Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Tunisie Cinéma :Trois films réalisés par des femmes primés aux JCC


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Cinema :Trois-films-realises-par-des-femmes-primes-aux-JCC

Un film tunisien consacré aux difficultés d'une mère à conquérir son bonheur malgré un mariage miné par la violence, "Noura rêve", et deux autres films réalisés par des femmes ont été primés à l'issue des Journées cinématographiques de Carthage (JCC) samedi soir à Tunis.

"Noura Rêve", attendu en salle ce mois-ci, est porté par deux vedettes tunisiennes, l'actrice basée en Egypte Hend Sabry, déchirée entre mari et amant, et le comédien Lotfi Adbelli, en mari looser dominateur. Ce film de la réalisatrice Hinde Boujemaa a remporté le Tanit d'Or de la trentième édition des JCC, récompense suprême de ce festival consacré au cinéma arabe et africain. Hend Sabri remporte également le prix de la meilleure actrice. Viol conjugal, infidélité, corruption et inaction des policiers: "on soulève des sujets tabous afin de lancer un dialogue social, car en Tunisie et dans le monde arabe on en parle rarement", a expliqué à la presse Hend Sabri.

Pour la député Bochra Belhadj Hmida, le film a évoque "la violence à l'encontre des femmes sous toutes ses formes", montrant une "prise de conscience" même si "le chemin est encore long". Deux autres films porté par des personnages féminins forts ont également été primés. "Atlantique", un conte sénégalais sur la migration de clandestine vu par les femmes restées sur la berge, que les noyés viennent hanter, a reçu le Tanit d'Argent. Ce film de la réalisatrice franco-sénégalaise Mati Diop s'était vu décerner le Grand Prix du Festival de Cannes en mai. Le Tanit de bronze a été décerné à un premier film saoudien, "Scales", sur le sort d'une jeune fille que son père refuse de sacrifier à la mer selon une tradition ancestrale, et qui devient une paria en résistant aux superstitions patriarcales.

"Je veux insister sur le fait que la vie est sacrée, qu'elle est plus importante que les lois et les traditions imposées", a déclaré l'AFP la réalisatrice. "C'est un film en noir et blanc pour montrer que ce village est aride, sans vie, un village qui refuse le progrès et s'attache aux coutumes rétrogrades", explique-t-elle.



Autres titres
Guinée Un bloc d’apprentissage de métiers pour personnes handicapées inauguré le 3 décembre prochain 
Côte D'Ivoire «L’’électricité est la base du développement,» BRUNO KONÉ à TIORO 
Bénin Foire : Exposition de produits fabriqués par des détenus à Savalou 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle
RECHERCHE
Tunisie Assistance macrofinancière : L’UE approuve le versement de 150 millions d’euros 
Tunisie Exportation: l’huile d’olive vers de nouveaux marchés 
Tunisie Parlement: Ennahdha propose Rached Ghannouchi comme président 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires