Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Inter Racisme: l’ONU appelle à pourfendre le nationalisme et le populisme


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Racisme:-l-ONU-appelle-a-pourfendre-le-nationalisme-et-le-populisme

Des experts des droits de l’homme et hauts responsables des Nations Unies ont appelé jeudi les Etats et les individus à poursuivre la lutte contre le racisme et à ne pas céder aux sirènes du nationalisme et du populisme.

Un appel lancé lors de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale dans un contexte de montée de l’intolérance et moins d’une semaine après l’attaque terroriste meurtrière contre deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande. 50 personnes ont été tuées dans cette attaque commise par un suprémaciste blanc.

« Cet événement tragique nous rappelle que le racisme, la xénophobie et la haine religieuse sont mortels et que le résultat du populisme ethno-nationaliste et des idéologies suprémacistes est la violence raciale, l'exclusion et la discrimination », ont déclaré E. Tendayi Achiume, la Rapporteure spéciale sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l'intolérance qui y est associée, et Michal Balcerzak, le Président du Groupe de travail d'experts sur les personnes d'ascendance africaine.

Pour les deux experts onusiens, les États doivent agir immédiatement pour endiguer la vague de haine et de discrimination, pour protéger les populations vulnérables et pour assurer l'égalité raciale.

« Aucun pays ou peuple n’est à l’abri de la haine raciale et religieuse et du terrorisme des fanatiques. Je suis profondément alarmé par la montée récente de la xénophobie, du racisme et de l’intolérance », a déclaré le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, dans un message publié lors de la Journée. « Le discours de haine se répand dans la société comme un feu de prairie par les médias sociaux et la radio. Il se propage tant dans les démocraties progressistes que dans les États autoritaires », a-t-il ajouté.

Tout en gardant l'espoir que tous les États « prendront au sérieux » leurs obligations d'éliminer la discrimination raciale, E. Tendayi Achiume et Michal Balcerzak se sont dit consternés par le fait que des autorités publiques continuent d’alimenter la discrimination raciale et l'intolérance par des actes ou des omissions.

« Nous avons observé plus de 50 Journées internationales pour l'élimination de la discrimination raciale. Chaque année, l'ONU appelle les États à agir immédiatement pour mettre fin au racisme, garantir l'égalité et la dignité et mettre en œuvre les dispositions de la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale. Pourtant, la politique et la législation des États reflètent rarement l'urgence de cette obligation», ont déploré les experts.

« Au lieu de cela, les États et les dirigeants ont déployé une rhétorique politique qui diabolise les groupes ethniques et encourage les idéologues suprémacistes. Certains États nient même l'existence d'une discrimination raciale ou de minorités à l'intérieur de leurs frontières », ont souligné E. Tendayi Achiume et Michal Balcerzak.

Pour les deux experts, les États doivent décider s'ils sont disposés à prendre leur rôle au sérieux et à adopter les politiques nécessaires pour parvenir à l'égalité raciale, conformément aux normes internationales relatives aux droits de l'homme et notamment dans des cadres tels que la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine. « En termes simples, les politiques d'exclusion opportunes sont incompatibles avec un ordre national juste et, en fin de compte, les États doivent éliminer leur recours à une rhétorique discriminatoire et suprémaciste », ont-ils dit.
« Le racisme est le contraire de tout ce que nous défendons »

Aujourd'hui, dans de nombreuses régions du monde, les idées de supériorité raciale et la diabolisation des migrants et des minorités montent et se nourrissent d'un sentiment de crise et de menace.

« Le racisme est le contraire de tout ce que nous défendons », a pour sa part déclaré la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet. « Le nationalisme et le racisme n'offrent pas de véritables solutions aux défis complexes auxquels les sociétés sont confrontées », a-t-elle ajouté. Selon elle, ils sont fondés sur des théories de la conspiration, qui sont amplifiées à travers les médias sociaux.

La cheffe des droits de l’homme de l’ONU a souligné que les idées de suprématie raciale, religieuse, ethnique ou nationale n'ont aucun fondement dans la réalité. « Lorsque les électeurs ont de nombreux contacts avec les migrants, le vote populiste tend à être beaucoup plus faible et il est élevé dans les régions où il y a peu de migrants et de réfugiés - des endroits où ils sont devenus le sujet de craintes illusoires », a-t-elle expliqué.

Chacun de nous doit poursuivre les efforts contre le racisme, a pour sa part souligné la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, rappelant que la discrimination raciale n’a pas encore été reléguée aux livres d’histoire.

« L’Internet peut s’avérer un terreau fertile pour propager la discrimination raciale, la xénophobie et les idéologies suprémacistes, qui ciblent souvent les migrants et les réfugiés ainsi que les personnes d’ascendance africaine », a dit Audrey Azoulay, soulignant que l’UNESCO met au point des outils d’initiation aux médias et à l’information afin de lutter contre la propagation de la haine sur la toile.

L'AUTEUR
ONU Info


Autres titres
Afrique de l'Ouest Au Comité des droits de l’enfant, la Côte d’Ivoire présente son numéro vert pour « enfants en détresse » 
Inter Les métriques, la technologie et les réseaux sociaux ont changé la façon de travailler des journalistes dans le monde 
Mali IBK honore le héros des inondations du 16 mai 2019 Mamoutou Diarra élevé à la médaille de « Sauvetage » intégrera la protection civile 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Inter Les métriques, la technologie et les réseaux sociaux ont changé la façon de travailler des journalistes dans le monde 
Inter Fistule obstétricale: les femmes les plus pauvres et les plus vulnérables sont les plus touchées (UNFPA) 
Inter L’ONU appelle à protéger les écosystèmes de la planète, plus menacés que jamais 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires