Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Inter 2018 en passe d’être la quatrième année la plus chaude enregistrée, selon l’OMM


Environement

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
2018-en-passe-d-etre-la-quatrieme-annee-la-plus-chaude-enregistree,-selon-l-OMM

L’année 2018 devrait figurer au quatrième rang des années les plus chaudes jamais enregistrées, a alerté jeudi l’Organisation météorologique mondiale (OMM) dans un rapport rendu public avant la conférence de l’ONU sur le climat (COP24).

« La tendance au réchauffement sur le long terme s’est poursuivie en 2018 la température moyenne à la surface du globe étant en bonne voie de figurer au quatrième rang des plus élevées », souligne l’OMM dans sa déclaration provisoire sur l’état du climat mondial.

L’agence onusienne observe que la température moyenne à la surface du globe, pour les 10 premiers mois de l’année, était supérieure de quasiment 1°C aux valeurs de l’époque préindustrielle (1850-1900). Des résultats qui ont été calculés à partir de cinq jeux mondiaux de données de température tenus à jour indépendamment les uns des autres. Et alors que les 22 dernières années comptent les 20 années les plus chaudes jamais enregistrées, les quatre dernières caracolent en tête de liste, indique l’OMM.

La tendance au réchauffement de la terre sur le long terme « est évidente et se poursuit », a déclaré Petteri Taalas, Secrétaire général de l’OMM, lors d’une conférence de presse à Genève. « Il faut le marteler encore et encore : nous sommes la première génération à bien comprendre les changements climatiques et la dernière à pouvoir en contrer les conséquences » a souligné M. Taalas.

Il faut le marteler encore et encore : nous sommes la première génération à bien comprendre les changements climatiques et la dernière à pouvoir en contrer les conséquences

Alors que les concentrations de gaz à effet de serre, facteur déterminant du réchauffement, vont de record en record, « la température risque d’augmenter de 3 à 5°C d’ici à la fin du siècle si la tendance continue », a alerté M. Taalas à quelques jours de l’ouverture de la COP24 à Katowice, en Pologne. « Les concentrations de gaz à effet de serre ont, encore une fois, atteint des niveaux record. Si nous exploitons la totalité des ressources connues en combustibles fossiles, la hausse de la température sera nettement plus importante » a prévenu le chef de l’OMM.

Selon le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) publié en octobre, limiter le réchauffement planétaire à 1,5 °C est matériellement possible, mais requiert un changement radical de notre mode de vie, des systèmes énergétiques et des transports. Le rapport du GIEC montre comment le fait de contenir la hausse de la température en dessous de 2 °C permettrait de réduire les risques pour la qualité de vie, les écosystèmes et le développement durable. « Nous ne sommes pas en voie d’atteindre les objectifs fixés dans le contexte du changement climatique et d’endiguer la hausse de la température » a mis en garde Petteri Taalas.

La Déclaration de l’OMM sur l’état du climat mondial vient compléter les preuves scientifiques concluantes sur lesquelles reposeront les négociations sur le changement climatique qu’organise l’ONU du 2 au 14 décembre à Katowice. Dans la ville du sud de la Pologne, la COP24 aura pour principal objectif l’adoption de lignes directrices pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat, qui vise à maintenir la hausse de la température moyenne du globe à une valeur aussi proche que possible de 1,5 °C.

L'AUTEUR
ONU Info


Autres titres
Pologne COP24 : la réunion la plus importante sur le climat depuis l’Accord de Paris (ONU) 
Afrique Centrale Changement climatique: les efforts de protection de l'environnement en RDC 
Afrique L’ONU appelle à aider le Sahel à faire face au changement climatique 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle
RECHERCHE
Inter « Faire en sorte que les migrations profitent à tous » - António Guterres 
Inter 30 millions de nouveau-nés malades ou prématurés ont besoin de soins chaque année (UNICEF et OMS) 
Inter 164 millions de personnes dans le monde sont des travailleurs migrants (OIT) 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires