Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Togo La régulation des réseaux sociaux à la une de la presse électronique au Togo


Société

Apanews | | Commenter |Imprimer

La volonté affichée hier par le gouvernement de réguler les réseaux sociaux fait ce jeudi la une des sites d’informations au Togo.

« Faure Gnassingbé part en guerre contre les fake news », titre Africatopsuccess, selon qui « Les autorités togolaises ne comprennent pas pourquoi les internautes sont de plus en plus nombreux à tirer à boulets rouges sur leur propre pays ».

En conseil des ministres mercredi, informe-t-il, le gouvernement a « évoqué la possibilité de renforcer l’arsenal juridique du pays afin de détecter et de poursuivre jusqu’à leurs derniers retranchements, les internautes qui incitent leurs compatriotes à la haine et qui propagent de fausses informations sur les réseaux sociaux ».

Déjà en octobre 2017 aux temps forts de la crise politique, rappelle Africatopsuccess, « le président de la République s’indignait contre le fait qu’il se faisait passer pour un dictateur sanguinaire par ses détracteurs sur les réseaux sociaux ».

« Anatomie des fausses informations », lit-on sur Republicoftogo. « Les informations fausses ou invérifiables prolifèrent sur les réseaux sociaux, amplifiées par des communautés qui les diffusent en un clic. La technologie est-elle en train de bouleverser notre rapport à la vérité ? », s’interroge-t-il.

Selon ce site, « la prolifération des discours de haine et des fausses informations sur les réseaux sociaux et sur le Web n’est pas propre au Togo », mais « s’est encore amplifié avec la crise politique que connaît le pays depuis plusieurs mois ».

Sur le plan civil, écrit Republicoftogo, « il est ainsi possible d’engager la responsabilité des internautes au titre, par exemple, d’une violation du droit de chacun au respect de sa vie privée. En outre, les infractions pénales de droit commun telles que l’injure, la diffamation, ou encore l’incitation à la haine peuvent être retenues ».

Toutefois, le site se demande « comment appliquer la loi quand l’utilisateur se trouve à 10.000 km de Lomé, ou quand un internaute à Kpalimé ou Kara utilise les services d’outils dont le siège social est aux Etats-Unis, en Ukraine ou en Corée ? ».



Autres titres
Inter Les polluants issus de l’agriculture représentent une menace sérieuse pour l’eau du monde entier (FAO) 
Niger Manifestation contre la loi de finances 2018: les OSC ne décolèrent pas 
Mali Koulouba: Des serviteurs de l’Etat honorés 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Togo Fête des martyrs et politique se partagent la une des sites d’informations togolais 
Togo La grève programmée des enseignants de l’université de Lomé au menu de la presse électronique 
Togo Une bavure policière et la sortie de crise politique font débat sur les sites d’informations togolais 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires