres titres
Inter Climat: Guterres encourage les maires à accélérer les investissements dans les infrastructures vertes 
Inter La pollution plastique, une injustice environnementale pour les communautés vulnérables (ONU) 
Sénégal Qualité de l’air: l'ensemble du pays enveloppé d'une couche dense de poussière 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Afrique En Afrique de l’Ouest et centrale, le PAM appelle à éviter une catastrophe alimentaire 
Afrique Zone de libre-échange continentale africaine: le Burkina valide sa stratégie de mise en œuvre 
Afrique Les pêcheries africaines en besoin de réformes pour renforcer la résilience post Covid-19 (étude) 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires