Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Cameroun Les sujets qui fâchent alimentent les quotidiens camerounais


Société

Apanews | | Commenter |Imprimer

Du décès de l’ex-secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan à l’insécurité en passant par la crise anglophone, la gouvernance et le social, les manchettes des journaux camerounais parus mercredi, après 4 jours de pause relative à la Fête du mouton, ont des relents tristounets.

Il était fils du Ghana, mais la photo de Kofi Annan, l’air rayonnant, applaudissant la vigoureuse poignée de mains entre les chefs d’État du Cameroun et du Nigeria, Paul Biya et Olusegun Obasanjo respectivement, le 12 juin 2006 à Greentree (États-Unis), hante la couverture de L’Essentiel.

Ce jour-là, rappelle l’hebdomadaire, le non moins prix Nobel de la paix, décédé le 18 août dernier en Suisse, est entré dans la mémoire des Camerounais comme celui qui a contribué à la résolution pacifique du conflit frontalier entre les deux pays sur la péninsule de Bakassi, après que la Cour internationale de justice (CIJ) a, le 10 octobre 2002, reconnu la souveraineté du Cameroun sur ce territoire potentiellement riche en hydrocarbures et produits halieutiques.


Rien ne semblait, au départ, destiner cet homme à l’éternel chevelure et à la barbe poivre et sel à une aussi brillante carrière diplomatique, fait observer le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune : pourtant, celui qui a consacré l’essentiel de sa carrière à la recherche d’un mieux-être entre les nations et les peuples aura connu une carrière internationale magistrale et, un an après avoir quitté son poste, en 2006, c’est vers le même que se tourne l’Union africaine pour trouver une sortie à la crise post-électorale qui déchire le Kenya, en janvier 2008.


Avec sa disparition, renchérit Intégration, l’Afrique pleure «une source de fierté», la preuve de cette considération planétaire étant apportée par Le Quotidien de l’Économie qui, de son côté, a choisi de faire «le tour du monde des hommages» à Kofi Annan.


C’était une icône pour le continent noir, conviennent Eden et The Guardian Post, qui un temps avouent avoir rêvé de le voir jouer les «Monsieur bons offices» pour mettre un terme à la crise sécessionniste qui depuis bientôt 3 ans ensanglante les régions camerounaises du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Sur le sujet, justement, la deuxième publication citée se penche sur les nouvelles répercussions du conflit, qui viennent de prendre une nouvelle dimension à la faveur d’une manifestation de séparatistes anglophones devant la Maison Blanche, le siège du président américain.

Les activistes de la diaspora, fait observer le quotidien de langue anglaise, ont pris date avec l’histoire en même temps qu’ils ont mis la communauté internationale face à ses responsabilités, au moment où les atrocités imputées à l’armée se poursuivent sur le terrain.


Pendant ce temps le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji que Cameroon Tribune a suivi, vient d’évaluer la situation sécuritaire sur le terrain en rapport à la fois à la rentrée scolaire du 3 septembre et l’élection présidentielle du 7 octobre.


Et pour le membre du gouvernement, il est noté un retour progressif à la normale, plusieurs personnes ayant échappé à la violence sécessionniste en se réfugiant dans la forêt revenant progressivement dans leurs villages.


Selon Paul Atanga Nji, la situation globale est sous contrôle et, sur le terrain, le ministre a annoncé le déblocage de fonds par le président Paul Biya pour reconstruire et rénover les infrastructures publiques endommagées.


En attendant la concrétisation de ces belles annonces, note Expression économique, ce sont 7 millions de personnes qui se trouvent sous la menace de la famine pas seulement dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, mais aussi à l’Ouest mitoyen où plusieurs sinistrés de la crise anglophone ont trouvé refuge.


Les violences dans cette partie du pays sont officiellement le fait de Camerounais ayant opté pour la partition du territoire, mais en sous main, affirme dans Le Jour le délégué général à la Sûreté nationale (police), Martin Mbarga Nguelé, il y a clairement des manœuvres de puissances étrangères qui lorgnent les richesses du sous-sol desdites régions.


Au chapitre de la gouvernance, cette fois, c’est ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, Emmanuel Nganou Djoumessi, qui est sur la sellette d’InfoMatin et de Le Point Hebdo, qui l’accusent en chœur de «manœuvres mafieuses» en termes de tripatouillages de marchés publics, de surfacturations, d’accaparement de terres et qui devraient, au moins, lui valoir une série de procès devant les tribunaux du pays.


Son collègue des Sports, Pierre Ismaël Bidoung Mpkatt, n’est pas non plus épargné par Repères qui le voit en train de «torpiller la CAN» : c’est lui, affirme le bihebdomadaire, en tant que président du comité central d’organisation de la Coupe d’Afrique des nations de football 2019, qui a placé partout ses obligés et collaborateurs, qui a l’œil sur chaque commission technique dans l’exécution du budget, qui engage des dépenses inconsidérées aux frais du contribuable sur fond d’incompétence.


Une autre situation délicate, que signale Diapason, a cours au Fonds spécial d'équipement et d'intervention intercommunale (FEICOM), encore appelé «banque des communes» et où, apprend-on, il est noté une accumulation vertigineuse des arriérés dans le paiement des salaires des maires et le financement des projets de développement.


Et pendant ce temps, répond en écho Intégration, c’est la «mafia du livre scolaire» qui gagne en intensité : à deux semaines de la reprise des cours, éditeurs et libraires se regardent en chiens de faïence, les premiers accusant les seconds de se livrer à une activité de contrefaçon des manuels, des tensions qui compliquent la mise sur le marché des ouvrages inscrits au programme du primaire et du secondaire.



Autres titres
Bénin La presse béninoise focalisée sur le passage du ministre de l’Economie devant la commission budgétaire de l’Assemblée nationale 
Maroc Politique, économie, social et éducation au menu des quotidiens marocains 
Cameroun Économie et liberté de la presse à la une des journaux camerounais 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Cameroun Économie et liberté de la presse à la une des journaux camerounais 
Cameroun Les journaux camerounais en mode diversité 
Cameroun L’incarcération d’une journaliste fait les choux gras des journaux camerounais 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires