Choix de l'éditeur  | Version digest   
Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  
L'actualité de toute l'Afrique en continu
Home | Politique | Sport | Société | Economie | Revue de presse | Opinions   

Maroc Politique, économie, social et santé au menu des quotidiens marocains


Société

Apanews | | Commenter |Imprimer

Les quotidiens marocains parus ce mercredi consacrent leurs Unes à divers sujets notamment la réforme sectorielle, les évènements d’Al-Hoceima, le statut d’auto-entrepreneur et les subventions allouées par la Caisse de compensation.

+Al Ittihad Al Ichtiraki+ aborde les enjeux de la réforme au Maroc. Le journal indique que le diagnostic de la situation que traverse le Maroc exige sans doute de « mettre le doigt sur plusieurs plaies » pour tenter de concevoir le « début d’une nouvelle étape », fondée sur la reddition des comptes, la détermination et l’application de la loi.

Selon le journal, le parti de l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) va appuyer les mesures et les décisions visant à inaugurer une nouvelle étape afin de construire un Maroc où règnent la démocratie, la dignité, les droits de l’Homme, l’égalité et la justice sociale et spatiale, explique l’auteur de l’article.

+L’Economiste+ revient sur les évènements d’Al-Hoceima. La publication souligne la nécessité de « plus d’intelligence dans l’approche, mais certainement pas moins de démocratie car Al-Hoceima ne doit pas devenir le poison qui distille de la division ».

Ce travail est l’affaire de tous. « Il concerne les institutions qui doivent être à l’écoute et extrêmement réactives aux demandes de réformes économiques et sociales. Il interpelle les partis, les élus qui trouveront là des couloirs immenses pour soigner des bilans désespérants. Il n’épargne pas non plus le hirak qui doit prendre de la hauteur et saisir ces mains qui se tendent", explique-t-il.

+L’Opinion+ rapporte que 44.768 inscriptions au statut d’auto-entrepreneur ont été enregistrées jusqu’au 17 mai 2017. Selon la Banque Centrale, la répartition par la régularité de l’emploi montre qu’une proportion de 85% des auto-entrepreneurs exerce des activités permanentes, le reste étant des saisonniers.

+Aujourd’hui le Maroc+ relève que la Caisse de compensation a alloué des subventions de près de 9 milliards DH à fin juillet, ce qui représente 61% du budget global de la compensation.

Sur les sept premiers mois de l’année, plus de la moitié de la dotation budgétaire globale visant à soutenir les prix à la consommation du gaz butane et du sucre a été débloquée. Sur l’enveloppe de 14,65 milliards de dirhams pour l’exercice 2017 fixée par la Loi de finances, la Caisse de compensation a alloué, à fin juillet, des subventions d'un montant global de près de 9 milliards de dirhams, ce qui représente 61% du budget global de la compensation, rapporte le quotidien.

Et de préciser qu’une grande partie du montant alloué, soit 6 milliards de dirhams, a servi aux subventions du gaz butane. Quant à la subvention du sucre, elle s’élève à 2,95 milliards de dirhams.


+L’Economiste+ indique que la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) s'apprête à relancer l’appel d’offres sur la réforme de son régime, rappelant que cela fait la troisième fois que cette réforme est relancée. La première fois, la procédure avait été suspendue, car des cabinets étrangers n’avaient pu soumissionner en ligne en raison d’une panne au niveau du site de la Trésorerie générale du Royaume. La deuxième fois, aucun des quatre soumissionnaires n’avait présenté les références exigées.

Ainsi, un nouvel appel d’offres devrait être lancé sous peu, souligne le quotidien. Et d'ajouter que cette étude est stratégique pour ce régime qui sert 518.940 pensions et qui sera confronté à son premier déficit dans 7 ans, soit en 2024. Force est de noter que la pérennité du régime passe par une réforme paramétrique, comme cela a été recommandé par la Cour des comptes et le Conseil économique, social et environnemental.

+Assabah+ relève que plusieurs hôpitaux de la capitale Rabat souffrent de nombreux dysfonctionnements. Cela va du manque d'appareils médicaux à l’insuffisance de personnel soignant. Cette mauvaise gestion des CHU de Rabat nuit aussi bien aux malades qu'au personnel de santé.

Concrètement, dix hôpitaux relevant du centre hospitalier universitaire Ibn Sina, ainsi que l’hôpital provincial Moulay Youssef, ont atteint un état de détérioration très avancé, rapporte la publication, précisant que le Centre hospitalier Ibn Sina souffre d'une mauvaise gestion et d'une stratégie de développement défaillante.



Autres titres
Inter Seuls 15 pays dans le monde disposent des politiques essentielles pour soutenir les familles et les jeunes enfants, selon l'UNICEF 
Sénégal Les émoluments du député Moustapha Guirassy sont pour Kédougou 
Burkina-Faso Hadj 2017: des décès enregistré au sein des pèlerins 
Plus de nouvelles



RECHERCHE
Maroc Politique, terrorisme et enseignement 
Maroc Menu diversifié à la Une des quotidiens marocains 
Maroc Administration, enseignement et santé meublent la Une des quotidiens marocains 

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires