Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Cameroun Climat terne en couverture des journaux


Société

Apanews | | Commenter |Imprimer

La tonalité générale des journaux camerounais parus jeudi confine à la grisaille, aussi bien sur les sujets politiques, économiques que sociaux.

Qu’on le veuille ou pas, la crise sécessionniste anglophone est en train d’impacter très négativement l’actuelle campagne pour l’élection présidentielle du 7 octobre : ce constat transpire en grande manchette du quotidien de langue anglaise The Guardian Post, qui se fait non seulement l’écho de la restriction de voyages vers le Cameroun imposée par le Canada à ses ressortissants, mais aussi des forts risques de suspension du pays par le Commonwealth.

Selon cette publication en effet, l’organisation des pays ayant l’anglais en partage ne cache plus son exaspération vis-à-vis du pouvoir de Yaoundé, accusé non seulement de n’avoir que la solution militaire contre les activistes séparatistes, mais aussi de rester sourd à toutes les propositions de médiation émanant des bonnes volontés.

Et la preuve du délitement continu de la situation est apportée par Mutations, qui sous le titre «Nord-Ouest : les sécessionnistes libèrent 117 prisonniers», rapporte l’assaut donné la veille par les forces de la république autoproclamée d’Ambazonie sur la prison de la localité de Wum où, profitant d’une panne d’électricité, des hommes en cagoule, lourdement armés, ont fondu sur le pénitencier pour en libérer une centaine de détenus dont une bonne partie, à en croire The Guardian Post, se recrute justement parmi les activistes de la cause anglophone.

Force est pourtant de constater, si on en juge par le grand titre du quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, que la bataille du positionnement bat son plein dans le reste du pays, parmi les 9 candidats en course pour la magistrature suprême.

À travers les affiches, les banderoles, les réseaux sociaux et même les autobus en effet, c’est chacun qui, à travers sa campagne de communication, entend s’installer durablement dans l’esprit des électeurs.

Curieusement, s’exclame InfoMatin, c’est le chef de l’État sortant, Paul Biya, qui ne semble pas satisfait de ce qu’il considère comme «la tiédeur» de sa campagne de propagande sur le terrain.

Ainsi, rapporte la publication, le président-candidat a, la veille «tiré les oreilles» du secrétaire général du comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir), Jean Nkuété, à qui il est reproché la mollesse des opérations menées jusqu’ici, par rapport aux gros moyens engagés pour la propagande à travers le Cameroun.

Et le fait, justement, que les photos de Paul Biya aient envahi l’espace public, pour un mièvre résultat, a produit une réaction plutôt courroucée du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), qui vient, selon Le Jour, de déposer plainte contre le RDPC pour dénoncer l’illégalité de la campagne d’affichage de son champion, exigeant par ailleurs d’Elections Cameroon (ELECAM), l’organe en charge des scrutins et opérations référendaires, le retrait, ou tout au moins la diminution, des panneaux controversés pour laisser un peu de place dans l’espace public aux autres postulants.

Le même ELECAM est en couverture de Mutations, cette fois pour une polémique interne ayant fini par déborder au dehors : une note, de son antenne de la région du Centre, interdisant l’usage des téléphones portables dans les bureaux de vote.

Cette histoire a mis les politiques et les électeurs sur le pied de guerre, rappelle Le Messager : heureusement, redoutant la levée de boucliers, le directeur général de cette instance, Éric Essoussé, a prestement remis les pendules à l’heure à recadrant son service déconcentré.

Pour Le Jour et The Guardian Post, il s’agit effectivement d’un dérapage qui commençait à empoisonner le climat de la campagne présidentielle, installant du même coup la suspicion sur d’éventuelles fraudes à venir orchestrées par le RDPC.

Afin de mettre tout le monde au même niveau d’information, Émergence a, pour sa part, choisi de publier, région par région, le nombre d’électeurs appelés aux urnes le 7 octobre, soit 6.985.000 au total avec, en tête des viviers de suffrages, l’Extrême-Nord et le Centre qui à elles seules comptent près de 2,4 millions d’inscrits.



Autres titres
Algérie Le journaliste Adlène Mellah de nouveau sous mandat de dépôt 
Congo RDC Enclavement de plusieurs localités après l’effondrement du pont Kasindi 
Bénin Politique et économie, sujets dominants dans la presse béninoise 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Cameroun L’élection du président de la Fecafoot passionne les journaux camerounais 
Cameroun La tension du retrait de la CAN 2019 ne retombe pas dans les journaux camerounais 
Cameroun La politique s’impose en couverture des journaux camerounais 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires