Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Inter L’UNICEF appelle à apporter aux mères du monde entier le soutien dont elles ont besoin pour allaiter


Femme et santé

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
L-UNICEF-appelle-a-apporter-aux-meres-du-monde-entier-le-soutien-dont-elles-ont-besoin-pour-allaiter

Le nombre de nourrissons qui ne bénéficient pas de l’allaitement maternel reste élevé, notamment dans les pays les plus riches du monde, a affirmé l’UNICEF dans une nouvelle analyse publiée jeudi, à l’occasion de la fête de mères.

« L’allaitement est le plus beau cadeau qu’une mère, riche ou pauvre, peut faire à son enfant, et s’offrir à elle-même », affirme Shahida Azfar, Directrice générale adjointe par intérim de l’UNICEF. « Alors que nous célébrons la fête des Mères, nous devons apporter aux mères du monde entier le soutien dont elles ont besoin pour allaiter. »

Bien que le lait maternel sauve des vies, protège les tout-petits et les mères contre des maladies mortelles et permette d’améliorer le QI et les résultats scolaires des enfants, chaque année, environ 7,6 millions de nourrissons dans le monde ne sont pas allaités, selon l’UNICEF.
Moins d'enfants sont allaités dans les pays plus riches

L’analyse souligne que le taux de nourrissons allaités au moins une fois est beaucoup plus élevé dans les pays à revenu faible et intermédiaire tels que le Bhoutan (99 %), Madagascar (99 %) et le Pérou (99 %) que dans des pays comme l’Irlande (55 %), les États-Unis (74 %) ou l’Espagne (77 %). Plus d’un tiers des 2,6 millions de nourrissons n’ayant jamais été allaités dans les pays à revenu élevé se trouvent aux États-Unis.
Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, moins d'enfants sont allaités dans les familles plus riches

Toutefois, les chiffres montrent que dans les pays à revenu faible et intermédiaire, les écarts de richesse ont des répercussions sur la durée d’allaitement maternel.

Dans les familles les plus pauvres, le taux d’allaitement à 2 ans est 1,5 fois supérieur à celui des familles les plus riches. Ces disparités sont les plus importantes en Afrique de l’Ouest et centrale, en Amérique latine et dans les Caraïbes où le taux d’allaitement à 2 ans des nourrissons issus des familles les plus pauvres est près de deux fois supérieur à celui observé pour les enfants nés dans les foyers les plus aisés.

« Nous savons que dans les pays pauvres, les mères aisées allaitent moins souvent. Pourtant, il semblerait que dans les pays riches, ce sont les mères pauvres qui allaitent moins fréquemment, ce qui paraît quelque peu paradoxal », souligne Shahida Azfar. « Ces disparités en fonction du niveau de revenu montrent bien qu’indépendamment de leur richesse, les différents pays n’informent pas toutes les mères et n’offrent pas à toutes la possibilité d’allaiter leur enfant. »
Les facteurs favorisant un taux d’allaitement maternel élevé sont variables

En outre, le contexte culturel et politique, notamment le soutien des pères, des familles, des employeurs et des communautés, joue un rôle décisif dans la décision et la possibilité d'allaiter.

Des pays tels que l’Inde et le Viet Nam ont mis en place des politiques efficaces de protection et de promotion de l’allaitement maternel. Ailleurs, par exemple au Turkménistan, le taux de mères accouchant dans des hôpitaux amis des bébés est très élevé. En Nouvelle-Zélande et au Sri Lanka, presque toutes les mères donnent naissance à leur enfant dans un établissement de ce type.


Dans le cadre de sa campagne mondiale, Pour chaque enfant, une chance de vivre, qui revendique des solutions au nom des nouveau-nés du monde entier, l’UNICEF invite les pouvoirs publics, le secteur privé et la société civile notamment à accroître les financements et intensifier la sensibilisation afin d’augmenter les taux d’allaitement maternel de la naissance à l’âge de 2 ans ; adopter des mesures législatives fortes visant à réguler le marketing concernant le lait maternisé et les autres substituts au lait maternel ainsi que les biberons et les tétines ; ou encore instaurer un congé pour motif familial rémunéré et adopter des politiques favorisant l’allaitement maternel sur le lieu de travail, notamment en mettant en place des pauses pour l’allaitement rémunérées.

À l’occasion de la fête des Mères, fixée en mai dans plus de 128 pays, la campagne « Pour chaque enfant, une chance de vivre » célèbre les mères et les nourrissons et leur droit à être accompagnés pendant la grossesse et l’accouchement, et après la naissance.



Autres titres
Burkina-Faso Journée mondiale de la contraception : « STOP grossesses non désirées » 
Inter L’ONU appelle à investir dans la planification familiale pour la santé et le bien-être de millions de femmes 
Inter Les sages-femmes sont essentielles à la prestation de soins de qualité (ONU) 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Inter L’UNESCO célèbre la Journée mondiale de la philosophie 
Inter Le HCR réclame une action plus résolue des États pour mettre fin à l’apatridie 
Inter Qu'y a-t-il dans votre burger ? Réfléchissez-y 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires