Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Afrique COP23: le Maroc et la Gambie mènent à bien la politique d’atténuation à -1,5°C


Environement

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
COP23:-le-Maroc-et-la-Gambie-menent-a-bien-la-politique-d-attenuation-a--1,5°C

Quelle politique rime le plus avec l’objectif d’atteindre 1,5°C d’atténuation du réchauffement climatique d’ici 2030 ? A Paris en 2015, les Etats ont pris des résolutions dans l’optique de contribuer aux niveaux nationaux à freiner d’une façon drastique le réchauffement dans l’ordre de 2°C voire 1,5° (niveau soutenable) d’ici 2030. Seulement, entre ces engagements et leur mise en pratique, c’est le jour et la nuit selon les observations du Climate Action Tracker (CAT), une organisation Internationale qui prend sur elle d’évaluer les pratiques et les engagements des Etats en termes d’atténuation afin d’en dégager la compatibilité par rapport à l’atteinte de l’accord de Paris.

La 23ème Conférence des Etats sur les Changements Climatiques qui se tient actuellement à Bonn en Allemagne, est pour l’organisation CAT une bonne occasion de révéler les mises à jour de son étude qui s’étend progressivement dans l’objectif d’évaluer les politiques et les contributions de tous les Etats du monde. Des 33 pays étudiés, la déception est grande. Seuls deux pays (Le Maroc et la Gambie) restent dans une trajectoire compatible avec l’objectif de réduction à 1,5°C selon CAT.

Le Maroc et son ambitieux programme d’électricité renouvelable
Pour atteindre sa contribution nationale déterminée NDC, le Maroc a instauré un cadre de Stratégie énergétique pour une meilleur atténuation de ses émissions. L’étude du CAT relève à cet effet l’ambitieux projet production de 42% d'électricité renouvelable d'ici 2020, et 52% d'ici 2030. Le Maroc tient à «poursuivre ses objectifs de 2020 en matière d'énergie renouvelable et est à un stade de planification avancée pour atteindre ses objectifs de 2030 en matière d'énergie renouvelable. Nous considérons le NDC marocain "1.5 ° C compatible avec l'accord de Paris" ». conclut le CAT.
Une autre étude diligentée par la fondation allemande Friedrich Ebert et l’organisation américaine Braed For The World (BFTW), identifie le Maroc comme le 3ème des 12 pays étudiés à faire un bon alliage entre le système de contribution nationale (CDN) et les objectifs de développement durable (ODD). Cette étude démontre que pour atteindre une transition énergétique juste, cette conciliation entre ODD et CDN est incontournable.

La Gambie : L’autre agréable surprise dans l’atténuation à 1,5°C
Selon l’organisation CAT, le programme de contribution nationale de la Gambie, équivaut à une réduction de 44,4% en dessous d'un scénario «BAU faible en 2025. La Gambie offre de réduire les émissions de 0,08 MtCO2e en 2025. Des réductions d'émissions supplémentaires sont subordonnées à un soutien financier et technique international. C’est un ensemble d’initiatives qui sont compatibles dans l’atteinte de l’objectif 1,5°C sur le parcours 2020-2025-2030 selon CAT.

En l’absence de politiques réglementaires en termes d’émissions de gaz à effets de serre (GES), le monde tend vers un réchauffement global au-delà de 4,1°C d’ici 2020. Les conséquences de ce scénario ne sont plus à présenter puisque la planète les expérimente déjà avec les températures extrêmes, la montée du niveau de mers et les aléas climatiques de plus en plus violents.
Seulement 5 pays sur les 31 restants étudiés, ont des programmes compatibles avec l’objectif de réduction à 2°C.

A 2°C, les effets des changements climatiques sont encore dévastateurs. C’est pourquoi l’Accord de Paris mise plus sur une réduction à 1,5°C. Pour le CAP de 2°C, seulement 5 pays à savoir le Bhutan, le Costa Rica, l’Ethiopie, l’Inde et les Philippines auraient des programmes et pratiques compatibles à la réduction à 2°C.
11 Pays dont le Brésil, l’Australie, l’Union Européenne et les Emirats Arabe Unis sont dans un système de réduction insuffisant qui réduirait le réchauffement seulement entre 2°C et 3°C.
Le Chine est dans la catégorie de très insuffisant selon CAT tout comme l’Afrique du SUD, le Japon, le Canada. Leur ligne de contribution en termes de réduction des émissions limiterait le réchauffement entre 3°C et 4°C.

La Russie et les USA dans la catégorie extrêmement critique. Les politiques et pratiques des pays de cette catégorie concourent à excéder 4°C en terme de réchauffement.

L'AUTEUR
A. Lemou


Autres titres
Allemagne Discours de la Princesse Royale Lalla Hasna à la COP 23 à Bonn 
Inter COP23 /‘’African Day’’: le président de l’UA invite les bailleurs de fonds à ‘’être plus pratiques’’ 
Inter Le changement climatique responsable de la faim et de la pauvreté de millions de personnes, selon la FAO 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle
RECHERCHE
Afrique Des demandeurs d’asile subsahariens proches d’une réinsertion en France 
Afrique « La révolution du dépistage du VIH doit être un élément prioritaire de notre agenda» 
Afrique La Mauritanie met en place le cadre institutionnel de sa réforme foncière 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires