Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Burkina-Faso Lutte contre la corruption et justice au menu des quotidiens burkinabè


Société

Apanews | | Commenter |Imprimer

Les quotidiens burkinabè, dans leurs livraisons de ce mercredi, traitent du procès du putsch manqué dont les interrogations des accusés se poursuivent devant le Tribunal militaire de Ouagadougou (délocalisé occasionnellement à la salle des Banquets de Ouaga 2000), sans oublier le rapport du Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC), rendu public, la veille à Ouagadougou.

L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, titre: «Rapport 2017 sur la corruption : la police municipale toujours première de la classe».

Selon le journal, c’est dans le cadre de ses activités que le REN-LAC a organisé, hier mardi à Ouagadougou, la cérémonie de lancement officiel de son rapport de l’année écoulée sur l’état de la corruption au Burkina Faso.

A ce propos, Le Quotidien, autre privé, cite en sa manchette le directeur exécutif du REN-LAC Claude Wetta qui déclare : «La corruption est repartie à la hausse en 2017».

Le même journal fait remarquer que, d’après le rapport du REN-LAC, la police municipale, la douane et la Direction générale des transports terrestres et maritimes (DGTTM) sont les services les plus corrompus au Burkina.

De son côté, Aujourd’hui au Faso parle de «l’indétrônable police municipale», là où le quotidien national Sidwaya se contente d’afficher : «La police municipale toujours en tête».

Le journal cité en second lieu évoque le procès du putsch manqué de septembre 2015, en reprenant ces propos de sergent-chef Ali Sanou lors de sa comparution, hier devant le Tribunal militaire : «je n’étais pas moi-même lors des interrogatoires».

Le Quotidien renchérit quand il cite l’accusé Ali Sanou qui déclare: «C’est comme si je ne me contrôlais pas lorsque je prenais des décisions».

Pour sa part, Le Pays mentionne à sa une : «Procès du putsch manqué: Le sergent-chef Ali Sanou ne reconnait pas les faits».

Quant à L’Observateur Paalga, il évoque «le récit du sergent-chef Ali Sanou» qui, souligne-t-il, a réfuté la plupart des faits qui lui sont reprochés.



Autres titres
Afrique de l'Ouest Au Comité des droits de l’enfant, la Côte d’Ivoire présente son numéro vert pour « enfants en détresse » 
Inter Les métriques, la technologie et les réseaux sociaux ont changé la façon de travailler des journalistes dans le monde 
Mali IBK honore le héros des inondations du 16 mai 2019 Mamoutou Diarra élevé à la médaille de « Sauvetage » intégrera la protection civile 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Burkina-Faso Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 22 mai 2019 
Burkina-Faso Conférence de presse du Gouvernement: plus de 14 536 685 184 francs CFA pour l’organisation des examens, session 2019 du MENAPLN 
Burkina-Faso Débrayage des agents de péages du 23 au 25 mai 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires