Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Afrique Selon Alpha Conde, 23 pays africains appliquent déjà la taxe sur les importations de denrées alimentaires


Economie et finances

Agenceecofin | | Commenter |Imprimer
Selon-Alpha-Conde,-23-pays-africains-appliquent-deja-la-taxe-sur-les-importations-de-denrees-alimentaires

Selon Alpha Condé, 23 pays africains appliquent déjà la taxe sur les importations de denrées alimentaires. Très contestée par les pays qui importent le plus sur le continent, la taxe de 0,2% sur les importations de denrées alimentaires dans nombre de pays africains, adoptée par les chefs d’Etat de l’Union africaine, lors du sommet de janvier 2018, à Addis Abeba, est déjà appliquée dans 23 pays.

D’autres pays, assure le président guinéen, Alpha Conde, l’ont déjà intégrée dans leurs Lois de finances respectives.

Le produit de cette taxe communautaire doit aider l’institution panafricaine à autonomiser son fonctionnement. Mais en dépit des réticences, le président guinéen se félicite de la tendance haussière du nombre de signataires de la zone de libre-échange continentale qui l’ont rendue applicable.

« En un an, il y a 23 Etats, ce qui est extraordinaire ; il y a déjà presque la moitié des Etats qui ont déjà accepté. Et beaucoup, dont la Guinée, l’ont déjà mise dans leur budget. Parce que vous savez, l’Union africaine était financée pour l’essentiel par l’Union européenne », explique-t-il sur les ondes d’une radio française.

Parmi les plus grands pourfendeurs de cette taxe, il y a l’Afrique du Sud qui, avec les pays d’Afrique australe, tardent à appliquer le principe. Pour le chef de l’Etat guinéen, si ce groupe de pays est d’accord avec la taxe, les incompréhensions apparaissent au niveau de l’interprétation de son application et de la désignation des commissaires.

« Ils sont d’accord pour les 0,2%. Mais le problème, c’est une mauvaise interprétation de l’Afrique du Sud de dire qu’on a touché à l’axe fondamental. C’est une mauvaise lecture », explique-t-il.

Des divergences de fonds qui laissent émerger en surface de vieux conflits avec le Rwanda. « Il ne faut pas confondre le message avec le messager », a plaidé pour cela Paul Kagame, lors du dernier sommet.

PcA



Autres titres
Afrique de l'Ouest Le Nigeria lancera sa compagnie aérienne en décembre prochain (Gouvernement) 
Tchad Gaz butane: baisse du prix des bouteilles de 3 et 6 kg 
Afrique Centrale Le Gabon va doubler la taxe sur les transferts d’argent 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle
RECHERCHE
Afrique La réconciliation entre l’Ethiopie et l’Erythrée nous réjouit amplement (Fondation Pax Africana) 
Afrique Au Sahel, la question des femmes est indissociable des problématiques de paix et de sécurité 
Afrique Des experts de la CEDEAO et de la CEEAC se concertent sur les questions sécuritaires a Lomé 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires