Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Mali RSF dénonce la fermeture illégale d'une radio en pleine élection présidentielle


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
RSF-denonce-la-fermeture-illegale-d-une-radio-en-pleine-election-presidentielle

Radio Renouveau FM a été fermée sur décision du gouverneur de Bamako qui estime que les propos tenus à l’antenne par un animateur soutenant l’opposition relèvent de “l'incitation à la haine et à la révolte”. Reporters sans frontières (RSF) conteste la légalité de cette décision et demande la réouverture du média en attendant que l’organe compétent de régulation soit saisi du dossier.

Alors que les résultats du premier tour de l’élection présidentielle malienne ont été annoncés dans la soirée du jeudi 2 août, les journalistes de Radio Renouveau FM n’ont pas pu commenter la qualification pour le second tour du président sortant Ibrahim Boubacar Keïta et de son principal opposant, Soumaïla Cissé, arrivé deuxième. Le média a été fermé “jusqu’à nouvel ordre” et les locaux placés sous scellés quelques heures plus tôt sur décision du gouverneur à la suite de la diffusion de l’émission “Carte sur table” du mardi 1er août, animée par le célèbre activiste et soutien de l’opposition Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath. Le gouverneur estime que l’animateur, qui fait partie de l’équipe de campagne de Soumaïla Cissé, a tenu des propos “d’incitation à la haine et à la révolte” et motive sa décision par la nécessité de “préserver l’ordre public et la tranquillité dans le district de Bamako”.

“Les textes sont clairs, le gouverneur n’a pas à jouer les régulateurs et n’a pas autorité pour fermer un média, déclare Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF. Il existe des procédures légales et une Haute autorité de la communication pour examiner d’éventuels manquements à la déontologie et à l’éthique. Nous demandons à la HAC de se saisir de ce sujet et appelons les autorités à ne pas entraver le travail des médias a fortiori pendant cette période électorale comme elles s’y étaient engagées. Les autorités doivent ordonner la réouverture immédiate de cette radio, en attendant qu’une décision soit prise sur le fond par l’organe de régulation compétent”.

Dans son émission très populaire au Mali, Ras Bath accuse régulièrement le pouvoir malien de corruption. Mardi soir, il avait dénoncé des fraudes dans plusieurs localités, accusés le président et son entourage d’en être les initiateurs et d’avoir profité de la pauvreté des Maliens pour acheter leurs voix.

La Haute autorité de la communication (HAC), seul organe régulateur habilité à se prononcer sur la conformité des contenus diffusés dans les médias, n’a pas été saisie ni consultée. Contactée par RSF, la HAC a botté en touche, affirmant qu’elle “n’a pas à juger de la pertinence de cette décision et ne peut pas se prononcer sur le niveau de sécurité dans le pays”.

Or, selon la loi relative aux services privés de communication audiovisuelle de 2012, seule la HAC ou le ministre chargé de l’Administration territoriale (article 63) peuvent décider de la suspension d’un média. Dans ce dernier cas, la décision ne peut être prise qu’après avis de l’organe de régulation et seulement motivée pour “atteinte aux intérêts de la défense nationale ou de l’unité nationale”.

Dans un communiqué, l’Union des radiodiffusions et télévisions libres du Mali (URTEL) a exprimé sa “stupéfaction” et invité les autorités au “respect des prérogatives” de la HAC. Le syndicat national des journalistes reporters du Mali a, de son côté, condamné “sans réserve” cette décision.

A la suite de la brève interpellation dimanche 22 juillet de trois journalistes de TV5 Monde venus couvrir l’élection présidentielle, RSF avait rappelé que le devoir des autorités était de garantir la libre couverture du scrutin. Arouna Modibo Touré, le ministre de la Communication s’était alors engagé à ce qu’”aucun journaliste ne soit bloqué dans l’exercice de ses fonctions” pendant cette période électorale.

Le Mali occupe la 115e place dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2018.



Autres titres
Burkina-Faso Le procès du putsch manqué, de nouveau à la une des quotidiens burkinabè 
Côte D'Ivoire La coalition au pouvoir et l’opposition politique se partagent la Une des journaux ivoiriens 
Sénégal Faits de société et droits de l’homme font la une de la presse sénégalaise 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle
RECHERCHE
Mali Présidentielle 2018: Ibrahim Boubacar Keïta réélu pour un second quinquennat 
Mali Communiqué du gouvernement du Mali 
Mali 2ème tour de la présidentielle: le Communiqué du POCIM 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires