Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Sénégal La presse sénégalaise raconte les obsèques de Bruno Diatta


Société

Apanews | | Commenter |Imprimer

Les journaux sénégalais parvenus vendredi à APA traitent, pour l’essentiel, des funérailles de Bruno Diatta, ministre, Chef du Protocole de la Présidence de la République du Sénégal organisées hier jeudi à Dakar.

« Dernier voyage de Bruno Diatta », souligne WalfQuotidien, ajoutant que l’ancien ministre, Chef du Protocole de la Présidence de la République « repose désormais (au cimetière chrétien) de Bel Air ».

« Derniers hommages de la République – A Dieu Bruno ! », barre à sa Une Le Quotidien. A l’occasion de l’hommage national, rapporte ledit journal, Monseigneur Benjamin Ndiaye, Archevêque de Dakar a déclaré : « nous lui sommes pleinement reconnaissants ».

De son côté, L’Observateur rapporte que « le Chef du Protocole de la Présidence repose aux côtés du Président (Léopold Sédar) Senghor ». En sus, ledit journal indique que le témoignage du Président Macky Sall était « émouvant » et le message des enfants du défunt « poignant ».

Pour EnQuête, c’est un « adieu aux larmes », car Bruno Diatta mort à l’âge de 69 ans, « a marqué de son empreinte impersonnelle pendant quatre décennies » la Présidence de la République du Sénégal.

Le Soleil a repris intégralement l’oraison funèbre du Président de la République. Macky Sall a salué la mémoire de son collaborateur avant de soutenir que « notre perte est immense et notre douleur infinie ». Dans les colonnes du quotidien national, le Chef de l’Etat a aussi rappelé que « quand le destin nous arrache un homme d’exception, le seul devoir qui vaille, c’est de lui rendre l’hommage qu’il mérite ».

L’actuel locataire du palais présidentiel, dont les propos sont rapportés par Sud Quotidien, estime que « Bruno n’était pas un homme du verbe mais d’action ». Poursuivant, il affirme : « j’ai perdu en toi un sherpa clairvoyant. L’Etat et la République ont perdu un gardien du temple. La nation a perdu une icône emblématique ».

Tout compte fait, selon Libération, c’est tout simplement « l’ascension de Bruno ». L’AS renseigne que le disparu sera « immortalisé » parce que le Président de la République a pris la décision de rebaptiser « la salle du Conseil des ministres et l’amphithéâtre de l’ENA (Ecole Nationale d’Administration où le défunt a été formé » à son nom. « Adieu Bruno, ad vitam aeternam », conclut Rewmi quotidien.




Autres titres
Côte D'Ivoire Projet d’évacuation des populations du Mont Péko : un recensement annoncé 
Bénin Urbanisation et politique se côtoient dans la presse béninoise 
Sénégal Le fer de la Falémé et la visite de Madické Niang à Tivaouane alimentent les quotidiens sénégalais 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle
RECHERCHE
Sénégal Le fer de la Falémé et la visite de Madické Niang à Tivaouane alimentent les quotidiens sénégalais 
Sénégal Les quotidiens à fond sur la tournée économique de Macky Sall et les réactions au rapport de HRW 
Sénégal La presse sénégalaise se fait l’écho d’un rapport sur l’exploitation sexuelle à l’école 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires