Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Togo La presse électronique togolaise surfe sur l’incident de l’APED


Société

Apanews | | Commenter |Imprimer

L’interdiction, hier, d’une conférence de presse de l’Association pour la promotion de l’Etat de droit (APED) est diversement interprétée ce mercredi par les sites d’informations togolais.

« L’APED empêchée de tenir sa conférence de presse », écrit Icilome, qui informe que « la conférence de presse prévue hier mardi au CESAL (Lomé) par les responsables de l’Association pour la promotion de l’Etat de droit (APED) n’a pas eu lieu. Elle a été empêchée par les forces de l’ordre et de sécurité ».

Le portail note que « cet incident montre encore une fois qu’il y a une frilosité de la part des autorités qui nous gouvernent », citant l’un des avocats réunis au sein de cette association, Me Djovi Gally, qui estime que cette attitude du gouvernement « est tout simplement dommage parce que ça n’apporte rien de positif pour le pays ».

En tout cas, poursuit ce site d’informations, « tout ceci n’a pas empêché les trois avocats réunis au sein de l’APED de rendre public leur déclaration luminaire pour une sortie de crise au Togo ».

« Togo : un trio d’avocats demande une transition et appelle Faure Gnassingbé à partir en 2020 », écrit Togobreakingnews qui relève que dans sa déclaration liminaire, l’APED propose « la mise en place d’un gouvernement de transition avec un premier ministre désigné au sein de l’opposition démocratique, le déploiement d’une force de la CEDEAO sur l’ensemble du territoire, avant, pendant et après les élections pour garantir la transparence et l’équité des prochaines échéances électorales. »

Pour ce qui concerne les réformes politiques, le site d’informations Globalactu informe pour sa part que l’APED souhaite « des réformes constitutionnelles et institutionnelles de manière consensuelle, de préférence par voie parlementaires ».

Ces réformes, souligne le journal, « doivent comporter la limitation du mandat présidentiel à deux fois 5 ans avec la formule querellée « en aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats ».

« Tous coupables ! », s’exclame en Une Republicoftogo (proche du pouvoir) qui estime que « l’appel de l’APED a peu de chance d’être entendue dans la mesure où aucune transition ne s’impose au Togo».

« Le pays a un président élu jusqu’en 2020 et des scrutins prévus dans l’intervalle », écrit ce site d’informations qui ajoute que « la crise politique actuelle est la conséquence du non-respect des accords signés dans le passé ».

Il conclut : « Le gouvernement n’est pas le seul responsable comme le clame à tout bout de champ l’opposition ».



Autres titres
Côte D'Ivoire Les sujets politiques dominent la Une de la presse ivoirienne 
Afrique L’ONU, l’UA et la CIRGL en partenariat pour une mission conjointe de solidarité en faveur des femmes dans la région des Grands Lacs 
Burkina-Faso Sekou SANGARE s’imprègne du projet de soutien au plan régional de lutte et de contrôle des mouches des fruits en Afrique de l’ouest 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Togo La menace de l’opposition fait les choux gras de la presse électronique togolaise 
Togo La presse électronique se focalise sur la reprise du dialogue inter-togolais 
Togo La presse togolaise dissèque les recommandations de la CEDEAO pour une sortie de crise 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires