Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

République Centrafricaine Cri de détresse des membres de la commission nationale des droits de l’homme et des libertés fondamentales au président de l’assemblée nationale


Justice

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Cri-de-detresse-des-membres-de-la-commission-nationale-des-droits-de-l-homme-et-des-libertes-fondamentales-au-president-de-l-assemblee-nationale

Le Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Laurent NGON-BABA a accordé ce jour une audience à une délégation des membres de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales (CNDHLF). Cette délégation est conduite par Madame Françoise DONINGUIN, Vice-présidente de ladite Commission.

C’était une visite de courtoisie et de cri de détresse comme l’a souligné la Vice-présidente de cette Commission à la presse parlementaire : « J’ai accompagné la délégation de la Commission pour rencontrer le Président de l’Assemblée Nationale d’abord, pour le féliciter après son élection à la tête de cette noble institution et nous en avions profité pour lui présenter notre institution, les difficultés rencontrées et les modalités de travail, ce que nous attendons dans les relations entre la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales et l’Assemblée Nationale ».

A la question de savoir comment faire pour contourner les difficultés de financement de la Commission d’autant plus que l’Assemblée Nationale a déjà voté la Loi de Finances 2019, la Vice-présidente de la CNDHLF répond : « C’est un problème qui demeure posé, parce que normalement la Commission Nationale des Droits de l’Homme est une entité qui devrait être indépendante en principe mais, il y a une confusion qui plane, elle a été placée sous l’autorité du Ministère de la Justice et cela a prêté confusion. Ce qui fait que la Commission n’a pas de budget pour cette année et il faut peut-être attendre le Budget 2020 ».

Puis, elle ajoute : « La Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales est une entité de l’État, elle doit travailler à plus de 80% avec le Budget de l’État et si, elle n’a pas de Budget et bien, c’est un problème qui reste posé ».

L’audience s’est déroulée en présence du 2ième Vice-président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Mathurin DIMBELET NAKOE, de la 2ième Secrétaire Parlementaire, L’Honorable Bernadette GOMBO- SOUANINZI, de Monsieur Modibo Bachir WALIDOU, Directeur de Cabinet du Président de l’Assemblée Nationale et de Monsieur Alain LAMESSI Conseiller Spécial du Président de l’Assemblée Nationale.



Autres titres
Niger Maradi/Cour d’assises: 30 affaires inscrites avec une hausse des crimes de sang 
Burkina-Faso Communiqué de Mme le procureur du Faso près le TGI de Ouagadougou 
Burkina-Faso Le nouveau code penal pourrait conduire jusqu’a dix ans de prison pour diffusion d’information sur les operations militaires 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
République Centrafricaine 11 étudiants centrafricains émérites prêts à partir se former au journalisme en France 
République Centrafricaine La société centrafricaine de stockage des produits pétroliers a un nouveau bac a carburant 
République Centrafricaine Le Gouvernement et la MINUSCA abordent la question de l’embargo sur les armes avec la presse 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires