Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Inter Cancer du sein: l'OMS préqualifie un médicament qui pourrait être moins cher et sauver plus de femmes


Santé

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Cancer-du-sein:-l-OMS-prequalifie-un-medicament-qui-pourrait-etre-moins-cher-et-sauver-plus-de-femmes

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a préqualifié mercredi son premier médicament biosimilaire - le trastuzumab - dans une démarche qui pourrait rendre ce traitement coûteux et salvateur plus abordable et accessible aux femmes dans le monde.

Le cancer du sein est la forme de cancer la plus courante chez les femmes. 2,1 millions de femmes ont contracté un cancer du sein en 2018. 630.000 d'entre elles sont décédées de la maladie, beaucoup en raison d'un diagnostic tardif et du manque d'accès à un traitement abordable.

Le trastuzumab - un anticorps monoclonal - a été inclus dans la liste des médicaments essentiels de l'OMS en 2015 en tant que traitement essentiel pour environ 20% des cancers du sein. Il a montré une grande efficacité pour guérir le cancer du sein à un stade précoce et, dans certains cas, des formes plus avancées de la maladie.

« La préqualification par l'OMS du trastuzumab biosimilaire est une bonne nouvelle pour les femmes du monde entier », a déclaré le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS. « Dans de nombreuses cultures, les femmes souffrent de disparités entre les sexes en matière d'accès aux services de santé. Dans les pays pauvres, il y a le fardeau supplémentaire du manque d'accès au traitement pour beaucoup, et le coût élevé des médicaments. Un traitement efficace et abordable du cancer du sein devrait être un droit pour toutes les femmes, pas le privilège de quelques-unes», a dit le Dr. Tedros.

La préqualification par l'OMS du trastuzumab biosimilaire est une bonne nouvelle pour les femmes du monde entier - Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS

Le coût moyen mondial du trastuzumab des entreprises d'origine est de 20.000 dollars, un prix qui le met hors de portée de nombreuses femmes et des systèmes de santé dans la plupart des pays. La version biosimilaire du trastuzumab est généralement 65% moins chère que la version d’origine. Avec cette liste de l'OMS, et plus de produits attendus dans la filière de préqualification, les prix devraient encore baisser.

Le médicament, fourni par l’entreprise Samsung Bioepis NL B.V. (Pays-Bas), a été évalué par l'OMS et jugé comparable au produit d'origine en termes d'efficacité, de sécurité et de qualité. Cela signifie qu'il est éligible aux marchés publics des agences des Nations Unies et aux appels d'offres nationaux.
Médicaments biosimilaires : moins chers et aussi efficaces

Les médicaments biothérapeutiques, qui sont produits à partir de sources biologiques telles que des cellules plutôt que des produits chimiques synthétisés, sont des traitements importants pour certains cancers et autres maladies non transmissibles. Comme les médicaments génériques, les biosimilaires peuvent être des versions beaucoup moins chères des produits biothérapeutiques innovants tout en conservant la même efficacité. Ils sont généralement fabriqués par d'autres sociétés une fois le brevet du produit d'origine expiré.

Quelques versions biosimilaires du trastuzumab sont arrivées sur le marché au cours des cinq dernières années, mais aucun n'avait été préqualifié par l'OMS avant aujourd'hui. La présélection de l'OMS donne aux pays l'assurance qu'ils achètent des produits de santé de qualité.

Une étude récente sur le cancer du sein en Afrique subsaharienne a révélé que sur 1.325 femmes interrogées dans trois pays, le traitement du cancer n'avait pas été initié dans l'année suivant le diagnostic pour 227 (17%) femmes et pour 185 (14%) femmes de stade I -III maladie. Les obstacles au traitement autodéclarés ont confirmé les coûts de traitement comme étant l'un des principaux contributeurs à l'absence de traitement.

Le Centre international de recherche sur le cancer de l’OMS estime qu’en 2040, le nombre de cancers du sein diagnostiqués atteindra 3,1 millions, avec la plus forte augmentation dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

« Nous devons agir maintenant et essayer d'éviter davantage de décès évitables », explique le Dr Mariângela Simão, Sous-directrice générale de l'OMS pour les médicaments et les produits de santé. « La disponibilité des biosimilaires a fait baisser les prix, rendant même les traitements innovants plus abordables et, espérons-le, accessibles à plus de personnes ».

L'AUTEUR
ONU


Autres titres
Burkina-Faso Le président du Faso pour la construction d’un Centre hospitalier universitaire à Dori 
Côte D'Ivoire Sassandra: le premier ministre amadou Gon Coulibaly annonce la réhabilitation et l’équipement de l’hôpital général et des centres de santé ruraux 
Niger Inauguration de la nouvelle unité de dialyse du pavillon d’hospitalisation de l’hôpital CHU Amirou Boubacar Diallo 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Inter L'ONU lance une campagne d'appui au travail humanitaire 
Inter L’ONU appelle à intégrer la protection des enfants dans les processus de paix 
Inter Journée mondiale de la radio: message du Secrétaire général des Nations Unies 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires