Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Afrique Message du Dr Matshidiso Moeti, Directeur régional de l'OMS pour l'Afrique, à l'occasion de la Journée africaine de la médecine traditionnelle, célébrée le 31 août 2018


Santé

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Message-du-Dr-Matshidiso-Moeti,-Directeur-regional-de-l-OMS-pour-l-Afrique,-a-l-occasion-de-la-Journee-africaine-de-la-medecine-traditionnelle,-celebree-le-31-aout-2018

Le 31 août de chaque année, la Région africaine célèbre la Journée africaine de la médecine traditionnelle. Cette année, le thème choisi est « La fabrication locale de produits médicaux issus de la pharmacopée traditionnelle dans la Région africaine ».

Ce thème souligne la nécessité de promouvoir et de renforcer la fabrication locale, afin d’améliorer l’accès à des médicaments de qualité.
Il est essentiel d’accroître la fabrication locale si l’on veut atteindre la couverture sanitaire universelle et les objectifs de développement durable, y compris l’accès à des médicaments essentiels sûrs, efficaces, de bonne qualité et abordables pour tous. Cela nécessite des systèmes de réglementation robustes dans les pays, afin de se prémunir des médicaments de qualité inférieure et de s’assurer que les produits fabriqués localement et les matières premières végétales répondent aux normes internationales de qualité, d’innocuité et d'efficacité. Ces médicaments seront ainsi conformes aux critères de l'OMS pour l'enregistrement et la sélection, en vue de leur inclusion dans les listes nationales de médicaments essentiels.

Le nombre de pays dotés de politiques nationales en matière de médecine traditionnelle n’a cessé d’augmenter depuis 2000 et s’élève désormais à 40 dans la Région africaine. Dix-sept pays fabriquent des médicaments issus de la pharmacopée traditionnelle à partir de plantes médicinales cultivées localement et 14 autorisent la commercialisation de ces produits pour le traitement de maladies transmissibles et non transmissibles prioritaires. Huit pays ont inclus ces produits dans leurs listes nationales de médicaments essentiels.

La fabrication locale de médicaments issus de la pharmacopée traditionnelle pour le traitement des maladies nécessite également un environnement politique, réglementaire et économique qui favorise et encourage la fabrication locale. Des partenariats public-privé renforcés mobiliseront d’avantage les investissements pour la fabrication locale et contribueront à la protection contre le risque financier grâce au développement économique et social.

Afin de soutenir l'investissement et le transfert de technologie, l'OMS et ses partenaires ont aidé les pays à évaluer les besoins pour la fabrication locale dans la cadre du traitement de certaines maladies prioritaires. L’appui de l'OMS concerne également le renforcement des compétences et des capacités pour l’enregistrement et le contrôle qualité des produits médicaux. A cet effet, nous avons publié une série de directives dont les pays peuvent se servir selon leurs propres situations pour garantir la qualité, la sécurité et l’efficacité de ces produits.
Je félicite les pays qui fabriquent déjà des produits issus de la pharmacopée traditionnelle localement et les partenaires qui soutiennent cet objectif. Il reste cependant beaucoup à faire pour améliorer l'accès à des produits dont la qualité est assurée.
Alors que nous célébrons la Journée africaine de la médecine traditionnelle 2018, j'appelle les pays à développer les partenariats public-privé, ainsi que les investissements internes, afin d’accroître la fabrication locale, tout en respectant les normes de qualité et les systèmes qui garantissent l’innocuité des médicaments.

J’appelle instamment les gouvernements, les autorités nationales de réglementation pharmaceutique, les fabricants et les tradipraticiens de santé à collaborer étroitement, afin d’accélérer la fabrication locale de médicaments issus de la pharmacopée traditionnelle dans la Région. Cela permettra d’accroître la qualité des soins de santé, d’augmenter considérablement l'accès à des médicaments essentiels de qualité et ainsi améliorer la santé et le bien-être des populations africaines.



Autres titres
Inter L'abus d'alcool tue trois millions de personnes par an, estime l'OMS 
Zimbabwe le choléra se propage à Harare et fait 25 morts selon un nouveau bilan (OMS) 
Nigéria Le gouvernement adopte un plan quinquennal de 16,7 milliards $ pour la santé 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle
RECHERCHE
Afrique Les pesticides illégaux et contrefaits menacent l’économie agricole de la Côte d’Ivoire 
Afrique Le PAM signe une nouvelle police d’assurance contre les risques climatiques 
Afrique Soudan du Sud : un cessez-le-feu complet et immédiat est impératif, selon l’ONU 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires