Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Liberia Après 15 ans de mission réussie, les Casques bleus de l'ONU quittent un pays stable et reconnaissant


Sécurité

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Apres-15-ans-de-mission-reussie,-les-Casques-bleus-de-l-ONU-quittent-un-pays-stable-et-reconnaissant

La Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL) cessera officiellement ses opérations (ce, ndlr) vendredi après avoir aidé le pays d’Afrique de l’Ouest à passer d'une guerre civile destructrice à une ère de paix pleine d'espoir.

La conclusion de l'opération de maintien de la paix qui a duré 15 ans intervient après à une élection historique qui a vu la première passation de pouvoir d'un Président élu à un autre en 70 ans. S’exprimant au nom de nombreux Libériens lors de son investiture, George Manneh Weah, a remercié l'ONU pour avoir aidé à rendre cette alternance politique pacifique possible.

« Dans nos jours les plus sombres, l'ONU est restée à nos côtés », a-t-il déclaré lors de son discours d’investiture en janvier.

Ancienne star du football, M. Weah a remporté l’élection présidentielle à l’issue de deux tours de scrutin en décembre 2017, succédant à Ellen Johnson Sirleaf, qui était à la tête de l’Etat libérien depuis 2006.

S'exprimant la semaine dernière à Monrovia lors d’un événement marquant l'achèvement de la MINUL, M. Weah a promis que le bon travail réalisé par l'ONU ne serait pas oublié. « Nous ne nous battrons plus, nous vous le promettons », a-t-il dit.

Premier pays indépendant d'Afrique, le Libéria a connu près d'un siècle et demi de stabilité avant de sombrer dans le chaos, subissant deux guerres civiles dévastatrices entre 1989 et 2003.

Plus d'un quart de million de Libériens ont été tués et près d'un tiers de la population a été déraciné. Selon certains rapports, 80% des femmes et des filles libériennes ont été victimes de violences sexuelles liées au conflit.

La MINUL a été créée en octobre 2003

En octobre 2003, le Conseil de sécurité des Nations Unies a créé la MINUL, les violences ayant persisté même après que les factions belligérantes aient convenu d'un cessez-le-feu et d'un plan de reconstruction politique.

Alors que les soldats de la paix arrivaient dans le pays, « tout le pays était dans la tourmente », se souvient le Général Daniel Opande, qui fut le premier commandant des forces de l'ONU au Libéria. « Les gens se déplaçaient d'un endroit à l'autre, en quête de sécurité ou de nourriture ».

Une fois la sécurité rétablie au Libéria, plus d'un million de réfugiés et de personnes déplacées ont pu retourner dans leurs foyers. Depuis l’arrivée de la MINUL, le gouvernement a rétabli son autorité dans tout le pays et a pu organiser avec succès trois élections présidentielles.

Environ 16.000 membres du personnel de l’ONU de plus d'une douzaine de pays ont servi au sein de la MINUL. Leur service n’a pas été exempt de sacrifice : 200 Casques bleus ont perdu la vie suite à des maladies, des accidents ou d'autres causes alors qu'ils servaient au Libéria.

Alors que la paix semble hors d’atteinte dans de nombreuses parties du monde où sont déployées les forces de l'ONU depuis des années, la conclusion favorable de la MINUL est un succès pour le maintien de la paix des Nations Unies qui compte 110.000 hommes et femmes déployés dans 15 opérations dans le monde.

En visite à Monrovia la semaine dernière, la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Amina J. Mohammed, a rappelé qu'une génération plus tôt, l’Afrique de l’Ouest était dans une situation différente d’aujourd’hui : le Libéria et la Sierra Leone étaient en « chute libre » et la Côte d'Ivoire était plongée dans une crise.

Depuis, les missions de maintien de la paix en Sierra Leone et en Côte d'Ivoire ont achevé leurs mandats. Maintenant, « la fermeture de la MINUL marque la transition des trois pays vers la paix et la démocratie », a souligné Mme Mohammed.

Dans une déclaration au Conseil de sécurité à New York cette semaine, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a salué les succès des opérations de maintien de la paix en Afrique de l'Ouest tout en soulignant les « sérieux défis » auxquels sont confrontés les opérations actuellement déployées dans plusieurs autres pays africains.

M. Guterres a appelé à davantage de progrès dans l'équipement et la préparation militaires, des mesures plus fortes pour lutter contre l'exploitation et les abus sexuels et plus de clarté sur les limites et les rôles des forces de l'ONU.

« Simplement dit, les opérations de paix ne peuvent pas réussir si elles sont déployées en lieu et place d'une solution politique, plutôt que d’appuyer cette dernière », a souligné le chef de l’ONU.

Les élections au compteur des nombreux succès du Libéria

Au Libéria, un engagement largement partagé en faveur d'un nouvel ordre politique démocratique fut une clé essentielle du progrès. L'élection présidentielle de l'année dernière, qui a conduit à la victoire de M. Weah, a été un succès collectif pour tous les Libériens, a déclaré Farid Zarif, un ancien diplomate afghan qui a servi comme Représentant spécial du Secrétaire général au Libéria et chef de la MINUL pendant près de trois ans.

« Ce fut le point culminant de tout le dur labeur qui a été mené au Libéria après le conflit - de la part du peuple libérien, des dirigeants politiques, des médias et des organisations de la société civile », a déclaré M. Zarif dans un entretien accordé à ONU Info.

Le soutien de la communauté internationale, a-t-il ajouté, a également été extrêmement important « pour apporter le changement que nous avons vu aboutir avec l'inauguration du nouveau Président ».

Au Libéria le retour de la paix a demandé beaucoup plus que le déploiement de Casques bleus.

L'un des outils de la mission de l'ONU a été la diffusion d’émissions de radio de service public, en anglais, et dans d'autres langues locales. « Nous avons beaucoup mis l'accent sur la promotion de la paix et de la réconciliation nationale », a déclaré Napoléon Viban, un Camerounais qui dirige la radio de la MINUL. La programmation de radio onusienne a suivi l'esprit, a-t-il dit, d'un slogan populaire : « Mama Liberia is all we have (Maman Libéria est tout ce que nous avons). »



Autres titres
République Centrafricaine Bangui: un nouveau commissariat pour le quartier de Boeing 
République Centrafricaine Le chef de la MINUSCA aux communautés des 3e et 5e arrondissements de Bangui: « la sécurité est avant tout une volonté de vivre ensemble » 
Egypte RSF saisit le Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Liberia 11,07 millions $ de la Banque mondiale pour l’éducation 
Liberia Après 15 ans de mission réussie, les Casques bleus de l'ONU quittent un pays stable et reconnaissant 
Liberia La mission de l'ONU s'apprête à quitter le pays après avoir contribué au retour de la paix 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires