Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

République Centrafricaine L’opération MINUSCA-FACA dans la sous-préfecture de Paoua permet le retour des déplacés et de l’État dans les zones sinistrées


Sécurité

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
L-operation-MINUSCA-FACA-dans-la-sous-prefecture-de-Paoua-permet-le-retour-des-deplaces-et-de-l-État-dans-les-zones-sinistrees

L’opération militaire « Mbaranga », menée conjointement par les Forces de la MINUSCA et l’armée centrafricaine (FACA) dans la sous-préfecture de Paoua (nord-ouest de la République centrafricaine), a considérablement amélioré la situation sécuritaire et favorisé le retour de la majorité des personnes déplacées dans leurs villages ainsi la présence de l’autorité de l’Etat dans les zones affectées. « Les maires des communes de Mia-Pendé (Betoko), Nana-Baria (Beboura) et de Babeshar (Benamkor) ont été accompagnés et installés par les autorités administratives en collaboration avec le bureau de la MINUSCA de Paoua. L’autorité de l’Etat centrafricain est de retour dans les communes sinistrées il y a quelques mois. Le drapeau de l’Etat, symbole fort de la République souveraine, flotte de nouveau dans les chefs lieu de commune », a indiqué mercredi le chef du bureau de la MINUSCA à Paoua, Addih Alamine Simon, lors de la conférence hebdomadaire.







« L’amélioration de la situation sécuritaire dans la préfecture d’Ouham-Pendé en général et en particulier dans la sous-préfecture a favorisé le retour massif des personnes déplacées dans leur village respectif. Avec la saison des pluies, la paisible population vaque librement les travaux champêtres et autres activités génératrices de revenus », a ajouté le chef de bureau. Il était accompagné du sous-préfet de Paoua, Dieudonné Mokofio. Cependant, le chef de bureau a souligné que la situation sécuritaire sur le terrain reste fragile en raison de l’existence de quelques poches de résistance des groupes armés, d’où la poursuite de l’opération. « Nous n’allons pas tolérer la présence des hommes en armes qui menacent la population dans et autour de la ville de Paoua », a-t-il renchéri.

Intervenant par télé-conférence, le chef de bureau a rappelé que l’opération militaire lancée le 12 janvier 2018 par la MINUSCA, avant d’être rejointe par les FACA, visait à mettre fin aux violences sur la population civile des combattants de Bahar et du RJ dans la sous-préfecture de Paoua ainsi que les mouvements du groupe 3R à Bocaranga, Ngoutere, Mann, Koui, Bang, Ngaoundaye et Ndim. « L’impact de l’opération a permis à plusieurs personnes déplacées de retourner dans leur village. Seules 2.421 personnes déplacées sur 65.000 soit 3,72 % restent dans la ville de Paoua pour diverses raisons », a-t-il ajouté. Il a par ailleurs plaidé pour le renforcement des effectifs de la Force de l’opération « Mbaranga ».

De son côté, le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, a rappelé l’appel du Représentant spécial adjoint du Secrétaire général en République centrafricaine, Kenneth Gluck, aux médias centrafricains en vue de leur implication dans le processus de réforme du secteur de sécurité, lors de l’atelier de formation au profit de journalistes et de chargés de communication. Selon lui, Kenneth Gluck a plaidé pour une forte implication des médias et des journalistes dont « le rôle est déterminant dans la diffusion de l’information correcte sur les activités liées à la réforme du secteur de la sécurité ».

Le porte-parole a également annoncé le déplacement prévu à Paoua de la Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général et Coordonnatrice humanitaire, Najat Rochdi, pour une mission humanitaire, avec la Ministre de l’Action humanitaire et réconciliation nationale, Virginie Mbaïkoua. Citant le Bureau de coordination des affaires humanitaires en République centrafricaine (OCHA), il a précisé que « la mission permettra d’analyser les besoins humanitaires, y compris ceux des retournés, et d’apprécier la réponse en cours ».

Le porte-parole a par ailleurs condamné les récentes attaques par des éléments armés qui ont visé les casques bleus de la MINUSCA, d’abord le 18 août par les anti-Balaka, à deux reprises, sur l’axe Mbrés-Ndomété (centre), provoquant trois blessés légers parmi les casques bleus, puis le 20 août, par des éléments du FPRC qui ont ouvert le feu près d’un check-point de la MINUSCA situé à proximité de l’hôpital de Bria. « La MINUSCA condamne ces attaques et rappelle que toute atteinte contre les soldats de la paix est passible de poursuites judiciaires. Elle demande aux groupes armés et aux groupes d’auto-défense de s’abstenir de toute provocation », a-t-il ajouté.

Sur la situation des droits de l’homme, le porte-parole a indiqué que la MINUSCA a documenté, sur l’ensemble du territoire, entre le 15 et le 20 août 2018, 39 incidents d’abus et de violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire ayant affecté au moins 54 victimes. Les auteurs présumés sont surtout les groupes armés et quelques agents de l’Etat.

L'AUTEUR
MINUSCA


Autres titres
Burkina-Faso G5 Sahel, l’Alliance Sahel plaide pour un décaissement rapide des fonds 
Bénin Patrick Jean-Baptiste Aho, le nouveau chef d’état-major général des armées 
Burkina-Faso Ouagadougou: des coups de feux et explosions annoncés ce 15 novembre 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
République Centrafricaine Sécurité, économie et environnement en vedette dans la presse centrafricaine 
République Centrafricaine Deuxième session criminelle 2018: 34 dossiers enrôlés à juger 
République Centrafricaine La presse centrafricaine décrypte le forum de Paris sur la paix 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires