Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Cameroun Politique et football font les choux gras des journaux camerounais


Société

Apanews | | Commenter |Imprimer

L’attente de la publication de la liste des candidats retenus pour l’élection présidentielle du 7 octobre prochain et la crise anglophone passionnent ce mardi les journaux camerounais qui commentent encore la nomination d’un duo néerlandais à la tête de la sélection de football.

L’opinion a les yeux rivés vers les 18 membres d’Elections Cameroon (Elecam), l’institution en charge de la gestion des scrutins et opérations référendaires et qui, réunis à huis clos depuis le lundi 23 juillet, ont jusqu’à mercredi, fait observer le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, pour rendre leur verdict dans une liste de 27 postulants à la magistrature suprême.

Mais, avant même l’officialisation des candidatures, voici que, selon Le Messager, les leaders de l’opposition se tirent dessus au sujet de l’idée de candidature unique contre le président sortant, Paul Biya.

Comme il y a 7 ans, regrette la publication, le front commun s’est fissuré avant même de prendre corps : la faute aux égoïsmes et aux ego surdimensionnés, pour un scrutin à un seul tour ne permettant pas le moindre rattrapage.

Il n’y a pas que le camp d’en face pour inquiéter, renchérit Mutations : à deux mois du scrutin, justement, voici que la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés (CNDHL) embarrasse le pouvoir dont il est pourtant issu en plaidant pour un scrutin présidentiel à deux tours ainsi que l’abaissement de l’âge électoral de 21 à 18 ans.

Autre organisme étatique qui joue les trouble-fêtes et qu’indexe la même publication : le Conseil national de la communication (CNC). Il vient de proscrire la propagande politique dans les médias avant le lancement officiel de la campagne électorale, au moment où justement la radiotélévision d’État vante, à longueur d’antenne, les réalisations du septennat finissant de Paul Biya.

Ce qui étonne et détonne, aux yeux de La Nouvelle Expression, c’est qu’en même temps qu’un boulevard est ainsi ouvert au chef de l’État sortant, les sous-préfets de la région frondeuse et cosmopolite du Littoral interdisent, tous azimuts, les manifestations publiques à caractère associatif ou politique, surtout celles pouvant recouvrir des relents de contestation vis-à-vis du pouvoir de Yaoundé.

Toujours est-il que le même journal ouvre largement ses colonnes au secrétaire général adjoint du comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir), Grégoire Owona, pour vanter les 35 ans de règne de son champion et les motivations de la nouvelle candidature de Paul Biya, aujourd’hui âgé de 85 ans.

Sauf qu’au-delà de la présidentielle d’octobre 2018, il persiste un danger certains dans deux des dix régions du pays, le Nord-Ouest et le Sud-Ouest où, selon Le Messager, «les actes de barbarie se multiplient» au fur et à mesure qu’approche ladite échéance.

Que va donc faire le gouvernement ? Elecam a-t-elle une recette miracle, ou alors les Camerounais voteront leur chef d’État sans leurs compatriotes de la partie anglophone, parfois embraqués malgré eux dans la revendication sécessionniste ? se demande Le Messager.

Les assauts deviennent de plus en plus féroces sur fond de morts et d’enlèvements dans les deux camps, répond en écho The Guardian Post, qui révèle par ailleurs que l’un des commandants de la république autoproclamée d’Ambazonie a été grièvement blessé par balles à Kumbo (Nord-Ouest) au cours d’un affrontement avec les forces de défense et de sécurité.

Dans la localité voisine de Wum, selon la même publication, ce sont 75 boutiques qui ont été brûlées sans que, pour le moment, on puisse clairement déterminer les auteurs de cet acte qui a toutes les allures criminelles.

Sur le même sujet, Le Jour craint même pour la vie du sous-préfet de la Mentchum Valley, Derek Nwajo Lokombe, pris en otage voici trois jours par de présumés sécessionnistes et qui n’a pas donné signe de vie depuis lors.

Cet administrateur civil a finalement été libéré, révèlent en chœur The Guardian Post et La Nouvelle Expression.

Entre politique et football, et avec pour titre «Lions indomptables : le temps des sorciers noirs ?» Signatures, sur le retour après quelques semaines d’absence en kiosque, constate : on attendait la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle 2018, mais c’est plutôt celle des entraîneurs de la sélection de football qui a été dévoilée.

Pour l’hebdomadaire, la nomination des néerlandais Clarence Seedorf et Patrick Kluivert, pour laquelle beaucoup de Camerounais ont été surpris, marquerait la rupture avec l’ère des «sorciers blancs» qui se sont succédé dans la tanière.

Leurs noms circulaient déjà en coulisses, fait remarquer La Nouvelle Expression, alors que l’opinion en était encore à supputer sur un éventuel recrutement du technicien suédois Sven-Göran Eriksson, également auditionné par la fédération nationale de la discipline (Fécafoot).



Autres titres
Bénin Le poste de contrôle juxtaposé Bénin-Nigéria en vedette dans la presse béninoise 
Burkina-Faso Excision et justice s'imposent aux quotidiens burkinabè 
Sénégal Gouvernance, politique et société à la Une de la presse sénégalaise 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Cameroun La presse camerounaise anticipe sur la victoire de Biya à la présidentielle 
Cameroun Le contentieux post présidentielle continue de passionner les journaux camerounais 
Cameroun Les journaux camerounais à fond sur le contentieux post-présidentielle 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires