Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Inter 226 milliards d'euros par an en moyenne nécessaires pour éliminer la famine dans le monde d'ici 2030


Société

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
226-milliards-d-euros-par-an-en-moyenne-necessaires--pour-eliminer-la-famine-dans-le-monde-d-ici-2030

La deuxième Conférence internationale sur l'eau et le climat organisée par le Conseil mondial de l’eau (WWC) dénonce l'impact catastrophique du changement climatique sur le combat contre la famine et pour l'amélioration de la santé à l'échelle mondiale.

• La famine est en hausse pour la première fois depuis des décennies
• 63% des villes prévoient un risque pour leur approvisionnement en eau du fait des changements climatiques
• Notre survie dépend de la réactivité et de la détermination de la communauté internationale à affronter les effets néfastes du changement climatique
• Le WWC favorise le dialogue en préparation de la COP23


Conseil mondial de l’eau – Marseille, le 4 octobre 2017 – L’eau joue un rôle déterminant et croissant dans la lutte pour le développement et la définition des relations géopolitiques.
Pour répondre à ces défis le Conseil mondial de l'eau, en coopération avec la présidence de la COP22 et de nombreux autres partenaires internationaux, a ainsi tenu avec succès la deuxième Conférence internationale sur l'eau et le climat à Marseille, les 3 et 4 octobre 2017. Elle faisait suite aux réalisations de la première Conférence internationale sur l'eau et le climat qui s’est tenue à Rabat en juillet 2016.

L'événement, approuvé par la COP23, a réuni plus de 150 experts internationaux et leaders politiques références dans les secteurs du climat et de l’eau, ainsi que plusieurs ministres de l'environnement dont Charafat Afilal, Secrétaire d'État marocaine chargée de l'Eau, Istiaque Ahmad, secrétaire du ministère de l'Environnement et des Forêts du Bangladesh, Sindra Sharma-Khushal, membre de l'équipe de la présidence de la COP23 de la CCNUCC pour les Fidji. Messieurs Loïc Fauchon, Président d’honneur du Conseil mondial de l’eau et Dogan Altinbilek, vice-président du Conseil, ont présidé cette conférence.

Leur mission : tracer la feuille de route et générer une prise de conscience sur les problématiques de l’eau avant la tenue de la COP23 qui se tiendra à Bonn en novembre prochain et du Forum mondial de l’eau qui aura lieu en mars 2018. Car le climat dépend de l’eau #ClimateIsWater.

La conférence a souligné l'importance de l'eau en tant qu'élément central du développement humain et au cœur de l'impact des changements climatiques. « L'eau est un facilitateur, un connecteur, un fil conducteur essentiel qui relie les multiples aspects abordés par les Objectifs de développement durable. Je suis convaincu que, loin d'être un problème, l'eau est une solution, un facteur déterminant pour rendre le monde meilleur », a déclaré le Dr Dogan Altinbilek, vice-président du Conseil mondial de l'eau. Les débats ont tourné autour de la sécurité hydrique et ont permis de mettre en évidence les défis qui nous attendent. C’est pour cela que cette thématique devra être au cœur des discussions lors de la COP23, et au-delà.

Cette deuxième Conférence internationale sur l´eau et le climat a particulièrement mis l’accent sur les Objectifs de Développement Durable (ODD) 11 – Villes et communautés durables – et 2 – Faim « Zéro » visant à éliminer la famine, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition, et promouvoir l'agriculture durable.

Étant donné que 255 milliards d'euros par an sont nécessaires pour le développement de l'infrastructure de l'eau dans le monde et que l'éradication de la faim d'ici 2030 nécessitera un investissement de 17,4 milliards d'euros, le financement est une question cruciale pour les leaders mondiaux.

Construire des villes durables résilientes au changement climatique et l’éradication de la famine sont primordiaux pour la feuille de route prévue lors de la COP22 où 100 milliards de dollars ont été engagés d'ici 2020 pour faire face aux impacts du changement climatique et réduire les émissions. Cependant en 2016, du fait de conflits et de diverses autres circonstances, la famine a augmenté pour la première fois depuis des décennies. Le monde devrait par ailleurs faire face, d’ici 2030, à un déficit hydrique de 40% selon le scenario de référence.

La dernière session de la conférence a été suivie de l'initiative « L'eau pour l'Afrique » qui avait été lancée lors de la précédente conférence et lors de la COP22. Cela a été une occasion historique de recentrer l'attention de la communauté mondiale sur la nécessité d'aider les pays en développement à s'adapter aux changements climatiques. Car en Afrique, en Asie et en Amérique latine, il est désormais urgent d’assurer la protection de la sécurité alimentaire et l’extermination de la famine, pour lesquelles l'eau est essentielle.

« Sans eau, nous serions une planète stérile et sans vie. Une vérité fondamentale sur l'eau et sa connexion au vivant est que sa gestion imprudente nous entrave dans notre lutte contre le changement climatique. Or cette lutte est une des conditions préalables à la paix », a déclaré Sindra Sharma-Khushal, membre de l’équipe de la présidence de la COP23 de la CCNUCC.

Le renforcement de la résilience urbaine par la gestion de l'eau pour les villes durables est un domaine prioritaire sur lequel travaille le vaste réseau du Conseil mondial de l’eau. Les maires du monde entier mettront en évidence ces défis lors de la prochaine Conférence des autorités locales et régionales qui se tiendra conjointement au Forum mondial de l'eau en 2018 à Brasilia.

« L'eau est la vie. En raison du changement climatique, l'eau douce devient une ressource rare. À la suite de toutes les crises auxquelles nous sommes confrontés aujourd'hui en tant qu'humains, notre survie dépend de l'urgence avec laquelle la communauté mondiale affrontera les effets néfastes de cette réalité », a déploré Istiaque Ahmad, secrétaire du ministère de l'Environnement et des Forêts du Bangladesh.

La Conférence pour l’eau et le climat est l’un des nombreux évènements préparant le Forum mondial de l’eau, le plus important évènement mondial sur l’eau, organisé par le WWC. 30 000 dirigeants mondiaux, leaders d’opinion, experts et professionnels de l’eau participeront à ce Forum, avec pour objectif de catalyser les changements pour la sécurité hydrique.

Ce forum a lieu tous les trois ans et se déroulera du 18 au 23 mars 2018 dans la capitale brésilienne, Brasilia, sous le thème « Partager l'eau ».





Autres titres
Afrique Les 17 villes africaines où règne l’insécurité 
Maroc Politique et économie au menu des quotidiens marocains 
Côte D'Ivoire Le couple Ouattara en vedette à la Une des journaux ivoiriens 
Plus de nouvelles





Commentaire
Pseudo
Répondre à intervenant :
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle
RECHERCHE
Inter Riches ou pauvres, tous concernés par le changement climatique 
Inter 226 milliards d'euros par an en moyenne nécessaires pour éliminer la famine dans le monde d'ici 2030 
Inter Vingt-cinq millions d'avortements non sécurisés sont pratiqués dans le monde chaque année, selon l'OMS 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires