Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Haïti Un poulailler pour aider des détenus à se réinsérer


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Un-poulailler-pour-aider-des-detenus-a-se-reinserer

Depuis janvier 2019 les détenus de la prison civile de Hinche, dans le centre d'Haïti, prennent part à un projet peu commun : la mise en place d'un élevage de poulets.

Le poulailler, qui a été placé au sein même de l’établissement pénitentiaire, est une façon pour la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP) d’améliorer les conditions de détention, à travers l’alimentation. Il aide également à contribuer à la réinsertion sociale de 116 prisonniers qui ont suivi des formations en techniques avicoles.

« Occuper les détenus et réduire les risques de récidive, c’est l’objectif de ce projet de 6 mois mené en partenariat avec la Société des services et de transformation agricole (SOSETA) et financé par le programme de Réduction de la violence communautaire (RVC) de la Mission des Nations Unies pour l’appui à la Justice en Haïti (MINUJUSTH) », a affirmé la Mission dans un communiqué.

Ce projet de réhabilitation carcérale, en appui à la politique gouvernementale pour la gestion des prisons, a permis d’améliorer le plus rapidement possible le bien-être des détenus tout en leur fournissant une occupation positive.

Grâce à la SOSETA, une partie de la production est également commercialisée dans le marché local. Cette démarche a facilité le retour chez eux des détenus en leur permettant de subvenir rapidement aux besoins de leurs familles au moment de leur libération.

A ce jour, plus de 2.900 poulets ont déjà été vendus au sein des communautés environnantes.

En parallèle à la mise en place de l’élevage, la prison de Hinche a organisé une formation théorique et pratique en techniques avicoles.

Le projet a ainsi incorporé une dimension de réinsertion sociale qui parachève le projet de réhabilitation de la prison, en offrant aux détenus des opportunités vocationnelles.

Pendant 28 jours, 116 détenus dont 15 femmes et 2 mineurs, ont ainsi suivi un apprentissage afin d’obtenir un diplôme avant d’être accompagnés par une organisation ou une entreprise. De fait, 11 anciens détenus ont déjà pu se réinsérer dans leur communauté.

« Nous espérons que ce partenariat si fructueux puisse continuer tant que possible afin de pouvoir appliquer cette idée, cette vision, cette image sur l’ensemble du système pénitentiaire haïtien », a déclaré le Sous-directeur des régions Centre et Artibonite (SDCA) de la DAP, le Commissaire Marlon W. Romage.

Ainsi 15 agents pénitentiaires (dont 1 femme) ont également suivi la formation afin de pérenniser cette activité de réinsertion sociale dans la prison civile de Hinche ou dans d’autres établissements pénitentiaires.


75.000 bénéficiaires de projets de Réduction de la violence communautaire (RVC) de la MINUJUSTH
Entre octobre 2017 et avril 2019, plus de 75.000 personnes, dont près de 37.000 femmes, ont bénéficié de projets de RVC mises en œuvre par 68 partenaires (60 locaux, 6 internationaux et 2 agences onusiennes) avec l´appui de la MINUJUSTH.

Une partie de ces projets ont formé les participants à des activités génératrices de revenus et à la gestion de leur propre entreprise afin de consolider des dynamiques positives qui permettent de réduire la violence dans les quartiers.

Sous le leadership des acteurs et des dirigeants communautaires, ainsi que des organisations de base, les projets RVC de la MINUJUSTH visent à réduire l’insécurité et la violence dans les communautés, ainsi qu’à atténuer les effets de cette violence sur leur développement. La protection des groupes vulnérables, des femmes, des jeunes dans des contextes à risque, des enfants et des hommes qui vivent dans ces communautés est au centre des actions de ces projets, lesquels visent à améliorer la stabilité, l’inclusion et le respect des droits.

Au-delà des acteurs et des dirigeants communautaires, les agences gouvernementales et les agences, fonds et programmes des Nations Unies sont étroitement associés au processus, dans le cadre de la stratégie de la MINUJUSTH qui vise un transfert graduel de responsabilités au gouvernement haïtien et aux acteurs du développement.

L'AUTEUR
ONU


Autres titres
Afrique du Sud 1.500 ressortissants subsahariens ont fui leur foyer après les violences (ONU) 
Côte D'Ivoire Renforcement de capacité : Plus de 200 jeunes instruits sur le civisme à Cocody 
Burkina-Faso Voiries urbaines de Bobo Dioulasso, une nouvelle voie bitumée pour soulager les populations du quartier Belle Ville 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Haïti Un poulailler pour aider des détenus à se réinsérer 
Haïti Haitian minister quits amid U.S. citizenship allegetions 
Haïti Haiti president marks first two years in office 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires