Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Maroc Enseignement, finance et lutte contre l’immigration clandestine au menu des quotidiens marocains


Société

Apanews | | Commenter |Imprimer

La réforme de l'enseignement, la situation de la Bourse, la déclaration des impôts pour les personnes physiques, le plan européen pour la lutte contre l’immigration clandestine et l’organisation du Mondial 2030 sont les principaux sujets traités par les quotidiens parus ce vendredi.

+Aujourd’hui le Maroc+ aborde la réforme de l’enseignement. Le journal souligne la nécessité de « faire place au débat sérieux et responsable », auquel prendraient part toutes les composantes de la société.

Le débat sur l’école ne concerne pas seulement le gouvernement, les enseignants, les syndicats, les universitaires et les experts en matière de science de l’éducation. Ceux-là sont directement aux prises avec le sujet pour des raisons relatives à des positions sur un échiquier à connotations politiques, constate-t-il.

Beaucoup croyaient et espéraient que cette rentrée 2018-2019 allait marquer une rupture avec le passé, un vrai départ pour la mise en œuvre de cette réforme tant attendue avec un état d’esprit réellement nouveau, mais finalement avec les mêmes ingrédients, les mêmes personnes qui accaparent le paysage et les mêmes mentalités, il ne fallait pas s’attendre à des résultats différents, regrette-t-il.

Par ailleurs, +l’Economiste+ se demande où va s’arrêter la chute de la Bourse, car « plus on réforme, moins ça marche ».

Lors de la grande recomposition des marchés financiers, au tout début des années 90, l’idée était de rendre progressivement autonome le cœur du système, la Bourse. Grosse erreur : on a les textes mais pas la force de caractère ni le sens du devoir pour appliquer ces règles-là, relève le quotidien.

+La Vie Eco+ indique que l’administration fiscale va un peu plus que d’habitude se concentrer sur le cas des personnes physiques cette année. Le journal croit savoir en effet que la Direction Générale des Impôts (DGI) devrait mener plus de 1500 contrôles de plus qu’en 2017. En clair, la Direction générale des impôts va actionner un dispositif de contrôle dédié pour traquer les fraudeurs qui figurent dans les rangs des personnes physiques.

Le journal fait remarquer que les contrôles sont devenus quasi systématiques lorsqu’il est question de déclaration de personnes physiques. Soulignons que la centralisation et l’échange de données entre administrations ont rendu plus facile la traque de la fraude fiscale chez cette catégorie de population. On note aussi que la télé-déclaration étendue maintenant à certaines catégories de particuliers rend également plus facile la tâche au fisc.

L’hebdomadaire rappelle aussi que la déclaration en ligne du revenu global au titre de l’impôt sur le revenu a été récemment ouverte aux personnes physiques qui perçoivent des revenus fonciers, deux salaires ou plus, ou deux retraites versées par des employeurs ou des débirentiers différents, ou un revenu de source étrangère. De même, le processus de dématérialisation d’un grand nombre de services de la DGI facilite également la traque.

Il faut noter aussi que sur une population de plus de 6 millions 350.000 contribuables qui s’acquittent de l’IR, les personnes physiques représentent un effectif de plus de 700.000 personnes dont près de 550.000 sont des professions libérales et 160.000 des particuliers (hors salariés). La Vie Eco ajoute que 4.500.000 sont des salariés du privé et 860.000 des fonctionnaires. Le journal ajoute que 95% des missions de contrôle de la DGI débouchent sur des redressements fiscaux.

+Al Massae+ rapporte que l’UE a établi un programme qui permet aux migrants de renoncer à traverser la Méditerranée. Des organisations humanitaires seront financées pour leur permettre de vivre décemment dans les pays maghrébins. Les mêmes sources indiquent que « les Italiens ont depuis quelque temps commencé à financer des organisations nouvellement créées dans ces pays pour offrir le confort nécessaire aux migrants». La France et l’Espagne ont également entrepris cette action pour encourager les candidats à l’immigration à renoncer à leur projet de rejoindre le vieux continent.

L’Italie est considérée comme la plus active dans ce domaine, puisque les chiffres officiels la classent en tête des pays donateurs aux organisations humanitaires. L’apport de l’Italie a triplé depuis trois ans et elle ne devrait pas s’arrêter là si l’on en croit le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini. Ce dernier a déclaré en août dernier que le gouvernement italien allouerait au minimum un milliard d’euros au Maroc, à l’Algérie et à la Tunisie. Les détails de ce budget seront dévoilés lors d’une tournée que le ministre italien compte effectuer dans ces pays.

+Assabah+ croit savoir que le président de la Fédération royale espagnole de football, Luis Rubiales, a annoncé au président de la FIFA Gianni Infantino la volonté de son pays d'organiser le Mondial 2030.

Selon le quotidien, le responsable espagnol a proposé une organisation de la compétition de façon unique, mais n’écarte pas la piste d’une organisation conjointe avec le Portugal et/ou le Maroc.

Une décision qui a trouvé un écho positif au Maroc même s’il n’appartient pas géographiquement au vieux continent. Cependant, la presse algérienne s’est empressée, dès l’annonce espagnole, de déclarer que les deux pays européens refuseraient l’idée d’organiser la compétition conjointement avec le Maroc.

En effet, le Maroc a toujours écarté la piste d'une candidature avec la Tunisie et l’Algérie, et exprimé son souhait de l’organiser avec ses deux voisins de l’autre rive de la Méditerranée. Une stratégie payante si elle est concrétisée, puisque dans ce cas le dossier de candidature du royaume bénéficiera des soutiens de poids des pays européens et africains.



Autres titres
Maroc Le satellite "MOHAMMED VI-B" sera mis sur orbite, le 21 novembre 2018, depuis le pas de tir de Kourou, en Guyane française. 
Maroc Diversité de sujets à la Une des quotidiens marocains 
Sénégal Politique, faits divers et sport se partagent la Une au Sénégal 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Maroc Le satellite "MOHAMMED VI-B" sera mis sur orbite, le 21 novembre 2018, depuis le pas de tir de Kourou, en Guyane française. 
Maroc Diversité de sujets à la Une des quotidiens marocains 
Maroc L’inauguration de la LGV en vedette dans les quotidiens marocains 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires