Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Gabon Régulation du marché: l’importation du ciment interdite pour 2 ans


Economie et finances

AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter |Imprimer
Regulation-du-marche:-l-importation-du-ciment-interdite-pour-2-ans

La production du ciment gabonais est interdite d’exportation sur les deux prochaines années. Cette mesure, selon le gouvernement s’inscrit dans l’optique de réguler la commercialisation de ciment au Gabon.

L’interdiction temporaire d’importation du ciment vise à la protection du marché. Elle se justifie par : « la volonté de valoriser la filière ciment et la protection des investissements, le maintien des emplois existants et la création d’emplois nouveaux en faveur des travailleurs locaux, la protection du consommateur, du circuit de distribution et la préservation du pouvoir d’achat des ménages, la mise en œuvre du programme d’industrialisation par les acteurs du secteur industriel et la création d’un tissu entrepreneurial industriel sur les chaînes de valeur de l’écosystème de la transformation industrielle la volonté d’assainir le circuit des importations du ciment », renseigne un communiqué gouvernemental.

Cette interdiction d’importation du ciment durera deux ans.

Par ailleurs, en contrepartie de cette interdiction, le ministère de la Promotion des investissements privés, du Commerce, du Tourisme et de l’Industrie, le ministère de l’Economie, de la Prospective et de la Programmation du développement ainsi que le ministère des Mines ont signé un accord de suivi des engagements avec les producteurs locaux de ciment, définissant les engagements en termes d’approvisionnement du marché, de fiabilité du circuit logistique, de prix, de création d’emplois et de mise en œuvre d’un programme d’industrialisation moderne à l’échelle nationale
L’Etat gabonais entend exiger les contreparties d’investissement liées aux facilités accordées.

En cas de violation des obligations inscrites dans l’accord de suivi, le Gouvernement se réserve le droit, sans sanctions imposables à son encontre, de surseoir ou d’annuler cette décision.



Autres titres
Bénin Le groupe Petrolin va construire un port pétrolier-minéralier en eau profonde 
Kenya 30% des revenus du pétrole pour les communautés locales 
Afrique de l'Ouest Le Niger et le Bénin versent 35 milliards de Fcfa de dette d’électricité au Nigéria 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Gabon Visite du chantier de Nkoltang par S.E. Ali Bongo Ondimba 
Gabon Coupure de la Nationale 1: impossible de rallier Libreville et le reste du pays 
Gabon Communiqué final du conseil des ministres du 16 novembre 2017 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires