Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Afrique En Afrique, la lutte contre la malnutrition est urgente et nécessaire (OMS)


Santé

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
En-Afrique,-la-lutte-contre-la-malnutrition-est-urgente-et-necessaire-(OMS)

L’état nutritionnel, composante essentielle de la santé et du bien-être d'une personne, doit être reconnu comme un élément essentiel pour atteindre la couverture sanitaire universelle et les objectifs de développement durable d'ici 2030 en Afrique, ont déclaré des experts participant à une réunion à Nairobi, au Kenya, cette semaine.

La sous-nutrition, l'obésité et les maladies non transmissibles liées à l'alimentation entraînent des coûts catastrophiques pour les individus, les communautés et les systèmes de santé nationaux en Afrique, rappelle l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Chaque année, on estime que 11 millions d'Africains sombrent dans la pauvreté en raison des coûts élevés pour les soins de santé.

« Non seulement les chiffres actuels signifient qu'il est improbable que nous atteignions les six objectifs nutritionnels mondiaux pour 2025, mais aussi l'objectif plus ambitieux de mettre fin à toutes les formes de malnutrition d'ici 2030, ce qui est essentiel pour assurer des vies saines et promouvoir le bien-être », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique. « Une concentration exclusive de nos énergies et de nos finances sur les services curatifs, les équipements médicaux et les médicaments pour traiter les maladies souvent liées à la malnutrition limitera nos chances de santé et de bien-être pour tous ».

En 2016, environ 59 millions d'enfants en Afrique souffraient d'un retard de croissance et 14 millions souffraient d'émaciation. Cette même année, 10 millions étaient en surpoids - presque deux fois plus qu'en 2000. Dans un rapport sur l'Afrique de 2014, on estimait que 5% des hommes et 15% des femmes de plus de 18 ans étaient obèses. Le même rapport a montré que 8% des adultes de plus de 25 ans souffraient de diabète, ce qui devrait doubler d'ici 2035, tandis que l'hypertension affecterait 46%.

La pauvreté, la faim et la maladie : principaux facteurs de malnutrition en Afrique

La pauvreté, la faim et la maladie sont les principaux facteurs de malnutrition en Afrique et sont liées aux mauvaises conditions de vie, au manque d'éducation, aux moyens de subsistance précaires et au manque d'accès aux services de base tels que les soins de santé et les aliments sains et nutritifs.

« Ces dernières années, nous avons concentré à juste titre beaucoup de nos énergies sur la lutte contre la faim, mais ce que nous devons reconnaître, c'est que l'éradication de la faim ne garantit pas une meilleure nutrition », a dit le Dr Felicitas Zawaira, Directrice du volet santé familiale et génésique au Bureau régional de l'OMS.

Les maladies non transmissibles liées à l'obésité et à l'alimentation sont en grande partie le résultat de modes de vie caractérisés par une activité physique limitée et une consommation d'aliments hautement nutritifs riches en calories, en sucres, en graisses, en sel et en additifs, mais pauvres en nutriments essentiels.

Selon le Dr Zawaira, « améliorer durablement la nutrition nécessite de réfléchir à la manière de produire, de fournir et d'assurer l'accès à une alimentation saine et à des nutriments essentiels, et pas seulement à de plus grandes quantités de nourriture ».

Elle plaide pour une série de mesures correctives, dont des politiques et des actions communautaires visant à contrôler la commercialisation et la consommation des aliments et des boissons mauvais pour la santé (y compris les substituts du lait maternel); l’établissement de normes nutritionnelles et d’objectifs diététiques; l’étiquetage nutritionnel des aliments transformés; des politiques visant à promouvoir la consommation d'aliments sains au moyen de taxes et de subventions; et des initiatives visant à promouvoir la consommation de fruits et légumes frais et l'augmentation de l'activité physique.



Autres titres
Burkina-Faso 2e Congrès international: les sages-femmes sollicitent l’appui du chef de l’Etat 
Afrique de l'Ouest Le Mali, le Sénégal et la Côte d’Ivoire vont lancer un diplôme interuniversitaire en e-santé 
Cameroun Hôpitaux publics: de nouveaux directeurs généraux nommés 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Afrique Au Sahel, la question des femmes est indissociable des problématiques de paix et de sécurité 
Afrique Des experts de la CEDEAO et de la CEEAC se concertent sur les questions sécuritaires a Lomé 
Afrique Emmanuel Macron et Tony O. Elumelu, appellent la nouvelle génération africaine à plus de réalisme 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires