Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Inter Le chef des réfugiés de l'ONU déplore le déplacement forcé de près de 80 millions de personnes


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Le-chef-des-refugies-de-l-ONU-deplore-le-deplacement-force-de-pres-de-80-millions-de-personnes

Le déplacement mondial a atteint le chiffre stupéfiant de 79,5 millions de personnes l'année dernière - presque le double du nombre de personnes en crise enregistré il y a dix ans - en raison de la guerre, de la violence, de la persécution et d'autres urgences, a déclaré jeudi l'agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Soulignant que ce chiffre représente désormais une personne sur 97 sur la planète, le dernier rapport du HCR sur les tendances mondiales montre que 8,7 millions de personnes ont été nouvellement déplacées rien qu'en 2019, les pays en développement étant les plus touchés.

« Ce chiffre de près de 80 millions - le plus élevé que le HCR ait enregistré depuis que ces statistiques ont été systématiquement collectées - est bien sûr un motif de grande inquiétude. Cela représente environ un pour cent de la population mondiale, nous n'avons jamais atteint ce pourcentage très important », a déclaré le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, célébrée samedi.

Nous n'avons jamais atteint ce pourcentage très important - Filippo Grandi, Haut-Commissaire de l'ONU pour les réfugiés

S'adressant aux journalistes à Genève, le chef du HCR a noté que bien que la question des déplacements touche toutes les nations, les données montrent que ce sont les pays les plus pauvres qui accueillent 85 % des personnes forcées de quitter leur foyer.

« Il s'agit toujours d'un problème mondial, un problème pour tous les États, mais qui, malgré la rhétorique, interpelle plus directement les pays les plus pauvres - et non les pays les plus riches », a-t-il déclaré.

De nombreuses situations d'urgence, anciennes et nouvelles, sont à l'origine des flux massifs de personnes, de l'Afghanistan à la République centrafricaine, au Myanmar, avec des points chauds comme la République démocratique du Congo (RDC), le Burkina Faso - et le Sahel au sens large - et les retombées continues en Syrie, après près d'une décennie de guerre civile.
Réfugiés dans des pays voisins

Néanmoins, 73 % des 79,5 millions de personnes en déplacement ont trouvé refuge dans un pays voisin du leur, a poursuivi M. Grandi, rejetant l'idée fausse et régulièrement politisée selon laquelle la plupart des migrants et des réfugiés ciblent les pays riches loin de chez eux.

Près de sept sur dix des personnes déplacées venaient de Syrie, du Venezuela, d'Afghanistan, du Sud-Soudan et du Myanmar, a poursuivi le Haut-Commissaire.

« Si les crises dans ces pays étaient résolues, 68 % des déplacements forcés dans le monde seraient en voie de l'être », a-t-il déclaré.

Interrogé sur l'impact de la Covid-19 sur les mouvements massifs de population, M. Grandi a déclaré que cela pousserait « sans aucun doute » plus de personnes dans la crise.

« Je suis très inquiet et nous l'avons dit à de nombreux gouvernements qui nous ont posé la question », a-t-il déclaré. La « crise des moyens de subsistance »... la pauvreté accrue de ces populations, à mon avis - associée à l'absence de solutions à une situation de conflit et, dans des situations comme celle du Sahel, à une détérioration de la sécurité - augmentera sans aucun doute les mouvements de population dans la région mais aussi au-delà, vers l'Europe ».

Depuis le début de la crise sanitaire mondiale, l'agence a également signalé une augmentation du nombre de Rohingyas quittant le Bangladesh et le Myanmar pour la Malaisie et d'autres États d'Asie du Sud-Est.

« Cela est à mon avis plus lié que la Covid-19 une fois de plus par la situation très stagnante de la question des Rohingyas », a déclaré M. Grandi. « Pas de solution, grande pauvreté et manque d'opportunités dans les camps au Bangladesh, maintenant peut-être aussi couplé avec le verrouillage rendu nécessaire par la Covid-19 qui a ajouté aux difficultés », a-t-il ajouté.

Pour la première fois, les 3,5 millions de personnes déplacées au Venezuela figurent dans le rapport du HCR, ce qui explique en partie l'augmentation significative par rapport aux données de 2018-19.
Multiples déplacements

En tenant compte des personnes contraintes de se déplacer plusieurs fois en chiffre net, le chiffre total des déplacements pour 2019 n'est pas de 8,7 millions, mais de 11 millions.

Selon l'agence, cela concerne 2,4 millions de personnes qui ont cherché une protection à l'extérieur de leur pays et 8,6 millions de personnes qui ont été nouvellement déplacées à l'intérieur des frontières de leur pays.

De nombreuses populations déplacées n'ont pas trouvé de solutions durables pour reconstruire leur vie l'année dernière, avec seulement 317 200 réfugiés capables de retourner dans leur pays d'origine et seulement 107 800 réinstallés dans des pays tiers, a déclaré le HCR.

En ce qui concerne l'âge des personnes touchées, l'agence des Nations Unies estime qu'environ 30 à 34 millions des 79,5 millions de personnes déplacées de force dans le monde sont des enfants.

Sur les près de 80 millions de personnes citées dans le rapport, 26 millions sont des réfugiés, 20,4 millions relèvent du mandat du HCR et 5,6 millions sont des réfugiés palestiniens enregistrés auprès de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).

L'AUTEUR
ONU


Autres titres
Côte D'Ivoire Le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly sera inhumé le vendredi 17 juillet à Korhogo 
Bénin Ordre National des Pharmaciens: une nouvelle équipe pour une nouvelle dynamique 
Mali Violences à Bamako: le président veut dialoguer et apaiser la situation 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle
RECHERCHE
Inter Le classique du reggae « One Love » réédité pour aider les enfants victimes de la crise de la Covid-19 
Inter ONU Femmes fête 10 ans d'actions pour protéger et promouvoir les droits des femmes dans le monde 
Inter Les microentreprises de femmes et de jeunes parmi les plus touchées par la pandémie 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires