Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Maroc Tourisme, économie et enseignement au menu des quotidiens marocains


Société

Apanews | | Commenter |Imprimer

Les quotidiens marocains parus ce lundi traitent de divers sujet avec un accent particulier sur le secteur du tourisme, les implications de la campagne de boycott de certaines marques de grande consommation, le rapport parlementaire sur le carburant et la lutte contre la fraude aux examens du baccalauréat.

+Aujourd'hui le Maroc+ indique que bien que la destination Maroc continue encore à afficher des performances respectables malgré le marasme qui touche les pays de la région, les opérateurs sont plus divisés que jamais, constatant que la Confédération nationale du tourisme, censée fédérer les professionnels, « est en train de se transformer en champs de bataille ».

Elle risque aussi de devenir une « coquille vide » au vu des menaces de cinq des six grandes Fédérations du secteur de la quitter pour créer une autre organisation, ajoute le quotidien.

Le tourisme a été depuis plus de cinq ans « quasiment absent des tablettes du gouvernement précédent », et les responsables n’ont dû compter que sur eux-mêmes en l’absence d’une vision globale et d’une réelle stratégie volontariste, la Vision 2020 « étant malheureusement restée au stade de déclarations d’intention », déplore-t-il, plaidant pour une collaboration entre les opérateurs privés et le ministère pour améliorer les résultats et performances.

+L’Economiste+ affirme que la campagne de boycott continue de « susciter un émoi légitime » chez ceux qui s’inquiètent de l’avenir économique de ce pays.

La publication met en garde contre la mauvaise publicité qui en sera faite et les conséquences pour l’attractivité du pays, car, explique-t-il, lorsque l’entreprise « devient, à son insu, le punching-ball de mouvements qui s’abreuvent à la mésinformation et à la désinformation », en plus d’ « hésitations » et « ambivalences politiques », « n’importe quel investisseur peut légitimement craindre d’être la prochaine cible sur la liste ».

+Al Alam+ reproche au gouvernement de ne pas avoir fait preuve de responsabilité et agi conformément à la réglementation en vigueur, estimant qu’il aurait pu mettre en œuvre, en accord avec les opérateurs concernés, les dispositions urgentes et préventives que lui confère la loi sur la liberté des prix et la concurrence, notamment la régulation des prix et de la liberté du marché, estimant l’attitude qu’a adoptée l’exécutif « envenimerait davantage la situation ».

+Assabah+ rapporte que la première Chambre tient, ce mardi, une séance consacrée au débat autour du rapport de la Commission d’information sur le prix de vente du carburant. Pour donner un apreçu du marché, la Commission note, souligne ainsi le quotidien, que le secteur est partagé entre 20 société actives dans l’importation, le stockage, la distribution et la vente au détail des carburants.

Parmi ces sociétés, trois sont étrangères et 11 importent les produits pétroliers qu’elles distribuent. Les neuf autres se contentent de la distribution intérieure et de la commercialisation au détail au niveau des stations-service.

Les produits pétroliers distribués au Maroc sont importés de dix pays, dont l’Inde, la Russie, la France, le Canada et l’Espagne qui fournit, d'ailleurs, la plus grande partie des produits commercialisés par les compagnies pétrolières au Maroc, précise le journal. Le rapport souligne que trois compagnies dominent le marché. Afriquia, Vivo-Energy Maroc et Total se partagent ainsi 74% des importations. Ce sont également ces compagnies qui possèdent le plus grand nombre de stations-service, dont une partie est gérée directement par ces sociétés, le reste étant en gérance libre.

Après ce tour d’horizon, le journal s’attaque au fond du problème. Se basant sur ce rapport de la Commission, la publication annonce que les compagnies pétrolières auraient réalisé des bénéfices supplémentaires de l’ordre de 15 milliards de dirhams depuis la libéralisation des prix du carburant. Les membres de la Commission ont ainsi relevé des hausses de prix survenues juste après la libéralisation et atteignant 96 centimes le litre pour le gasoil et 76 centimes pour l’essence. Les compagnies assurent, au contraire, que leurs marges n’ont pas bougé avec la libéralisation. Or, estime le ministère de tutelle, les compagnies ont tendance à ne pas répercuter la baisse des cours au niveau international sur le prix à la pompe.

+Les Inspirations Eco+ indique que le Maroc est le pays africain où les technologies sont les plus développées. C’est du moins ce que révèle un classement du Top 10 continental, dévoilé à l’occasion de la 6ème conférence du City Africa qui s’est tenue à Tanger.

Le Maroc arrive en tête de la liste en raison de son contrôle sur les exportations technologiques au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (45%), ainsi que de la réalisation de plus de 10% de croissance annuelle dans les secteurs de la technologie de l’information et de la communication, durant les cinq dernières années.

Le Royaume devance ainsi l’Egypte, le Kenya et le Nigéria, dans ce classement dévoilé le 10 mai dans la ville du Détroit. Tanger, qui a abrité le City Africa avec la participation de plusieurs dizaines de férus de la technologie venus du monde entier, rêve de devenir la capitale africaine des TIC.

+Al Ahdath Al Maghribia+ écrit que le ministère de l’Education nationale poursuit sa lutte contre la fraude aux examens du baccalauréat. Ainsi, à partir de cette année, des caméras seront installées dans tous les centres d’examen, croit savoir rapporte le journal. Des scanners et des portiques sont également prévus pour détecter tout appareil électronique susceptible d’être utilisé pour tricher, notamment les smartphones, les tablettes et les ordinateurs portables.

Le ministère ne renonce pas pour autant aux méthodes dissuasives traditionnelles. Tous les candidats au baccalauréat seront ainsi amenés à signer un engagement avant d’accéder aux salles d’examen. Ils y confirmeront être au fait des dispositions relatives à l’examen, notamment à celles concernant la fraude, et être conscients des sanctions prévues en cas de triche.



Autres titres
Côte D'Ivoire Les journaux ivoiriens commentent les 1ers résultats officiels des municipales et régionales 
Côte D'Ivoire Elu aux municipales, Hamed Bakayoko met déjà de l’ordre à Abobo 
Mali Le naufrage de deux pirogues fait près de 20 morts 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Maroc La presse marocaine décrypte le discours royal prononcé au parlement 
Maroc Diversité de sujets à la Une des quotidiens marocains 
Maroc Social et économie au menu des quotidiens marocains 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires