Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Sénégal Journée mondiale sans tabac 2018: Tabac et cardiopathies


Santé

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Journee-mondiale-sans-tabac-2018:-Tabac-et-cardiopathies

APPEL A LA MOBILISATION CONTRE LES MALADIES CARDIOVASCULAIRES

Chaque année, le 31 mai, l’Organisation Mondiale de la Santé OMS et ses partenaires marquent la Journée mondiale sans tabac, en soulignant les risques sanitaires et autres risques associés au tabagisme et en plaidant en faveur de politiques efficaces pour réduire la consommation de tabac.

La Journée mondiale sans tabac 2018 a pour thème : le tabac et les cardiopathies. La campagne permettra de sensibiliser davantage aux aspects suivants :

Cinq millions de décès sont attribuables au tabagisme chaque année dans le monde, dont 35 % par maladies cardiovasculaires, soit deux fois plus que par cancer du poumon.

Fumeur actif ou passif, tous sont concernés par ce danger.

Le tabagisme est un facteur de risque cardiovasculaire majeur. Plus d’un décès cardiovasculaire sur dix dans le monde peut être attribué au tabagisme, ce qui représente la plus importante cause de mortalité cardiovasculaire évitable

Il est le facteur essentiel et souvent isolé des accidents coronaires aigus des sujets jeunes. Plus de 80% des sujets présentant un infarctus du myocarde avant 45ans sont fumeurs. Il intervient sans seuil d’intensité ou de durée de consommation, y compris pour les consommations modérées ou faibles, et dans le cadre du tabagisme passif

La consommation du tabac est dangereuse. Les conséquences générales des produits du tabac sur la santé, en Afrique comme partout dans le monde, incluent les cancers du poumon, les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux, les maladies respiratoires et d’autres maladies liées au tabac.

La Journée mondiale sans tabac 2018 coïncide avec une série d’initiatives et d’occasions mondiales visant à lutter contre l’épidémie de tabagisme et son impact en matière de santé publique, particulièrement en provoquant la mort et la souffrance de millions de personnes dans le monde. Parmi ces actions menées, figurent notamment les initiatives « Cœurs mondiaux » et « RESOLVE » dont l’objectif est de réduire les décès dus aux maladies cardiovasculaires et d’améliorer les soins ; ainsi que la troisième réunion de haut niveau de l’Assemblé générale des Nations Unies sur la prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles, prévue en 2018.

Comment le tabac menace-t-il la santé cardiaque des populations du monde entier ?

La Journée mondiale sans tabac 2018 sera axée sur l’impact du tabac sur la santé cardiovasculaire des populations dans le monde entier.

Le tabagisme est un important facteur de risque pour l’apparition de cardiopathies coronariennes, d’accidents vasculaires cérébraux et de maladies vasculaires périphériques.
Malgré les effets nocifs connus du tabac sur la santé cardiovasculaire, ainsi que l’existence de solutions permettant de réduire les décès et les maladies connexes, une grande partie du public à une faible connaissance du fait que le tabac est l’une des principales causes de maladie cardiovasculaire.

Tabac, cardiopathies et autres maladies cardiovasculaires : ce qu’il faut savoir

Les maladies cardiovasculaires tuent davantage de personnes que toute autre cause de décès dans le monde, et la consommation de tabac ainsi que l’exposition au tabagisme passif contribuent à raison d’environ 12% de tous les décès dus à une cardiopathie. Le tabagisme est la deuxième cause principale de maladie cardiovasculaire, après l’hypertension artérielle.

L’épidémie mondiale de tabac tue plus de sept millions de personnes chaque année, dont près de 900 000 sont des non-fumeurs qui meurent parce qu’ils ont été exposés au tabagisme passif. Près de 80% du plus d’un milliard de fumeurs que compte la planète vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, où la charge de morbidité et de mortalité liée au tabac est la plus lourde.

Les mesures MPOWER de l’OMS sont conformes à la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac et peuvent être utilisées par les gouvernements pour réduire la consommation de tabac et protéger les populations contre les maladies non transmissibles. Ces mesures sont les suivantes :

• Monitor : surveiller la consommation de tabac et les politiques de prévention ;

• Protect : protéger la population contre la fumée du tabac en instaurant une interdiction totale de fumer dans les espaces publics fermés, les lieux de travail et les transports publics ;

• Offer: offrir une aide à ceux qui veulent arrêter le tabac (comprenant un soutien gratuit à l’échelle de la population, y compris de bref conseils fournis par des personnels de santé et un service téléphonique national gratuit);





• Warn: mettre en garde contre les méfaits du tabagisme moyennant l’adoption du conditionnement neutre/standard et/ou des mises en garde sanitaires illustrées de grande taille sur tous les conditionnements de tabac, et le lancement de campagnes médiatiques efficaces pour avertir le grand public des dangers de la consommation de tabac et du tabagisme passif;

• Enforce : mettre en œuvre une interdiction totale de la publicité en faveur du tabac, de la promotion et du parrainage, et

• Raise: augmenter les taxes sur le tabac et les rendre moins abordables.

Objectifs de la campagne 2018

La Journée mondiale sans tabac 2018 vise à :

• Souligner les liens entre l’utilisation de produits du tabac et les maladies cardiovasculaires et cardiopathies.

• Sensibiliser davantage le grand public à l’impact de la consommation de tabac et au tabagisme passif sur la santé cardiovasculaire.

• Offrir la possibilité au public, aux gouvernements et à d’autres personnes de s’engager à promouvoir la santé cardiaque en protégeant les populations contre la consommation de produits du tabac.

• Encourager les pays à renforcer la mise en œuvre des mesures de lutte antitabac MPOWER qui ont fait leur preuve figurant dans la Convention Cadre de l’OMS pour la lutte antitabac.

On sait parfaitement que la moitié des fumeurs réguliers aujourd'hui, environ 1 milliard de personnes, finiront par mourir du tabagisme. Il est tout aussi alarmant de constater que des centaines de milliers de personnes qui n'ont jamais fumé meurent chaque année de maladies dues à l'inhalation de la fumée des autres.

Ainsi, fumer implique aussi la santé de son entourage, celui que l'on côtoie tous les jours, au travail, chez nous et dans les lieux publics. En effet, la moitié des fumeurs consommant plus de 15 cigarettes par jour meurent d'une maladie liée au tabac et des milliers de fumeurs passifs en décédent tous les ans.

On estime à un milliard de personnes le nombre de fumeurs dans le monde, dont 80% vivent dans les pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire.


D’où l’importance de l’urgence de la déclaration de Madame Matshidiso Moeti Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique qui que : “Nous ne devons pas perdre de vue les risques sanitaires énormes que présentent les maladies non transmissibles, surtout que nombre d'entre elles peuvent être évitées grâce à un changement de comportements et de modes de vie.”

Au Sénégal, 52% des maladies cardiovasculaires du sujet jeune sont liés au tabac et, «25% de de la population est hypertendue, et les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès chez l’adulte »

Nous invitons l’état du Sénégal qui il faut le dire déploie des efforts très appréciables pour que les malades en général reçoivent de bonnes prises en charges dans les établissements sanitaires, de redoubler ses efforts.


Nous engageons aussi la société civile qui lutte contre le tabac au Sénégal, en Afrique et dans le monde à se mobiliser autour des liées au tabac, dont l’une les plus présentes et les plus meurtrières sont les maladies cardiovasculaires, qui causent des ravages énormes au sein des populations africain.

"Fumer ne peut plus être considéré comme une question de choix individuel, c'est bien un danger pour la santé publique" juge un éminent cardiologue .



SOURCES :

. Ministère de la Santé et de l’Action Sociale du Sénégal.
Organisation Mondiale de la Santé OMS.
. OMS Afrique
. Ministère de la Santé et de l’Action Sociale du Sénégal. . Institut du cancer Marie Joliot Curie Hôpital Aristide Le Dantec (Hald).
. La Lettre du Cardiologue
. Stop-cigarette
. Institut de Cardiologie de Paris.

Amadou Moustapha GAYE
Président de la Ligue Sénégalaise Contre le Tabac LISTAB
Email : listabsecretariat@gmail.com

Tél : 00221.77.631.62.27 - Dakar/Sénégal



Autres titres
Ghana L’intelligence artificielle contre le cancer de sein, un jeune développeur crée un système de détection 
Mali Santé mentale au Mali: des troubles peu diagnostiqués, des soins essentiels 
Algérie L'Algérie abrite deux grands malades: son Président, Bouteflika, et sa polichinelle, le terropolisarien Ghali 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Sénégal La presse sénégalaise joue les prolongations du match Sénégal/Soudan 
Sénégal Politiciens et Lions du football font les choux gras des quotidiens sénégalais 
Sénégal Exploitation minière, société et sport au menu de la presse sénégalaise 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires